Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Batman Dark Detective

Je vais être honnête, ce Batman Dark Detective est arrivée à la maison pour trois raisons qui n’ont rien à voir, ou presque avec le contenu. Tout d’abord, c’est du Batman, ensuite c’est oldies et enfin cette couverture du Joker est juste exceptionnelle ! Ce poisson est énorme. Je dois bien reconnaître, également, que ce tome n’est pas forcément le pus haut dans ma pile de lecture, mais à force de lire le Batman de Tom King, j’ai eu le besoin de plonger dans du Batman plus ancien, plus vieux, histoire de retrouver de la qualité et éviter d’être dégoutté de l’un de mes personnages de comics préférés.

 

Batman vient d’être déclaré hors-a-loi par les autorités de Gotham City, corrompues par le malfaiteur Rupert Thorne. Sous son identité civile, Bruce Wayne fait alors la encontre de Silver St. Cloud, une spécialiste de l’événementiel, et la première femme à découvrir son identité secrète. Affrontant le Dr Phosphorus, le Professeur Strange, Deadshot et le Joker, Batman aura fort à faire pour se réhabiliter.

Batman – The Dark Detective présente une des versions les plus singulières du justicier masqué. Le duo artistique formé par Steve Englehart et Marshall Rogers a redéfini le Batman des années 1970 en offrant une vision moderne du héros, allant jusqu’à inspirer le premier film Batman de Tim Burton (1989).

(Contient les épisodes Detective Comics #439, #471 à 476, Batman Chronicles #19 et Dark Detective #1 à 6)

Avec ce tome de Batman – The Dark Detective, Urban nous propose les épisodes de Steve Englehart sur le personnage du justicier de Gotham. Des épisodes classés en deux époques. Son premier passage, au milieu des années 70, et son deuxième passage, trente ans plus tard, au cœur des années 2000.

 

Ce qui frappe d’entrée, avec la première période, c’est le plaisir de (re)plonger dans des intrigues, du justicier, rapides et incisives. De courtes intrigues courant sur un épisode et qui s’amuse à nous proposer une pléthore de personnages, d’adversaires hauts en couleurs.


Des adversaires farfelus mais qui vont mettre à mal le justicier. Le Docteur Phosphorus, conscient que Batman est un redoutable adversaire, parvient à faire pression sur les dirigeants de Gotham afin que son adversaire devienne hors-la-loi aux yeux des autorités. Une opportunité sur laquelle Rupert Thorne ne va pas hésiter à rebondir.

 

Puis c’est au Professeur Strange de s’en prendre à Batman. Alors qu’il cible les riches fortunes de Gotham, le savant fou va découvrir le plus grand secret de Bruce Wayne ! Ce faisant, alors qu’il compte en profiter pour tirer sa révérence de la plus belle des façons, il va devenir à son tour la cible de Rupert Thorne ! L’homme politique véreux qui tient à se débarrasser de Batman de n’importe quelle façon.

N’oublions pas la fantasque histoire avec le Joker, où le Clown Prince du Crime, après avoir « jokérisé » tous les poissons de la baie, tient à ce qu’on lui paie une taxe sur chaque poisson péché ou consommé.

 

Plutôt qu’un criminel à affronter, le véritable fil rouge de ces épisodes se nomme Silver St. Cloud. Une jeune femme à la chevelure blanche, au courbes parfaites et au caractère bien trempé, qui va jeter son dévolu sur Bruce Wayne. Mais la jeune femme est très différente des autres prétendantes que le milliardaire a pu avoir. Elle sent que Bruce Wayne est plus que le playboy superficiel qu’il tente de paraître. Tellement plus différente et intelligente que les autres, qu’elle va réussir à percer son secret !

 

La seconde partie du tome, avec les épisodes de 2005, se concentrent en une seule intrigue où se mêlent le Joker et Silver, de retour à Gotham. La jeune femme, maintenant fiancée au sénateur Evan Gregory. Ce dernier est en route pour le poste de gouverneur, et cela le conduit à Gotham ! Bruce et Silver vont enfin se revoir et l’on comprend vite, et aisément, que la passion est toujours là entre deux. Un simple regard, une pulsion et voilà les deux anciens amants qui le redeviennent !

Quel plaisir de voir Bruce ainsi, et le personnage de Silver est vraiment très réussi ! Alors qu’elle tient à quitter Evan avant d’aller plus loin, elle se retrouve kidnappée par le Joker ! Ce dernier tenant, lui aussi, à devenir gouverneur !! La jeune femme va être torturée par le Joker, ce dernier tenant à ce qu’Evan se retire de la campagne pour lui laisser le champ libre, mais il ne se doute pas que Batman va être encore plus enragé que d’habitude pour sauver cette demoiselle en détresse pas comme les autres !

 

Des histoires plaisantes et passionnantes, mais c’est véritablement le personnage de Silver St. Cloud qui se démarque de ces épisodes. Le personnage est vraiment réussi, on est loin des « greluches » sans cervelles qui aiment à se jeter aux pieds de Bruce Wayne. Silver a du tempérament et le prouve rapidement ! Sans doute un personnage trop « fort » pour rester auprès de Batman. C’est sans doute pour cela qu’elle disparaît d’une façon aussi ridicule que cela.

 

Graphiquement, les dessins de Marshall Rogers sont superbes ! Une fois de plus, c’est le personnage de Silver St. Cloud qui illustre cela à merveille. Cette jeune femme est juste sublime, terriblement belle ! Et puis son Joker est diabolique, terrifiant et charismatique ! Un Joker comme je les aime ! Le dessinateur nous gratifie de scènes exceptionnelles et qui marquent. La folie du Joker, la passion de Silver et que dire de toute la partie où cette dernière est prisonnière et torturée par le premier. Des scènes assez dures pour l’époque je trouve, et assez équivoques.

 

Bref, d’excellents épisodes, un plaisir de se replonger dans ces épisodes nostalgiques, et la découverte d’un personnage marquant, Silver St. Cloud !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article