Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : X-Men : Golgotha

L’offre actuel sur les mutants étant tellement insignifiante, pour ne pas dire tellement mauvaise, que je me suis dit, que pour lire du bon X-Men, il fallait que je plonge dans le passé. Avant de me lancer dans les Intégrales qui me sont encore inédites, j’allais partir sur des choses un peu moins lointaines, que j’ai lu en étant un peu plus jeune. C’est ainsi que j’ai jeté mon dévolu sur les Deluxe reprenant les aventures des X-Men au milieu des années 2000. A commencer par Golgotha, avec les épisodes signés Peter Milligan en 2005 sur X-Men.

 

Lorsqu’ils répondent à un appel de détresse venu d’une colonie mutante basée en Antarctique, les X-Men sont loin de se douter que leur rencontre avec l’étrange Golgotha risque de les faire sombrer dans la folie. De retour de cette mission, les héros doivent affronter l’une des étudiantes de l’Institut Xavier, avant de se rendre en Afrique pour mettre fin à un mystérieux trafic d’animaux auquel serait mêlée la Panthère Noire.

Découvrez onze numéros de la série X-Men écrite par Peter Milligan (X-Statix) et illustrée par Salvador Larroca (Invincible Iron Man).

(Contient les épisodes #166 à 176 de X-Men et #8 et 9 de Black Panther)

Ce Deluxe Golgotha ne nous propose pas une intrigue à proprement parlé. Il s’intéresse plus à une partie du run de Peter Milligan sur les X-Men. Cela fait quelques mois que Grant Morrison en a terminé avec son run mémorable sur New X-Men, les X-Men ont rarement été aussi géniaux, et c’est dans sa continuité que de nombreux artistes de talents sont venus apporter leur petite pierre à l’édifice mutant.

 

Plus que ses intrigues, j’y reviendrais plus tard, c’est véritablement sur le fond que Peter Milligan pose sa patte. Il a trois axes principaux. Tout d’abord le personnage d’Havok. Le frère de Cyclope a pris le pouvoir, un peu de son propre chef d’une équipe d’X-Men. Il a cependant, bien du mal à s’affirmer comme leader, on ne l’écoute pas, on ne le considère pas comme chef, voir on se moque de lui (Iceberg).

 

Il faut dire que sa prise de pouvoir ressemble plus à un coup de tête, car le mutant n’a pas du tout la tête à cela, plus obnubilé par le couple naissant entre Polaris et Iceberg, alors que ses propres sentiments refont surface. Et puis, si Cyclope n’ingère pas trop dans le commandement de son frère, il n’en est pas de même pour Emma Frost, véritablement omniprésente.

Autre axe de travail pour Milligan, la relation entre Malicia et Gambit. Si nous avons toujours été habitué à voir des hauts et des bas dans leur relation, on a bien l’impression, dès le départ de ce run, que nous nous dirigeons droit vers la sortie de route. Le couple est en pleine crise. Le fait de ne pas pouvoir se toucher commence à creuser un sérieux fossé entre les deux. Cela devient de plus en plus compliqué pour Gambit. Et ce n’est pas faute de tout essayer pour restaurer le couple. Mais l’arrivée d’une nouvelle élève plus qu’entreprenante avec le cajun va être l’étincelle de départ !

 

Le dernier axe de travail de Peter Milligan, c’est la place de Tornade dans l’équipe. Elle commence un peu à s’éloigner des mutants, d’autres préoccupations en tête, et son retour en Afrique avec l’équipe d’Havok va, là aussi va être une sorte de déclencheur. D’autant plus en retrouvant Black Panther. Le Nicanga devient, en effet, le théâtre d’apparition animalière déconcertante, ahurissante. Des crocodiles démesurés avec énormément de yeux, des singes géants à quatre bras ou encore des lézards horribles plus grands que des arbres.


L’équipe d’Havok, accompagnée de Tornade se rendent donc sur le terrain pour découvrir ce savant fou jouant ainsi avec les animaux. Mais ils tombent sur la Panthère Noire !

 

Dans Golgotha, l’intrigue qui donne son nom à ce recueil, une communauté, utopique, mutante située au pôle sud est complètement décimée, ravagée. Quand Havok et ses hommes arrivent sur place, c’est un véritable carnage, des corps déchiquetés jonchent le sol un peu partout dans le complexe. Ils ne le savent pas encore, mais ils viennent, à leur tour de tomber dans les griffes de Golgotha. Un ennemi venu d’ailleurs, que l’on ne verra presque pas mais qui va plonger les X-Men dans une situation proche du chaos ! Laissant ressortir les sentiments les plus vils enfuis au fond d’eux !

 

Des situations bien compliquées pour nos mutants, mais que les X-Men vont affronter vaillamment.

Graphiquement, les dessins sont signés, pour la quasi totalité par Salvador Larroca. Je suis un fan inconditionnel de l’artiste espagnol, et je réalise en replongeant dans ces épisodes, que je le suis depuis ces derniers. Ces personnages sont parfaits, beaux comme il le faut, sans exagération. L’action est limpide, les combats vivants, les pages riches de détail. C’est un travail sans faute, il n’y a rien à redire. Enfin, si on veut vraiment chercher des poux, on peut critiquer certains personnages sur quelques plans de loin ou sur quelques profils, mais rien de bien méchant.

 

Bref, pas les meilleures intrigues de Peter Milligan, mais une lecture très agréable, nostalgique qui montre qu’on peut faire de bonnes choses avec les X-Men sans partir dans les extrêmes. Suffit de bonnes histoires avec de bons personnages.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article