Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Reborn

Ce n’est pas faute d’essayer, mais je dois bien reconnaître avec les titres de Mark Millar issus de son MillarWorld. Empress sonnait totalement creux et donnait l’impression de lire du vent, Starlight fut une lecture sympathique mas pas folichon, folichon. Du coup, j’ai un peu de mal à être aussi enthousiaste que beaucoup de lecteurs à son propos. Pourtant je suis fan d’Ultimates, d’Ennemi d’État, de Civil War ou encore d’Old Man Logan. Mais là, là cela ne marche pas. C’est très bien de vouloir revisiter des classiques avec sa propre imagination, ses propres idées, mais il faut que cela mène à quelque chose ! Ne pas pondre un comics juste pour pondre un comics.

Je persiste aujourd’hui avec Reborn, une histoire prometteuse et Greg Capullo au dessin, croisons les doigts.

 

Bonnie Black est une vieille femme fragile que la mort effraie. Mais le jour de son décès, elle renaît en Adystrie, un monde fantastique en guerre. Rapidement, elle apprend qu’elle est l’élue, celle qui devra libérer le royaume du mal qui le ronge.

Mark Millar (Kick-Ass, Wanted, Starlight) et Greg Capullo (Spawn, Batman) signent un récit épique qui mêle avec brio fantasy et science-fiction.

(Contient #1 à 6)

Comme je le disais plus haut, ce n’est pas une série ou un personnage que Mark Millar adapte à sa sauce. Non, cette fois-ci il s’empare d’un thème plus général, qui touche tout le monde, ce qu’il se passe après la mort, si seulement il se passe quelque chose après. Voilà une question qui « hante » l’esprit des gens depuis que le monde est monde, du moins depuis que nous sommes capable d’y réfléchir, d’y penser, de nous torturer l’esprit. Parce que réfléchir à cette question, c’est réfléchir à sa propre mort, à se faire peur tout seul, et donc, surtout, à réfléchir sur notre vie, ce qu’on en a fait, ou pas fait.

 

Commençons par les dessins, comment faire autrement avec un artiste aussi doué que Greg Capullo. Alors que nous avions l’habitude depuis plusieurs années maintenant de le voir sur le titre Batman de Scott Snyder, il rejoint, à son tour, le scénariste écossais pour une nouvelle création. Si l’artiste excelle avec le côté sombre et inquiétant de Gotham, avec les personnages noirs œuvrant dans la nuit, qu’elle claque de voir ce qu’il peut nous proposer ici ! On retrouve tous les codes de la fantasy ! Des personnages emblématiques et inspirants, des créatures incroyables, des méchants charismatiques, des décors qui font voyager où se mêlent architecture médiévale et nature.

 

Golgotha, le grand méchant de l’intrigue est juste énorme ! Il incarne à merveille la méchanceté à l’état le plus pur, le plus brut. Et que dire de la cité de la reine des fées, c’est juste magnifique, un endroit que l’on rêverait de gravir pour nous y rendre. Non, tout est un ravissement en fait, tout est parfait graphiquement. C’est vraiment un comics que l’on mérite de lire, déjà rien que pour les dessins.

 

Voyons ce qui en est de l’intrigue, de l’histoire.

Bonnie Black est une vieille femme usée par le temps qui a vécu son lot de malheurs et de pertes, comme tout le monde. Cela fait quatorze ans que son mari a été tué lors d’une tuerie en pleine ville, puis elle a perdu son père dans de drôles de circonstances, mais elle a aussi eu une fille, et une petite-fille qu’elle adore par-dessus tout. Elle sait, elle sent que son heure sur Terre arrive à son terme, et comme beaucoup de personnes, Bonnie a peur ! Nous avons toujours peur de l’inconnu, et quelle plus grande inconnue que cette question qui nous hante tous : « Que va-t-il se passer après ? »

 

Mark Millar nous apporte sa réponse avec le trépas de Bonnie. Alors qu’elle ferme les yeux lors de son infarctus dans la salle de bains de sa maison de repos, elle les rouvre presque sur une sorte de champ de bataille oscillant entre médiéval et science-fiction ! On peut s’en douter, Bonnie n’y comprend absolument rien ! Mais à son arrivée, ceux que l’on peut assimiler aux méchants (c’est souvent le cas des créatures hideuses comme les orcs ou les gobelins) s’enfuient et abandonnent le combat !

 

Passé le premier choc de se réveiller ici, le second choc de se retrouver dans un corps jeune, le troisième choc est plus difficile à encaisser, lorsqu’elle réalise qu’elle est face à son père ! Pas de dieu, pas de religion, après la mort nous gagnons un monde qui nous est propre, où l’on retrouve les gens qui ont fait notre vie ! Les bons comme les mauvais ! Les amis, la famille, comme les gens qui nous ont fait du mal et même nos animaux.

 

Heureusement que le père de Bonnie est là pour lui expliquer tout cela, lui expliquer qu’elle va retrouver quasiment toutes les personnes qu’elle a côtoyé de son vivant, qu’elle est l’élue attendu par tout l’Adystrie, l’élue qui terrassera le terrible Golgotha et ramènera la paix ! Mais Bonnie est intriguée par autre chose, où est Harry ? Où est son mari ?

Comprenant bien le rôle essentiel qui est le sien, non sans mal cependant, Bonnie ne peut se résoudre à embrasser sa destinée immédiatement. Elle tient plus que tout à retrouver Harry en premier lieu. Voilà Bonnie et son père qui partent pour une aventure extraordinaire, pour un voyage que Bonnie n’aurait jamais pu imaginer de son vivant ! Mais ce qu’elle va découvrir risque de lui faire du mal, et Golgotha, ayant appris son arrivée en Adystrie, est bien décidé à se débarrasser de la sauveuse, à se mettre fin à celle qui est censée l’abattre !

 

Personnellement, je ne suis pas croyant, j’ai mes connivences avec certaines philosophies, mais je ne crois absolument pas au paradis et l’enfer, ou peu importe le nom qu’on leur donne. Et je trouve l’idée de Mark Millar absolument géniale ! Imaginer qu’une fois mort, nous devenions le héros de notre propre histoire, de notre propre aventure, de notre propre « film » j’ai envie de dire. On se retrouverait dans un monde fantastique, peuplé de créatures fabuleuses et de toutes les personnes que nous avons côtoyé durant notre vie. C’est juste énorme comme idée, comment ne pas être fan de l’idée ? Retrouver les gens qui nous sont cher, qui ont marqué notre vie et vivre des aventures incroyables, héroïques !

 

Mais l’idée de Mark Millar ne s’arrête pas que là, elle est plus profonde et prouve, en fin du tome, une utilité non négligeable pour le passage de l’après-vie. C’est très poétique comme image, comme idée. C’est une belle façon de procurer une dernière once de courage à une personne terrorisée par le fait qu’elle ne sait absolument pas ce qui va lui arriver. Je ne sais absolument pas ce qu’il m’arrivera une fois plus de ce monde, mais franchement, si les choses pouvaient se dérouler comme dans Reborn, je signe de suite ! La renaissance n’a jamais aussi bien porté son nom.

 

Bref, enfin, enfin je tombe sur un récit de Mark Millar qui me parle, qui m’emporte, qui me fait voyager ! Reborn est une incroyable histoire, un voyage onirique merveilleux, une aventure unique que l’on rêve tous de vivre, si vivre est le mot juste.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article