Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Clark Kent Superman tome 0 "Homme d'Acier"

Le run de Peter J. Tomasi et Patrick Gleason sur Superman n’est peut-être pas le meilleur qui soit, mais il a le mérite de nous avoir proposé des intrigues sympathiques avec beaucoup d’émotions, une belle approche de la famille. Mais toutes les bonnes choses une fin, et DC ayant réussi à faire signer un énorme nom, il semblait évident qu’il allait prendre en main un personnage iconique. C’est ainsi que nous retrouvons Brian Michael Bendis à gérer la destinée du héros emblématique de DC Comics.

 

Depuis quelques années, Superman vivait heureux avec sa femme, Lois, et son fils, Jon, mais cette existence idyllique vole en éclats lorsque Jor-El, rescapé de l’explosion de Krypton, fait sa réapparition. De plus, un puissant guerrier extraterrestre, Rogol Zaar, attaque Metropolis, prétendant être à l’origine de la destruction de Krypton !

Clark Kent : Superman ou la nouvelle série qui rassemble les épisodes consacrés au premier des super-héros écrits par Brian Michael Bendis (Ultimate Spider-Man, New Avengers). Le scénariste reconnu pour son sens des dialogues et sa narration faite de coups de théâtre dans ses travaux chez Marvel ou en creator owned (Torso, Jinx) propulse l’Homme d’Acier dans un nouveau statu quo servi par des illustrateurs de renom comme Jim Lee (Batman – Silence), Jason Fabok (Justice League), Ivan Reis (Aquaman) ou Adam Hughes (Before Watchmen – Dr Manhattan).

(Contient les épisodes Man of Steel #1 à 6)

Bon, je vais commencer tout de suite avec les dessins. Parce qu’on nous vend du Jim Lee (bon c’est pas moi que cela va emballer), Adam Hughes ou encore Ivan Reis, mais ce ne sont que des artistes invités, ils sont une dizaine crédités pour ce tome 0. Et c’est bien trop. J’ai horreur de ce genres d’épisodes où un ou deux artistes viennent signer une ou deux pages. Cela casse l’unité graphique !

 

C’est principalement Jason Fabok qui œuvre sur la partie graphique. Hélas… De plus en plus l’impression de voir du Jim Lee. Des Musclors et des Barbies statiques. C’est encore plus cruel de devoir subir ses dessins, quand dans le même chapitre on a le droit aux traits d’Adam Hughes.

 

Je dois bien dire que j’attendais l’arrivée de Bendis sur Superman avec impatience. Le scénariste est clivant, rien que dans mon ressenti. Il y a des titres que j’adore, Daredevil, Ultimate Spider-Man ou son run sur les Avengers, mais d’autres qui m’ont donné la nausée, comme ses X-Men, pour ne citer qu’eux… Mais j’avais hâte de voir ce qu’il allait nous proposer dans ce nouvel univers.

Et les choses commencent d’entrée, Lois Lane a démissionné du Planet ! Une annonce retentissante et surprenante, dont on ne connaîtra le pourquoi du comment en fin de tome. Mais la seule chose à retenir de tout cela, sans trop spoiler, c’est que Bendis cherche à concentrer son travail sur Clark, et le jeune Jon est plus qu’un poids qu’autre chose… Lois devenant un pion sacrifié ! Quelques pages, et le boulot de Tomasi et Gleason est balayé.

 

A voir ce qu’il en découlera...

 

Toujours est-il que Clark, tourmenté, va devoir mettre les bouchées doubles pour Perry White, cela tombe bien, de mystérieux incendies pullulent à Metropolis, tandis que Rogol Zaar, un nouveau méchant dans la galerie de notre super-héros , fait son arrivée ! Méchant terrifiant (dommage qu’avec autant de dessinateurs, il ne change de tronche à chaque chapitre…) et ô combien puissant et qui revendique la causalité de la destruction de Krypton !

 

Mais plus que ce nouveau méchant, c’est le personnage de Melody Moore qui m’a vraiment le plus intéressé. Nouvelle dans la caserne de pompiers, cette jolie rousse se démarque très vite et se retrouve au cœur de quelques scènes sympathiques, dont l’une excellente avec Superman et Batman et qui nous montre à quel point les dialogues de Bendis peuvent faire mouche.

 

Des problèmes au sein du Planet, des incendies ravageurs et ne laissant aucun indice, un nouveau méchant très puissant, l’absence de Lois et Jon. Le moins que l’on puisse dire c’est que Bendis y va franchement et nous propose de nombreuses intrigues, tant pour Superman que Clark Kent. Le tout est intéressant, sans temps mort et avec une narration vraiment fluide (c’est vraiment une grosse qualité de Bendis).

 

Malheureusement, alors que Rogol Zaar est présenté comme un personnage monstrueusement puissant, qu’il l’est véritablement, qu’il met à mal notre héros, on ne ressent aucune inquiétude, aucun doute. On avance dans l’intrigue, dans ce combat de titans, et on ne tremble à aucun moment pour notre héros, c’est dommage, Bendis oublie le petit côté dramatique qui nous permettrait, qui me permettrait de trembler pour Superman. Là, on sait qu’il va s’en sortir, sans savoir comment.

Notons la présence de Supergirl, que l’on ne voit que trop peu depuis son passage chez les Red Lantern durant les New52. (Je continue de désespérer dans mon coin, d’ailleurs, pour une sortie du tome 2 de sa série… Je sais, l’espoir fait vivre mais bon… On vient bien de voir apparaître Batman Beyond tome 3 et les Archives de la Suicide Squad tome 3.)

 

Bref, de bonnes intrigues, un méchant bad-ass, Melody Moore, l’apparition de Supergirl, et donc la promesse de choses intéressantes pour la suite. Mais, maintenant avec Bendis, j’attends de voir avant de trop m’avancer. Et puis cette histoire avec Lois et Jon ne me plaît que moyennement. Prometteur, sympathique, mais j’attends la suite.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article