Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Chandra

Bien avant les comics, avant les mangas, avant les figurines, ma passion première, celle qui me suit depuis presque vingt-cinq ans, c’est Magic l’Assemblée ! Je suis véritablement addict à ce jeu tellement riche et passionnant depuis Ere Glaciaire ! Ah la Guivre Ecailleuse, les terrains enneigés, l’Enjambeur Escogriffe !

J’avais beaucoup aimé, étant tout jeune, les quelques comics sortis en VF dans les années 90. Les quelques tomes, il y a quelques années, proposés par Panini, furent une catastrophe, j’attendais donc énormément de ce premier tome proposé par Hi Comics, de la série d’IDW. On commence en plus avec Chandra, qui se passe quelque temps après Amonkhet, selon moi, ou après la Guerre des Planeswalker. On ne sait pas vraiment.

 

Après la terrible défaite des Sentinelles, Chandra est plus déterminée que jamais à défendre les plans du Multivers et protéger les plus faibles. Mais une menace surgie de son passé plane sur elle, et la légendaire Planeswalker doit faire face à ses démons, qu'il lui faudra affronter avec bien plus que quelques tours de pyromancie.

En plongeant les lecteurs dans l'univers de Ravnica tel qu'on le retrouve dans La Guerre des Planeswalkers et d'autres extensions culte du non moins célèbre jeu de cartes, Magic : The Gathering - Chandra franchit les frontières établies entre le jeu et la fiction. Par Vita Ayala, la scénariste de Supergirl, Submerged et The Wilds, et Harvey Tolibao, dessinateur sur X-Men et Green Arrow.

(Contient les épisodes Chandra, les Fantômes de Ravnica #1 à 4)

Chandra est une mage extrêmement puissante. Un pyromancienne de premier ordre. De plus c’est une planeswalker ! Elle est capable de voyager de plan en plan, de monde en monde. Elle fait partie des Sentinelles, au même titre que Jace Beleren, Gideon, Ajani, Nissa et Liliana Vess. Ils ont juré de protéger le Multivers contre la menace, sans commune mesure, de Nicol Bolas.

 

Mais après leur visite du plan d’Amonkhet, les Sentinelles ont subit une terrible défaite face à Nicol Bolas. Ce dernier c’est même amusé avec eux.

 

C’est ainsi que l’on retrouve une Chandra en pleine remise en question. Elle est toujours aussi puissante, mais cette défaite, les interrogations qui en découlent, la bloquent, la perturbent ! Et une puissance aussi incroyable aux mains de quelqu’un dans l’état de Chandra est bien plus dangereux que bénéfique.

La jeune femme a besoin de reprendre confiance, de remettre les choses à plat. Ce ne sont pas sa famille, comme sa mère, ou ses amis, comma Ajani, qui peuvent l’aider, elle doit faire cela toute seule. Elle va alors entreprendre un voyage réparateur. De Kaladesh à Dominaria, de Zendikar à Amonkhet, Chandra retourne sur les lieux les plus importants de son histoire récente.

 

Même comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’un ennemi la prend en chasse ! Un autre Planeswalker, se nourrissant de la douleur et du désespoir des autres, la prend en chasse ! Tybalt ! Une menace de trop, ou le moyen de vérifier qu’elle va mieux ?

 

Très franchement, je ne saurais pas vraiment pas quoi dire de ce comics… J’étais tellement impatient à l’idée de retrouver une de ces Sentinelles en comics. Mais j’ai vraiment l’impression que Vita Ayala (que je ne connaissais pas du tout) ce contente de se balader d’un endroit emblématique à un autre, sans vraiment s’intéresser à la faune et flore locale. Sans vraiment s’imprégner vraiment des lieux. Il n’y a bien que la petite visite d’Amonkhet qui est véritablement jouissive.

Ce n’est pas parce qu’on utilise des lieux emblématiques et des personnages culte que l’on imprègne son récit de la magie Magic. Tout va trop vite, trop de choses, trop d’endroits visités en seulement quatre épisodes. Cela en rajoute à l’impression que l’on survole de l’univers Magic.

 

Heureusement, il y a Chandra, et un travail assez intéressant sur le personnage. On pourrait, cependant, trouver qu’elle passe d’une état à un autre un peu rapidement, mais cela colle parfaitement avec le feu qui la symbolise.

 

Graphiquement, je ne suis vraiment pas fan de Harvey Tolibao. Je trouve le style de cet artiste trop graphique, trop pollué de traits. Et cela se confirme ici avec sa version de Chandra. Elle n’est vraiment pas belle. Cependant, je reconnais que son approche de la magie, des flammes et du bestiaire est des plus réussi ! On en prend plein les yeux.

 

Bref, ce premier tome proposé par Hi Comics ne m’a vraiment pas convaincu. A quand des comics riches et longs ? A quand des comics qui nous font revivre les plus grandes éditions de la licence ? A quand des comics qui me font vibrer ? Je ne désespère pas, tout n’est pas mauvais, notamment le travail sur Chandra, j’attends donc un éventuel second tome avec impatience. Ce n’est peut-être que le prélude à quelque chose de plus consistant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Au top :) merci pour cette page, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://mael-jouet.blogspot.com/
Répondre