Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : All-New Deadpool tome 6 "Jusqu'à ce que la Mort..."

On se rapproche de la fin du run de Gerry Duggan sur Deadpool. Et j’ai envie de dire… vivement. A mes yeux, l’après Secret Wars pour le Mercenaire Disert se résume à un véritable travail de déconstruction de tout ce que le scénariste avait mis en place avant l’énorme, et génial event, de Jonathan Hickman. Comme s’il fallait revenir à une page blanche avant de refourguer le personnage. Avec Jusqu’à la mort… Gerry Duggan s’attaque au « problème » Shiklah !

 

La lune de miel de Shiklah et Deadpool est terminée. L’épouse de Wade est une démone, reine d’un monstrueux royaume caché sous Manhattan. Elle a déclaré la guerre au monde de la surface et le Mercenaire Disert est déchiré entre ses devoirs matrimoniaux et la réputation de héros qu’il s’est forgée. Tout cela risque de très mal finir…

Pour réaliser ce crossover ébranlé par les problèmes conjugaux, Gerry Duggan (Uncanny Avengers) chapeaute une équipe de scénaristes et de dessinateurs, parmi lesquels Salva Espin (Deadpool Kills Deadpool) et Scott Koblish (Deadpool).

(Contient les épisodes Deadpool (2016) #27 à 29, Spider-Man/Deadpool (2016) #15 et 16, Deadpool & the Mercs for Money (2016 II) #9 et 10)

Le torchon brûle entre Deadpool et sa chère et tendre. Si j’ai tout de suite adoré le personnage de Shiklah, il a très vite semblé que ce mariage n’était qu’un des excellents délires de Gerry Duggan aux débuts de Marvel Now. Le personnage devenant qu’une intervenante que l’on voyait très peu souvent. Et depuis quelques temps, elle n’apparaissait que pour piquer une colère sur Wade.

 

Voilà qu’un monstre est tué par toute une bande de civils, tous armés (du jeune à capuche à la petite mémé avec sa canne), dans le métro new-yorkais. Shiklah entre dans une rage folle ! Sous les recommandations de son mari, elle accepte de plaider son désarroi face aux tribunaux de New-York, mais c’est la goutte de trop, elle perd son procès et décide de lever son armée contre les humains !

 

On a connu des divorces moins sanglant et moins violent. Des hordes de monstres déferlent sur la ville, bien décidés à ne plus vivre sous la surface, mais au grand jour, avec les humains comme esclaves, comme animaux ou comme objets de divertissement. Deadpool est dans une sale situation et ne semble avoir que très peu d’alliés vers qui se tourner.

Une fois que Spider-Man débarque, contraint et forcé, que Blade arrive, logique avec une telle attaque de monstre, Deadpool n’a d’autre choix que de partir à la recherche de Dracula !

 

Une intrigue classique, au dénouement surprenant et qui marque une nouvelle étape dans l’application de Gerry Duggan a effacer ce qu’il a construit sur le personnage. C’est dommage qu’un personnage comme Shiklah n’ait pas été mieux utilisé, mais bon. Beaucoup d’action, beaucoup de combats, tout cela prenant le pas sur le fond. Il faut dire que Gerry Duggan va au plus court et au plus simple pour en terminer avec le chapitre Shiklah.

 

Graphiquement, l’unité graphique est assez compliquée. Nous avons le droit à quatre artistes aux styles, aux approches, totalement différents. Oui il y a trois séries différentes dans ce crossover, mais c’est violent pour les yeux. Mention spécial pour le travail de R.B. Silva, un artiste que j’apprécie particulièrement.

Bref, un crossover plaisant à lire, même s’il même à quelque chose qui me gonfle depuis un moment sur Deadpool. L’impression qu’il n’y a pas de trame de fond, plus aucune évolution du personnage, juste l’impression que le personnage, et son univers, ne cessent de régresser en faisant marche arrière. Dommage, vraiment dommage.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article