Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : La Légende de Darkseid

J’ai eu la soudaine envie de me lancer dans Les Archives Secrètes de la Suicide Squad. Mais l’introduction, m’a bien fait comprendre que ce serait une bonne idée de lire avant La Légende de Darkseid dans la collection DC Nemesis.

C’est en effet dans cet ouvrage que nous retrouvons la mini-série Legends, où nous trouvons les origines de la Suicide Squad post Crisis on Infinite Earths.

Je me suis donc lancé dans cette lecture sans hésiter.

 

Tyran incontesté de la planète Apokolips, Darkseid est le plus redoutable adversaire que la Ligue de Justice ait dû affronter. Désireux de ternir à jamais la réputation des légendes de la Terre, il envoie ses âmes damnées à l’assaut des grands médias, pour un campagne de calomnies attisant la haine du public à leur endroit.

(Contient les épisodes Legends #1 à 6, Jack Kirby’s Fourth World #2 à 5, Superman #3, Adventures of Superman #426 et Action Comics #586)

Nous sommes en 1985 et Crisis on Infinite Earths vient de prendre fin. L’univers DC repart sur de nouvelles bases. Les grands patrons de DC se disent qu’une deuxième mini-série, sorte de suite à Crisis on Infinite Earths pour préparer, un peu, ce que sera le nouvel univers DC. Nouvelle Justice League, Suicide Squad, de grandes choses sont mises en place pour indiquer aux lecteurs comment les choses vont maintenant se dérouler.

 

Avec Legends, nous découvrons un Darkseid n’acceptant pas que les super-héros de la Terre, véritables grains de sable dans les rouages de ses plans démoniaques, puissent être autant adulés, autant considérés comme des légendes ! Il n’y a que Darkseid qui peut prétendre à ce statut ! Et ce que Darkseid exige, Darkseid l’obtient ! C’est ainsi que le tyran d’Apokolyps lance Glorius Godfrey pour une mission des plus particulières !

 

Pas de combat, pas de déferlement de Paradémons, pas de bain de sang, pas d’affrontement titanesque pouvant causer la mort de civils innocents, non rien de tout cela. Glorius Godfrey prend le nom de G. Gordon Godfrey une fois sur Terre et entame une campagne, acharnée, contre les super-héros de la Terre dans les médias ! Darkseid veut salir l’image de nos super-héros, les rendre responsables de tous les maux de la Terre, de tous les malheurs des habitants.

G. Gordon Godfrey excelle dans la manipulation d’autrui, bien aidé par ses pouvoirs, et il ne faut pas longtemps pour que la petite étincelle qu’il allume se transforme en véritable incendie dévastateur.

 

La majorité ne se rallie pas à lui, tout de suite. Les super-héros sont aimés sur Terre. Mais avec quelques petits coups de pouce de Darkseid, les avis peuvent vite se ranger derrière Godfrey. Shazam qui tue son adversaire, la Justice League impuissante… de petits événements qui mis bout à bout finissent par faire changer de camp l’opinion publique ! Les super-héros deviennent la cible des pires infamies, des pires insultes ! Les gens leur tourne le dos, les policiers les prennent en chasse alors même qu’ils sont en train de les aider, Robin est même passé à tabac d’une violence inouïe ! Le président des États-Unis, devant le chaos ambiant, n’a pas d’autre choix que de voter un décret interdisant aux super-héros d’agir !

 

Reste le problème Superman, Darkseid décide de la catapulter sur Apokolyps et de le laisser aux mains de Grâce Suprême, la sœur de Glorius Godfrey ! Plus rien ne semble pouvoir arrêter le plan diabolique de Darkseid ! Mais le Phantom Stranger, invité de Darkseid pour voir son œuvre, semble d’un tout autre avis !…

Cette mini-série Legends, si elle permet la mise en place de beaucoup d’éléments du nouvel éditorial DC est également un pamphlet à l’encontre du monde des médias. Les gens ont une légère tendance à boire les paroles de ce que l’on dit à la télé, comme si les journalistes étaient assurance de vérité. Pire, comme si les médias pouvaient transformer la vérité pour la modeler à leur convenance, leur envie.

 

A l’époque, cela, cette intrigue devait plus que faire réfléchir, mais j’ai envie de dire, plus de trente ans plus tard, avec l’explosion des médias d’information, qu’on a clairement pris le chemin de ce média tout puissant. Et ce qui pouvait faire peur il y a trente ans, devient doucement une vérité glaçante et effrayante de nos jours. Mais est-ce la faute des médias qui profitent de leur toute puissance et celle des moutons qui les lisent, les regardent, les écoutent ?

 

J’aurais aimé que ce travail sur les média soit un peu plus présent au cœur de l’action, il passe très souvent en trame de fond. Je comprend bien que le but est la déchéance de nos héros. Mais ce pamphlet sur les médias était non seulement bien amené et crédible, mais aurait mérité un travail plus poussé. D’autant, que ces épisodes sont souvent redondants, répétitifs, avec pas mal de temps morts.

 

Graphiquement, il n’y a rien à redire, la quasi totalité du volume est l’œuvre de John Byrne et c’est tout simplement un régal pour les yeux. Quel plaisir d’avoir la chance de retomber de temps à autre sur des vieilles sagas illustrées par de véritables maîtres !

 

Bref, une bonne lecture, une bonne intrigue. Un peu trop de temps morts cependant, j’ai failli décrocher de temps à autre. Heureusement les dessins de John Byrne étaient là pour me tenir accroché. La promesse était belle, le rendu sympathique, j’attendais cependant plus. Je note les premiers épisodes tirés de Jack Kirby’s Fourth World qui m’ont définitivement convaincu de me lancer dans cette aventure ! (Un comble alors que je lisais ce volume avant de me jeter dans Les Archives de la Suicide Squad.)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article