Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : L'Arabe du Futur tome 1 "Une Jeunesse au Moyen-Orient 1978-1984"

Je vais être franc, lorsqu’un ami m’a offert les deux premiers tomes de l’Arabe du Futur, j’avoue ne pas avoir été tout de suite le plus emballé du monde. Intrigué oui, car il a toujours su me faire découvrir des choses plaisantes ou passionnantes à lire. Mais avec l’Arabe du Futur, je ne savais absolument pas vers quoi je me dirigeais, même si le « Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) aiguille pas mal quand même. Si le titre intrigue, la couverture, et les dessins de Riad Sattouf le font tout autant. Des dessins qui donnent envie de se jeter dans ce tome.

 

Ce livre raconte l’histoire vraie d’un enfant blond et de sa famille dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad.

L'Arabe du Futur est une série best-seller en six tomes, écrite et dessinée par Riad Sattouf. Sous-titrée "Une jeunesse au Moyen-Orient", elle raconte l'enfance et l'adolescence de l'auteur, fils aîné d'une mère française et d'un père syrien.

Dans le premier tome de la série (1978-1984), le petit Riad est ballotté, de sa naissance à ses six ans, entre la Libye de Kadhafi, la Bretagne de ses grands-parents et la Syrie de Hafez Al-Assad.

Né en 1978 d'un père syrien et d'une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d'abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d'être nommé professeur. Issu d'un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile.

En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, Ter Maaleh, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins – il est blond, cela n'aide pas ! – le jeune Riad découvre les traditions, parfois brutales, de la vie à la campagne. Son père, lui, n'a qu'une idée en tête : son fils doit aller à l'école syrienne et devenir un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

(Contient les chapitres #1 à 4)

Je vais commencer par les dessins de Riad Sattouf. D’entrée, je sais que beaucoup, malheureusement seront hermétiques aux traits proposés. Et pourtant, c’est vraiment magistral. Il y a véritable parti-pris sur le travail des couleurs, et on sent que Riad Sattouf accentue certains défauts chez ses personnages, non pas par malveillance ou moquerie, mais juste pour appuyer son récit personnel, et bien nous montrer que l’histoire qui nous est racontée sort des souvenirs d’un enfant.

 

Les émotions sont là, que ce soit la colère, la surprise, l’incompréhension, la peur. C’est un formidable travail qui nous est proposé, c’est véritablement immersif. J’ai vraiment adoré les dessins. Mais ce n’est pas le plus important.

 

L’Arabe du Futur c’est une biographie. Une biographie d’un jeune enfant qui grandit entre la Syrie, la Libye et la France. Un enfant blond, d’une mère française et d’un père syrien dans un microcosme arabe où il dénote quelque peu. Mais l’Arabe du Futur c’est aussi un récit plein d’humour et de pédagogie. Et également une bande-dessinée avec une vérité historique, et qui nous permet, au rythme des souvenirs du petit Riad, d’en apprendre plus sur deux pays dont on parle énormément aux informations, mais qu’une grande majorité d’entre nous ne connaît pas, et serait bien incapable de placer ces pays sur une carte.

Riad Sattouf parvient à nous proposer tout ça, sans oublier des dessins percutants, rien que cela montre déjà son incroyable talent. Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir nous proposer autant.

 

A travers ses premières années, le petit Riad, qui partage sa vie entre la Bretagne, la Syrie et la Libye, nous raconte ses premiers souvenirs. Fils d’un universitaire syrien plutôt cultivé mais trop buté à cause de ses oeillères qui lui font penser que c’est Arabe c’est donc bien, et même quand c’est mauvais, qu’il le pense, c’est quand même Arabe donc c’est quand même bien. C’est un personnage qui prend beaucoup de place, dit beaucoup de bêtises, assez énormes par moment, mais c’est le chef de famille et il ne trouve pas forcément d’opposition en la maman de Riad. Une jeune française, mère au foyer et qui subit plus qu’elle ne vit.

 

A travers sa vie en Libye et en Syrie, on découvre deux pays que la grande majorité ne connaît pas. Et pourtant, cette même grande majorité ne se prive pas pour cracher sa haine, et sa méconnaissance, sur ces deux peuples. On découvre l’importance des coutumes, qu’elles soient dépassées ou non, on découvre la mentalité obtuse de certains anciens, mais ce n’est pas propre à cette culture (suffit de vous rendre dans un petit village de haute montagne et vous verrez ce qu’est une véritable mentalité de c…), on découvre les conséquences d’une dictature, chose impossible à imaginer tant que l’on ne vous a pas mis le nez dedans (et une idée de dictateur, même si elle est bonne reste une idée de dictateur !), on découvre les enfants élevés dans la haine des juifs, alors que bien souvent ils sont dans le plus grande ignorance de ce que cela veut dire.

C’est un formidable voyage que nous propose Riad Sattouf, à travers ses souvenirs il nous présente deux pays avec leurs défauts mais aussi leurs qualités. On y apprend plein de choses. Le coup de l’abolition des propriétés privées, j’ai trouvé cela énorme ! Et des petites anecdotes comme celle-ci il y en plein au milieu des souvenirs du petit Riad. C’est une vie d’une incroyable richesse qu’il commence à traverser entre 1978 et 1984.

 

Il faudrait beaucoup plus de livres comme celui-ci, histoire d’ouvrir les yeux à certains nerveux du bulbe.

 

Bref, une véritable découverte, un voyage absolument extraordinaire, une analyse socio-politique d’une grande intelligence, un témoignage de vie poignant, drôle et touchant. Il faut lire l’Arabe du Futur !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article