Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Les Seigneurs de Bagdad

Seigneurs-de-Bagdad.jpg

Et bien voilà une bien belle découverte!

Les Seigneurs de Bagdad nous raconte l'histoire de quatre lions, d'un zoo de Bagdad, libérés par inadvertance lors d'un raid aérien américain, en 2003.

Première chose, les dessins. Ils sont l'œuvre de Niko Henrichon et ils sont tout simplement superbes. C'est vrai, vivant, rythmé. On se délecte à chaque case. Le petit truc en plus c'est que l'on devine vraiment les sentiments qu'ils peuvent ressentir à chaque instant. Vraiment du grand boulot pour Henrichon. J'avoue même que sur certaines planches j'avais l'impression de voir les lionnes de la méchante Zira dans le Roi Lion 2, l'Honneur de la Tribu. De bons souvenirs.

Mais ce qui est vraiment marquant dans ce récit, c'est la façon don Brian K. Vaughan aborde des sujets comme la liberté, la guerre, la barbarie. Il nous prend complètement par surprise avec le point de vue des animaux. J'ai lu ce récit une première fois en essayant involontairement de découvrir à quelle métaphore Vaughan faisait référence et je suis resté sur ma faim. Et je l'ai alors lu une deuxième fois mais avec cette fois ci une seule idée en tête, l'homme est malsain. Et là ce fut tout autre chose. A travers les yeux des lions et avec l'utilisation d'autres animaux, Vaughan nous montre que les sauvages, ce ne sont pas les animaux, mais nous. Car même si les Seigneurs de Bagdad nous montre qu'il est parfois plus intéressant de vivre derrière des barreaux en lieu sûr, plutôt que dans une liberté dangereuse, il n'en reste pas moins que l'on reste sur une fin tragique et avec assez peu d'espoir pour l'Homme. L'Homme est un barbare, un sauvage, qui casse tout ce qu'il touche.

Car comme le dit une simple tortue, au cerveau quasi inexistant : Les Hommes saccagent et détruisent tout simplement pour de l'eau noire...

C'est beau, c'est bon, c'est bien écrit, drôle par moment, triste parfois. Il faut lire les Seigneurs de Bagdad.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article