Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Batman, La Nuit des Monstres

A peine commencées que voilà les titres Batman sont déjà gangrenée par un crossover entre les séries Batman, Nightwing et Detective Comics. Si cela peut permettre de se plonger rapidement dans ces titres, pourquoi pas ? Mais, je vais être franc, le titre, La Nuit des Monstres, et la couverture, un Nightwing devenu un monstre, me laisse assez sceptique…

 

Tandis qu’une tempête aux allures de catastrophe naturelle approche de Gotham City, c’est entouré de ses fidèles alliés, Batwoman, Nightwing, Duke Thomas ou encore Spoiler, que Batman s’apprête à affronter une armée titanesque. Des monstres aux ordres d’une puissance inconnue et terriblement ingénieuse.

Batman la Nuit des Monstres ou le premier crossover qui prend place dans la nouvelle continuité DC. Aidé de Tom King (Batman), Tim Seeley (Nightwing) ainsi que James Tynion IV (Detective Comics), Steve Orlando (Justice League of America) met en place une intrigue haletante et rondement menée, faisant de Gotham City le repaire des monstres les plus horribles qui soient, grâce aux traits de Riley Rossmo (Constantine), Roge Antonio (Superman Rebirth) et Andy McDonald (Justice League of America).

(Contient Batman Rebirth #7-8 + Detective Comics #941-942 + Nightwing Rebirth #5-6)

Commençons par les dessins… Trois séries concernées, trois artistes. Jusque là, pas de problème, cela se comprend. D’autant que si les styles se rapprochent, l’unité graphique sera cohérente. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le style de Riley Rossmo, Roge Antonio et Andy McDonald se rejoignent plutôt bien… C’est juste monstrueux. Pardon de le dire comme cela, mais je trouve cela d’une laideur !

 

Les monstres sont hideux, les personnages pas beaux, suffit de regarder Batwoman sur la deuxième page, et son masque disproportionnée… Cela donne le ton pour la suite. En feuilletant de nouveau cet ouvrage au moment d’écrire cette review et je ne peux m’empêcher de penser que DC a mis des dessinateurs de seconde zone pour cet event, histoire de laisser souffler les dessinateurs principaux de ces différentes séries.

 

Tournons vite la page des dessins, pour nous intéresser à l’histoire. Une catastrophe naturelle s’abat sur Gotham ! Une tempête incroyable balaie toute la ville. Batman envoie sa nouvelle équipe, Spoiler, Gueule d’Argile et Orphan mettre les gens à l’abri à l’extérieur de la ville, et en hauteur. De son côté, accompagné de Batwoman et Nightwing, notre héros tente d’évacuer les gens du centre ville.

 

C’est alors qu’ils sont attaqués par une créature titanesque, un monstre géant et moche à glacer le sang ! Un combat incroyable s’engage. Même à trois, nos héros ont tout le mal du monde à opposer une résistance solide face à cette créature. D’autant que le repos va être d’une courte durée, puisque un autre monstre, encore plus terrifiant et plus puissant se lève déjà dans les rues de Gotham.

La situation est tendue ! Une grande partie de son équipe est dépassée par une population de plus en plus agressive et violente à contenir loin de la tempête, il doit se battre, du moins tenter d’opposer une opposition ridicule face à des monstres surpuissants, et voilà qu’il doit en plus enquêter sur les raisons de ce « réveil » de tous ces monstres.

 

Une explication qui va trouver sa source dans les premiers épisodes du Batman Rebirth de Tom King !

 

Un début d’intrigue qui se tient, avec des explications qui semblent logiques, mais c’est la seconde partie qui part en sucette. Une tension qui va crescendo (plutôt bien, on est tenu en haleine), malheureusement, à vouloir trop faire dans le spectaculaire on tombe dans le glauque et le ridicule… Tout comme la face à face final. On aurait pu espérer quelque chose de dantesque, d’épique, un vrai duel de « génies » et l’on se retrouve avec un méchant absolument ridicule et mal travaillé.

Depuis les New52, j’ai un peu de mal avec les event propres à Batman. On en fait trop, on les impose à trop de séries, on s’étale sur la longueur, on perd en qualité et on veut trop en faire.

 

Je ne dis pas grand-chose de plus, pour ne pas gâcher le seul intérêt de ce tome, avec la petite intrigue policière.

 

Bref, une intrigue plutôt prometteuse au départ et dans ses débuts. Une tension palpable et qui ne cesse de croître jusqu’à atteindre le n’importe quoi et se terminer pour ne laisser qu’un sentiment blasé. Une intrigue qui n’apporte rien, vite lue et vite oubliée.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article