Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Deadpool tome #5 "Le Mariage de Deadpool"

On ne sait jamais à quoi s’attendre lorsque l’on prend en main un nouveau tome de Deadpool version Marvel Now. L’horreur de camps horribles dans le tome #3, le deuil et la peur d’être seul avec le départ, de son esprit, de Preston dans le tome #4. Et voilà que l’on annonce son mariage ! Bien entendu, on parle de Deadpool, donc forcément son mariage ne va rien avoir de commun avec un mariage ordinaire ! Bien qu’aucun mariage ne le soit.

 

Wade Wilson a rencontré l’âme sœur et il a décidé de se marier. Après la cérémonie, où tous les super-héros sont conviés, le jeune couple partira en voyage de noces au Japon. Découvrez également une mission de Cable et Deadpool face à… Hitler !

Gerry Duggan, Brian Posehn, Scott Koblish, Mike Hawthorne et leurs complices vous invitent au mariage du Mercenaire Disert.

(Contient les épisodes #26 à 28)

Une nouvelle fois, le tome s’ouvre avec une histoire rocambolesque issue du passé pour Deadpool. Celui-ci est, non pas la suite direct, mais les événements se passant juste avant les vacances de notre mercenaire au Wakanda dans le tome précédent. Et je dois bien avouer, si je ne suis pas fan de ces interludes habituellement, celle-ci est plutôt amusante, savoureuse même.

 

Nous sommes à Los Angeles en 1954, et Deadpool est là pour empêcher la mort de Nick Fury, des mains d’Hitler ! En effet, en 1945, le tyran reçoit une, énième, visite d’un voyageur temporel venu pour le tuer. (J’adore d’ailleurs l’interrogation du Führer se demandant s’il a fait quelque chose de mal dans une vie antérieure pour mériter un tel acharnement.) Cette fois-ci, il se dit qu’il pourrai utiliser la machine pour tuer le responsable de ses misères, Nick Fury ! Bien entendu, l’arrivée de Deadpool dans l’équation va tout chambouler…

 

Mais revenons au principal de ce tome, la mariage de Deadpool. Et rétablissons les choses, Deadpool est déjà marié ! Les événements se sont déroulés lors de la minisérie Deadpool : Les Noces de Dracula ! On retrouve ces épisodes dans un Marvel Monster. (Je me demande encore et toujours pourquoi ces épisodes ne sont pas dans ce tome…) Deadpool, pour changer d’air, acceptait une mission pour Dracula, lui rapporter sa fiancé, Shiklah, reine des démons ! Vous avez tous vous Shrek ? Vous savez donc comment cela fini, la belle se marie avec l’autre, à savoir Deadpool.

Ici nous avons plus le droit à une sorte de célébrations avec les autres super-héros, histoire de les mettre dans la confidence. Les réactions des personnages sont juste géniales. Le truc est cela dit vite expédié.

 

Le tome se termine avec la lune de miel de nos deux tourtereaux au Japon, et l’on découvre à quel point il ne faut pas embêter la dame. Personnellement, j’ai tout de suite adhéré au personnage. Je trouve que Shiklah apporte un vent de fraîcheur des plus agréables dans le titre. A l’image de tous les autres excellents personnages que Duggan et Posehn ont déjà créé autour du personnage. Et puis esthétiquement, elle a beau être un démon, elle est superbe. Cela promet une nouvelle synergie très intéressante.

 

On pourrait se dire que le tome est plutôt plaisant à lire, mais il reste le problème du long, très long et laborieux épisode où Deadpool se remémore sa dizaine de mariages. Entre souvenirs ridicules, histoires d’une lourdeur harassante ou encore pages bouche-trou… Je ne suis clairement pas fan de ces épisodes où les dessinateurs pleuvent… On a vraiment l’impression que l’histoire est à rallonge pour que chacun ait sa dose à dessiner. Clairement si on avait pu zapper toute cette partie ma migraine s’en porterait mieux.

Si on rajoute cela au fait qu’il manque les véritables épisodes sur la mariage en question, on se dit que le terme « Le Mariage de Deadpool » est quelque peu mensongé. Et très franchement je vous conseille davantage la lecture du Marvel Monster où l’on fait la découverte de Shiklah que ce cinquième tome de Deadpool.

 

Graphiquement, Mike Hawthorne c’est toujours aussi parfait pour le titre, Scott Koblish est toujours aussi excellent avec son style rétro, et après on a la pléiade d’artistes, avec du bon, du très bon, du bof et de l’affreux. Cela, comme toujours est fonction des goûts de chacun.

 

Bref, la vie de Deadpool est loin d’être un long fleuve tranquille ! Gerry Duggan et Brian Posehn s’amusent à emmener Deadpool là où on ne l’attend clairement pas ! Un tome qui souffre de longueur à cause d’un épisode central servant plus de remplissage qu’autre chose. J’aurais clairement préféré, en ouvrant ce tome me retrouver avec Les Noces de Dracula… d’ailleurs je vais me jeter sur mon Marvel Monster de ce pas, histoire de véritablement savourer cette rencontre entre Deadpool et Shiklah.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article