Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Star Wars TIE Fighter

Star Wars : TIE Fighter, c’est clairement la lecture compulsive. En me lançant dedans je ne sais absolument pas de quoi cela va parler. Même si, il faut bien l’avouer, le titre est quand même assez évocateur. Mais je ne savais absolument pas ce que Jody Houser allait nous raconter. L’idée est d’ailleurs très alléchante. Et puis, je n’ai pas eu beaucoup de déception depuis l’arrivée de la licence Star Wars dans le girond de Marvel.

 

Si vous êtes assez talentueux, vous pourrez même intégrer l’Escadre de l’Ombre, l’élite des pilotes de chasseurs TIE. Alors que notre glorieux Empire Galactique subit les actes terroristes d’une poignée de soi-disant Rebelles, ralliez les troupes de l’Empereur Palpatine et protégez les innocents des actes barbares qui mettent en danger la paix galactique.

La scénariste Jody Houser (Star Wars : Thrawn) et le dessinateur Rogê Antonio (X-Men : Red) nous font voler du côté de l’Empire et dévoilent les états d’âmes des pilotes de l’Escadre de l’Ombre.

(Contient les épisodes de Star Wars : TIE Fighter #1 à 5)

Ce n’est pas obligatoire, mais il est conseillé d’avoir lu Star Wars : Han Solo – Cadet Impérial avant de plonger dans TIE Fighter. On y retrouve, en effet, des personnages vu précédemment. Je précise, que je ne l’avais justement pas fait, j’ai donc découvert tous ces personnages en même temps.

 

Avec cette mini-série, Jody Houser nous plonge au cœur de l’Escadre de l’Ombre, un escadron de chasseurs TIE. C’est assez rare de plonger ainsi de ce côté de la barrière.

 

On y découvre, comme dans n’importe quel microcosme, le fait que ce soit au sein de l’Empire n’y change rien, on retrouve des dissensions, de la jalousie, de l’amour, de l’ambition, de la trahison. Avec sa mini-série Jody Houser nous montre que les pilotes de TIE ne sont pas simplement de la chair à canon à faire exploser dans l’espace pour les Rebelles. Il y a des gens sous les casques, des gens comme vous et comme moi. Juste, ils se sont trompés de chemin.

 

Au sein de l’Escadre de l’Ombre, on retrouve le leader, le lieutenant-commandant Teso Broosh, l’ambitieuse lieutenante de vaisseau Jeela Brebtin, l’idéaliste lieutenant Lyttan Dree, et les amoureux, la capitaine Zin Graw et le capitaine Ganem Kahi, qui a tendance à trop parler.

Alors qu’ils sont généralement sur des missions visant à tuer des Rebelles, on leur assigne une mission d’escorte. Cela va être une catastrophe ! La mission est un échec, un membre de l’équipe perd la vie et ils se retrouvent sur une planète où l’amiral Gratloe a décider de trahir l’Empire et d’œuvrer pour son profit personnel ! Comme si cela ne suffisait pas, un traître se cache dans leur rang !

 

On découvre alors les états d’âme de cette équipe, enfin les survivants, on réalise qu’une fois le casque retiré, ils souffrent, ils pleurent, ils se mettent en colère. Ce qui se passe sur le champ de bataille les touche. Mais plus haut dans la hiérarchie, on s’en fiche, ils ne sont que des matricules, ils ne sont que des éléments sacrifiables et remplaçables. Voilà l’Escadre de la Mort à devoir partir pour une nouvelle mission, avec, déjà, des remplaçants.

 

J’aime beaucoup le travail en profondeur de Jody Houser. Il est très intéressants de voir ces chasseurs TIE avec un visage et non plus le fameux et simple casque noir. Même s’il s’agit d’une courte mini-série, la scénariste prend le temps de travailler ses personnages, de nous les rendre sympathique (ou détestable pour certains). Après, l’intrigue est franchement accessoire, rien de bien folichon. C’est vraiment le travail sur les membres de l’Escadre de la Mort qui compte.

Graphiquement, Rogê Antonio fait un excellent travail. C’est beau, c’est propre, c’est vivant. J’aime beaucoup son travail sur les batailles, et sa façon de matérialiser le casque en transparence pour que l’on puisse voir le visage des personnages. Content de voir cet excellent artiste sur une grosse licence.

 

Bref, une intrigue pas franchement fantastique, très accessoire, mais une plongée sous le casque d’un TIE Fighter super bien foutue, un excellent travail sur les personnages. C’est cependant, trop court, pour vraiment se retrouver avec un titre essentiel. C’est sympathique mais totalement dispensable.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article