Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Nous Sommes les Gardiens de la Galaxie

J’ai découvert, et adoré immédiatement, les Gardiens de la Galaxie avec Annihilation, et plus particulièrement avec sa suite, Annihilation Conquest. Fan de cosmique, me retrouver avec une équipe aussi hétéroclite, ce fut un grand moment. Malheureusement, le succès cinématographique est passé par là… J’ai adoré les deux opus des Gardiens avec Chris Pratt, Zoé Saldana et consorts, mais depuis l’équipe est passée du statut d’anonyme à celui de titre phare pour Marvel. Forcément, il fallait un grand nom pour écrire, et Brian M. Bendis, pourtant formidable sur Avengers ou sur Ultimate Spider-Man, nous a proposé des dizaines et des dizaines d’épisodes sans saveur, où il ne s’est rien passé.

J’ai donc jeté mon dévolu sur l’équipe d’origine celle des années 70, et j’y est retrouvé tout ce que j’avais aimé dans les histoires de Dan Abnett et Andy Lanning lorsqu’ils avaient relancé l’équipe à la fin des années 2000. On comprend en plongeant dans ce glorieux passé quels ont été les inspirations des deux scénaristes.

 

De leur création en 1969 à l’explosion de leur popularité au XXIème siècle, notamment grâce aux deux films qui leur sont consacrés, les Gardiens de la Galaxie connaissent plusieurs formations. Ce volume présente les récits fondateurs du groupe, ses aventures emblématiques ainsi que de nombreux articles vous révélant tout ce qu’il faut savoir sur l’équipe la plus cosmique de l’univers Marvel.

(Contient les épisodes Tales to Astonish #13, Marvel Super-Heroes #18, Marvel Two-in-One #5 et #69, Marvel Presents #3, Rocket Raccoon (1985) #1, Guardians of the Galaxy (1990) #1, Marvel Holiday Special 1993, Warlock & the Infinity Watch #14, Guardians of the Galaxy (2008) #1, Guardians of the Galaxy (2013) #0,1, #1, #10 et Annual #1, Guardians of The Galaxy Tomorrows Avengers #1)

Il est toujours difficile de faire une review sur les anthologies de Panini. On se retrouve avec un choix éditorial d’une grosse quinzaine d’épisodes censés nous présenter les moments marquants ou essentiels d’un personnage ou d’une équipe. Ses, ou leurs origines, les grands faits marquants, ce genre de choses. Pour les Gardiens de la Galaxie, l’édition de cet ouvrage a été encore plus compliqué, la faute à une publication chaotique, de longues pauses et deux équipes totalement différentes, dont l’originale qui se situe chronologiquement, temporellement parlant, plusieurs siècles après l’équipe que l’on connaît le plus.

 

Nous plongeons donc loin dans le passé, en 1969, pour voir la création des Gardiens de la Galaxie, sous l’impulsion d’Arnold Drake et Gene Colan. Mais ici pas de Star-Lord, de Gamora ou de Drax. Non, nous faisons la connaissance de Charlie-27 le dernier Jupiterien, Martinex le dernier Plutonien, Astro Vance le Terrien de plus de mille ans ou encore Yondu le Centaurien ! Nous sommes en 3007, et après avoir été colonisée par la Terre, notre système solaire est sous les griffes des redoutables Badoon !

 

On ne parlera de flop, mais il faudra quelques années avant de revoir cette équipe, pourtant plus que prometteuse, et encore davantage pour qu’ils aient le droit à leur propre série en 1990 grâce à Jim Valentino ! Le scénariste garde les créations d’Arnold Drake, et on y retrouve aussi la brûlante Nikki de la planète Mercure, ou encore l’incroyable duo Starhawk, celui qui sait, et la magnifique Aleta. Sous l’impulsion de Jim Valentino notre équipe va vivre des aventures incroyables et passionnantes, malheureusement, nous n’avons le droit qu’à un seul épisode ici. Il faut dire qu’il y a beaucoup de choses à aborder.

Après les origines de cette équipe, nous avons également le droit à celles de Groot (absolument improbables) ou de Rocket (un monde fascinant et incroyable par Bill Mantlo et Mike Mignola). Le tome aborde également très, trop, rapidement la version de l’équipe d’Adam Warlock ! Un épisode qui nous montre à quel point il serait formidable de retrouver cette série, Adam Warlock and the Infinity Watch, en intégrale.

 

Avec cet épisode, la première grosse moitié oldies du tome se termine. On se retrouve ensuite directement à la fin des années 2000, avec les fameux Gardiens de Dan Abnett et Andy Lanning, cette équipe incroyable qui s’est soudée durant la fantastique période Annihilation. Des aventures incroyables, des personnages passionnants. Clairement la période, les histoires qui m’ont fait aimer les Gardiens de la Galaxie.

 

Le chien Cosmo, la lutte contre l’Église Universelle de la Vérité, War of Kings, les manigances de Peter, Phylla-Vell, Mantis, Tik, les dessins de Paul Pelletier ! Une période fantastique et une série mythique à mes yeux ! Quel plaisir de replonger là-dedans à travers un épisode !

La fin du tome, avec pas moins des six derniers épisodes, c’est beaucoup moins génial. On se retrouve avec six épisodes de Brian M. Bendis. Six épisode qui montre que Bendis avait une idée à la base, avec l’opposition entre Peter et son père J’Son, le souverain de Spartax ! Malheureusement, il n’y avait bien que les débuts de prometteurs. Par la suite Bendis s’est complètement perdu ! Des épisodes qui nous montre à quel point le scénariste est arrivée sur la série sans aucun plan sur long terme ! Il ne se passe absolument rien de marquant, ou de bon tout simplement. Nul doute que l’on ne retiendra rien de ce run…

 

Bref, une anthologie qui illustre à merveille ce qu’a été la licence des Gardiens de la Galaxie à travers le temps. Des hauts et des bas. Du bon et du mauvais. Après c’est comme toujours, c’est aux goûts de chacun. Personnellement je suis fan de la période oldies, avec les Gardiens des origines, puis de la période Abnett et Lanning. Depuis, c’est une longue traversée du désert. Mais aucun doute, que vous trouverez quelque chose qui vous plaira dans cet ouvrage passionnant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article