Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : War of the Realms

Je crois bien que mon degré d’impatience pour War of the Realms était encore davantage supérieur à celui pour Secret Empire. L’event de Nick Spencer c’était plus soudain, l’event est arrivé relativement vite après le fameux « Hail Hydra » de Captain America. Pour War of the Realms, Jason Aaron a pris beaucoup plus de temps. Son run sur Thor, commencé en 2012/2013 dure de puis plus de six ans lorsque War of the Realms éclate enfin. Réussissant à merveille à nous proposer des intrigues palpitantes, riches et variées, tout en nous rappelant de façon discrète et sporadique, qu’une guerre terrible, effroyable, sans précédent, se prépare dans l’ombre, entre les mains de Malekith et de ses alliés.

 

Les troupes de Malekith ont fait tomber les Royaumes les uns après les autres. Soit ils se sont soumis, soit ils ont été pillés et mis à feu et à sang. Midgard, la Terre, est désormais la dernière ligne de défense des forces du bien. Mais Thor et les Avengers ne sont pas prêts à entrer en guerre : la défaite est inévitable.

Le crossover événement de Jason Aaron, première conclusion à son run dantesque sur Thor, nous est présenté dans son intégralité, ainsi que des mini-séries en lien avec l’événement.

(Contient les épisodes War of the Realms #1 à 6, The War of the Realms : Land of Giant, The War of the Realms : Dark Elf Realms, The War of the Realms : War Avenger, Thor (2018) #12 à 16, Avengers (2018) #18 à 20, The War of the Realms : War Scrolls #1 à 3, Spider-Man & The League of the Realms #1 à 3, War of the Realms Omega)

Attention, je me suis fait avoir, il faut lire le premier tome de Thor par Aaron et Del Mundo, sorti plusieurs mois après cet Absolute, pour être à jour avec notre héros. Pas compris la politique éditoriale de Panini pour le coup, d’autant qu’à l’inverse la série Valkyrie, sortie après ce titre, nous a été proposé, en France, avant War of the Realms. (Je parle bien sûr des publications en hardcover).

 

Depuis le début du run de Jason Aaron, à travers ses nombreuses intrigues, on sent bien que le scénariste place ses pions ça et là pour quelque chose de gros pour la suite. Pour une guerre sans précédent ! Et il devient clair, rapidement, que le principal protagoniste de cette guerre sera Malekith !

 

Ne souffrant que de peu de résistance, l’elfe noir sème un chaos sans commune mesure à travers les dix Royaumes. Et ce ne sont pas les quelques fois où Thor, Odinson ou Jane, se retrouve sur son chemin, que l’on peut parler de véritable opposition. Pire, tout cela semble amuser Malekith, qui fait fi de son divin ennemi , comme si les actes de Thor n’enrayaient en rien sa destructrice avancée.

 

Avec War of the Realms, tous les Royaumes sont tombés, ou se sont soumis face à Malekith. L’elfe noire se retrouve à la tête d’une armée titanesque. Les Géants des Glaces, les démons de feu de Muspellheim, les anges, sans oublier les hommes de Dario Agger, l’Enchanteresse ou encore Ulik ! Tout ce petit monde débarque sur Terre pour en terminer avec la dernière poche de résistance à leur domination totale !

 

Mais Midgard, la Terre, possède quelque chose que les autres Royaumes n’ont pas, une armée de super-héros des plus incroyables. Néanmoins, la première bataille se résout par une victoire écrasante de Malekith et ses alliés. La Terre est partagée en autant de nouveaux royaumes qu’il y a d’alliés autour de Malekith !

Nous avons alors le droit à six épisodes nous relatant une guerre totale ! Six épisodes sans temps mort, où les combats, le sang et les morts se succèdent à la pelle. c’est un chaos incroyable qui se déroule sous nos yeux. Si la guerre se déroule sur Terre, dernier Royaume encore debout, de nombreuses batailles vont se dérouler ailleurs, si nos héros tiennent à parvenir à renverser Malekith et leurs autres adversaires.

 

Le choc, qui découle de la rencontre entre les super-héros de la Terre et le panthéon divin d’Asgard, va nous proposer des associations de personnages des plus surprenantes. Une équipe d’Avengers à dos de pégases, Freya et le Punisher travaillant de concert pour détruire le « Bifrost » de Malekith, Spider-Man qui se retrouve à la tête d’une nouvelle Communauté de l’Ann… ou Ligue des Royaumes, Daredevil qui remplace Heimdal ou encore l’alliance de quatre Thor !

 

Jason Aaron ne recule devant rien ! Cela fait tellement longtemps qu’il nous tease cette guerre des Royaumes, qu’il était obligé de nous en mettre plein la vue. C’est clairement ce qu’il fait ici. On sent que le scénariste se fait plaisir à nous faire plaisir. On n’a pas une seconde de répit, on enchaîne les actes héroïques et les combats incroyables. Le scénariste nous baladant à travers les Royaumes pour assister à des actes à chaque fois plus surprenants, plus épiques !

 

Une guerre qui se devait d’être à la hauteur de l’attente que l’on en avait !

 

J’ai adoré le run de Jason Aaron sur Thor ! Je ne lui trouve aucun défaut, aucune erreur de parcours. J’ai aimé, voir adoré, chaque idée, chaque nouveau personnage. Dario Agger, Roz Solomon, le marteau dans les mains de Jane et les effets sur sa maladie, Loki, la Ligue des Royaumes, le Thor du futur et ses trois petites-fille, le combat contre Gorr. Tout, j’ai tout aimé ! (Bon sauf peut-être la mini-série sur Thor l’indigne.) Et donc cette montée en puissance, lente et maîtrisée, de Malekith. Ces petites pièces placées tout au long de son run qui n’ont fait que grimper la pression et l’attente de cette guerre.

Graphiquement, Russell Dauterman a décidé de finir en beauté ! Alors qu’il avait quitté le titre Thor lors de la fin de Jane en tant que Thor, il dit, ici, adieu au personnage et à Jason Aaron. De toutes façons, le dessinateur n’a fait qu’exploser et nous éclabousser de son talent depuis son arrivée sur le titre. Je trouve que sa progression est juste ahurissante. Je ne pense pas que l’on pouvait espérer meilleur artiste pour rentre justice au run de Jason Aaron et à ses idées divines.

 

Bien entendu, nous avons le droit à une pléthore d’autres artistes, sur les tie-in. Andrea Sorrentino, Leinil Francis Yu, Ed McGuiness ou encore Mike Del Mundo. Pour ne citer qu’eux. Comme toujours avec les tie-in, on a du bon et du moins bon. Mais l’ensemble graphique en jette quand même pas mal !

 

Petit mot sur les tie-in justement, ils ne sont pas extraordinaires. Je n’ai pas lu la VO, mais sûr qu’il y avait moyen d’en proposer d’autres. Quand on voit le Punisher et Freya, j’aurais adoré lire celui sur Castle. Là nous avons le droit aux épisodes des Avengers, assez peu intéressants et n’apportant pas grand-chose à l’intrigue. Se concentrant principalement sur quelques personnages. De même, l’histoire avec Spider-Man à la tête de la Ligue des Royaumes n’est pas des plus intéressantes. Reste les épisodes sur Daredevil, bonne idée que de lui donner l’épée de Heimdall et ses pouvoirs, et les épisodes du titre Thor, qui nous plongent dans un passé donnant tellement de poids au final de cet event.

 

Bref, War of the Realms est à la hauteur de mon immense attente, un immense plaisir de lecture ! Ici, pas un event tentaculaire avec plein de ramifications et de choses qui en découle. On attendait la guerre, et nous avons eu la guerre ! On en a eu plein les yeux, passant d’un champ de bataille à un autre et assistant enfin à l’affrontement entre Thor et Malekith que nous attendions depuis des années. Jason Aaron, comme à son habitude, ne déçoit pas et nous propose du grand spectacle, bien aidé par un Russell Dauterman au summum de son talent.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article