Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Batman/Huntress "Cry for Blood"

Avec Batman/Huntress – Cry for Blood, Urban Comics nous propose une nouvelle collection, DC Confidential. Une collection qui nous promet de mettre en lumière des personnages que l’on voit trop peu souvent dans des intrigues se déroulant en marge des grands events de l’univers DC. Avec Cry for Blood, la lumière est mise sur Huntress, mais également sur la Question, et nous présente ses origines particulièrement violentes et sanglantes.

 

Helena Bertinelli était la fille d’un chef de gang mafieux qui a vu ses parents abattus par une famille rivale. Suite à ce drame, elle est aujourd’hui la justicière de Gotham, Huntress ! Mais quand des fantômes du passé ressurgissent, cette jeune femme tourmentée va devoir faire équipe avec le Chevalier Noir et le mystérieux détective, la Question !

Batman/Huntress est le premier album de la collection DC Confidential qui se propose d’explorer les recoins les plus secrets de l’Univers DC et les moments historiques importants de ses héros. Dans ce récit, Greg Rucka (Wonder Woman Rebirth) et Rick Burchett (Batman Aventures) confrontent le Chevalier Noir à deux personnages peu connus : Huntress et la Question.

Ce récit inédit est par ailleurs complété par des épisodes inédits explorant le passé de ces héros et réalisés par Chuck Dixon (La Revanche de Bane), Lee Weeks (Batman Rebirth), Dennis O’Neil (Green Lantern/Green Arrow) et Denys Cowan (Green Arrow).

(Contient les épisodes Batman/Huntress : Cry for Blood #1 à 6, Batman Chronicles #1 et The Question #1)

Cry for Blood est une mini-série qui nous permet de mieux appréhender le personnage de Huntress (personnage clairement mineur de la Bat-Family), et qui nous plonge dans les à-côtés de la période No Man’s Land. Mais comme toujours avec Urban Comics, nous sommes parfaitement mis en situation grâce à l’éditorial.

 

Helena Bertinelli, ancienne Batgirl, est une héroïne d’une rare violence, n’hésitant pas à tuer. Ce qui explique très clairement les tensions entre Batman et elle. Avec Cry for Blood, Greg Rucka décide de nous plonger dans les origines du personnage. Essayer de nous faire comprendre le pourquoi de cette violence.

 

Dans le présent, une vendetta est en cours sur les membres des familles mafieuses siciliennes de Gotham. On a clairement l’impression d’être en plein cœur d’un film de gangsters de la grande époque. Le Parrain débarque à Chicago, euh… à Gotham. Mais il manque quand même quelques familles cultes de cet univers à Gotham.

Au milieu de tout cela, nous retrouvons Helena, avec beaucoup de codes de la culture italienne, et de symboles catholiques, forcément. Une héroïne solitaire et violente. Dont la violence et la force de caractère l’empêchent d’avoir l’approbation de Batman pour œuvrer dans les rues de Gotham en arborant le symbole de la chauve-souris.

 

Mais une rencontre va apaiser la jeune femme ! En effet, en tombant sous l’aile de la Question, avec carrément la retraite dans la cabane dans les bois pour y apprendre à mieux se connaître, à canaliser et vivre avec sa colère, sa rage (comme dans les films de kung-fu), Helena va effectuer un profond travail sur elle.

 

Toute cette renaissance avec la Question et Richard Dragon, va permettre à Helena de mieux appréhender les révélations sur son passé qui vont se dresser face à elle. Maintenant qu’elle est, un peu, apaiser, il est temps de faire table rase du passé pour véritablement profiter du moment présent et pouvoir construire le futur.

 

Un récit que j’ai particulièrement apprécié. Je suis friand de tous ces épisodes où la mafia est l’adversaire principal. J’aime l’ambiance et l’atmosphère qui s’en dégagent. Certains ne trouveront pas Cry for Blood véritablement marquant, pourtant je trouve qu’il est extrêmement important dans la construction de ce personnage à part qui gravite autour du protecteur de Gotham et ses protégés. Oui tout n’est pas parfait, oui il y a certaines facilités, comme l’arrivée tel un cheveu sur la soupe de la Question, pourtant savoureux.

 

Graphiquement, je ne suis clairement pas fan par contre. Les personnages ne sont pas vraiment charismatiques, le rythme et lent et les détails sont vraiment pauvres.

Urban complète ce volume avec le Batman Chronicles #1 de Chuck Dixon où on assiste à la rencontre entre Helena et Gordon lors d’une attaque dans un train. Un épisode puissant avec une menace quelconque de tous les jours.

 

Nous avons également un numéro de la série The Question, où l’on découvre un Vic Savage très violent, très dur envers la société et qui permet d’en apprendre plus sur ce personnage fascinant.

 

Bref, véritablement une très bonne lecture. Une parfaite porte d’entrée pour découvrir le personnage d’Helena Bertinelli. Il est plaisant, de plus, de se retrouver face à un personnage qui n’a pas peur de tenir tête à Batman et de s’émanciper de ses méthodes. Ce que l’on peut attendre après un tel volume, si on l’a apprécié, comme moi, c’est que Urban Comics publie d’autres choses sur le personnage en question.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article