Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Batman Arkham "Double-Face"

Je suis un grand fan des anthologies. Elles permettent de plonger au coeur d’un personnage, de remonter toute sa « ligne chronologique », d’assister à son évolution, ses évolutions. De découvrir les différentes visions des nombreux scénaristes qui sont passés sur le personnage. Cela est une entrée idéale, pour découvrir par quelle période on veut prolonger l’expérience. J’avais hâte de découvrir cette nouvelle série d’anthologies chez Urban Comics, centrée sur les vilains emblématiques du Chevalier Noir. Et l’on commence fort, avec Double-Face, un ennemi emblématique et particulier de Batman.

 

Autrefois procureur au physique avenant et à la carrière prestigieuse, Harvey Dent est désormais un être défiguré, fou et dangereux, utilisant une pièce à la face rayée pour influencer ses choix et sa carrière criminelle. Pour Batman, il est l’un des pires échecs de sa carrière : un allié passé du côté obscur. Il est aussi un avertissement : combien de temps le Chevalier Noir pourra-t-il tenir face à une société résolument corrompue ?

Batman Arkham – Double-Face inaugure une nouvelle série consacrée aux plus grands criminels ayant affronté le Chevalier Noir. Au travers d’une sélection d’épisodes choisis parmi toutes les séries et les époques, redécouvrez le périple du procureur fou, Harvey Dent, réalisé par les plus grands noms, dont Bill Finger, Bob Kane, Dennis O’Neil, Neal Adams, Matt Wagner, Chris Sprouse, J.M. DeMatteis, Bruce Timm, Peter Tomasi ou Guillem March.

(Contient les épisodes Detective Comics #66, #68, #80 et #187, Batman #81, #234 et Batman Annual #14, Batman Legend of the Dark Knight #28-30, Batman : Black and White #1, Two-Face : Crimes and Punishment, Joker's Asylum : Two-Face et Batman and Robin #23.1)

Double-Face est un personnage créée en 1942 par les papas de Batman, Bill Finger et Bob Kane. Un personnage qui a particulièrement changé à travers le temps, et qui a vécu de nombreuses vies différentes. D’abord du bon côté, allié même de Batman, avant de sombrer dans la folie alors qu’il a été défiguré par un mafieux du clan Moroni. Le Chevalier Blanc Harvey Kent, puis Harvey Dent, devient alors Double-Face, l’un des plus terribles criminels ayant foulé le sol de Gotham.

 

Tout le monde pense que Harvey Kent, puis Harvey Dent, personnage ô combien complexe, est devenu un fou furieux au moment où il fut aspergé d’acide. Mais il n’en est rien ! Cette dualité est là depuis longtemps, très longtemps. Et le coup de l’acide n’a fait que mettre cela au grand jour. Et les différentes histoires de cette anthologie vont le montrer, très clairement.

 

Tantôt gentil, tantôt méchant, tantôt voulant se racheter, tantôt voulant semer le chaos, il n’est pas bien compliqué de voir un forte inspiration de Docteur Jekyll et Mister Hyde. Un personnage très riche de par sa complexité entre sa soif de justice et son goût pour le chaos.

A travers ces douze histoires, ces douze intrigues, on explore pleinement les différentes facettes de Double-Face. On assiste à toutes ses folies, à toutes ses bascules, à toutes ses tentatives de se soigner, de retrouver une vie normal, quitte à aller au suicide ! Mais si Harvey tente toujours de ressortir la tête de l’eau, Double-Face est toujours là pour serrer la vis.

 

De plus, on le remarque dans de nombreux épisodes, un lien très fort unit Batman à ce personnage, à ce vilain à part. Le justicier passe son temps à vouloir ramener son ancien ami sur le droit chemin. Il ne perd jamais espoir, même s’il n’hésite pas à taper fort sur Double-Face. Preuve que tout cela n’est peut-être définitif. Enfin, on se dit cela depuis quatre-vingts ans maintenant ! Mais c’est sans doute ce petit doute, ce petit espoir dans le noir, qui fond de Double-Face un personnage autant à part.

 

Nous avons le droit à toutes les époques, à toutes les approches avec ces différents épisodes. De ses origines avec ces crimes basés uniquement sur le deux et la dualité, allant même à parier avec sa pièce s’il allait voler la nuit et garder les gains, ou en plein jour et jouer les Robins des Bois. Sa guérison, sa mission de « sauver » tous les « monstres » de fêtes foraines, sa tentative de suicide, son plaisir de saccager la vie de celui voulant lui faire surmonter sa défiguration, ou sa défense bien particulière de Gotham quand les vilains prennent le pouvoir dans l’univers DC.

Des histoires passionnantes, d’une grande richesse. Des histoires cultes, aussi bien pour lui, quand dans l’univers de Batman. Ne citons que l’énorme « Visages » de Matt Wagner. Mais il n’y a pas une seule fausse note dans ce recueil. Chaque histoire est excellente, chaque histoire mérite d’être là, chaque histoire met en avant ce personnage.

 

Bref, vous l’aurez compris, Urban Comics réussi son coup. Cette anthologie est une très belle réussite. Une grande richesse, des histoires cultes, de grands noms, un personnage formidablement mis en lumière, que demandez de plus ? Que les prochains volumes soient aussi bons et savoureux à lire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article