Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Black Vortex tome #2

Black Vortex, ou une énième tentative de la part de Brian M. Bendis de proposer quelque chose de concret, et surtout d’intéressant, sur ses titres All-New X-Men et Les Gardiens de la Galaxie ! Il faut bien dire que depuis qu’il est sur ces deux titres il ne se passe rien ! Rien du tout ! Il m’est avis que lorsque ses run seront finis, il ne restera rien dans les mémoires de son passage.

Pourtant, souvent, les idées de départs ne sont pas forcément mauvaises (bon, hormis l’arrivée dans notre présent des X-Men d’origines…), mais le développement ne parvient jamais à gagner en profondeur, en intérêt. Et souvent, tout le temps, cela se termine dans le désintérêt le plus total !

 

Les Gardiens de la Galaxie, les All-New X-Men et le jeune Nova sont confrontés à l’incroyable pouvoir du Vortex Noir. Entre Ronan l’Accusateur sur le pied de guerre et Mister Knife fermement déterminé à prendre possession de l’artefact cosmique, les héros les plus valeureux seront-ils en mesure de sauver l’univers ?

Voici la conclusion du crossover spatial écrit par Brian M. Bendis (Avengers) et Sam Humphries (Uncanny X-Force), aidés par Gerry Duggan (Deadpool), John Layman (Gambit) et Kelly Sue DeConnick (Avengers Assemble). La partie graphique est assurée par Valerio Schiti (Avengers A.I.), David Baldeon (Web Warriors), Paco Medina (X-Men), Javier Garron (Star-Lord), David Lopez (All-New Wolverine) et Ed McGuinness (Hulk).

​​​​​​​(Contient les épisodes #25 de Guardians of the Galaxy, #28 de Nova, 10 et 11 de Legendary Star-Lord), #12 de Cyclops, #14 de Captain Marvel et #1 de Guardians of the Galaxy & X-Men : Black Vortex Omega)

Avec Black Vortex, nous avons le droit, une fois de plus, à un début d’intrigue qui a tout pour être sympa ! Du cosmique, beaucoup de personnages, et des personnages qui ont la possibilité de plonger leur regard, leur âme dans un artefact cosmique sans précédent, et se transformer en être surpuissant, à la conscience éveillée ! C’est ce que fond Gamora, le Fauve (le notre) et le jeune Angel. La transformation physique est impressionnante ! En bien (Gamora) comme en mal (le Fauve).

 

Mais ce Black Vortex est un artefact maudit, terrifiant et semant la mort derrière lui. Ce n’est pas pour rien si un personnage comme Mister Knife court après pour le refourguer à Thane, le rejeton de Thanos ! Les gens ont une légère tendance à l’autodestruction une fois qu’il ont plongé leur âme dans le Black Vortex.

 

Et ce danger immédiat divise au sein de nos héros. Certains veulent suivre Gamora, par exemple, dans l’acceptation du pouvoir que représente le Black Vortex pour s’opposer à Mister Knife et ses hommes, les Saigneurs. Tandis que d’autres, sous la houlette de Kitty, comprennent le danger que cet artefact représente, et sont plus partisan de le détruire, ou à défaut, s’en débarrasser !

Déjà qu’ils ont du mal avec les hommes du père de Star-Lord, mais si en plus ils se divisent, la tâche va devenir vraiment très compliquée ! Heureusement, au milieu de ces groupes (All-New X-Men et Gardiens de la Galaxie) il y a d’autres héros, comme Nova et Captain Marvel ! Mais aussi le retour de Cyclope, venu prêter main forte à ses anciens partenaires, accompagné de son père, Corsaire !

 

Comme je le pensais, le craignais, malheureusement, Brian M. Bendis ne nous propose absolument rien pour cette seconde partie. Le Vortex passe de main en main. Nova le volant aux Saigneurs, avant que l’un d’entre eux ne le récupère, avant qu’il ne tombe dans les mains de Carol Danvers. Un simple jeu de « à toi, à moi »… N’oublions pas quelques transformations ici ou là histoire de pimenter un peu la partie graphique… Quel dommage…

 

Et encore une fois, le grand final efface tout, et l’on se retrouve avec une énième intrigue qui n’apporte rien en profondeur. Et ce ne sont pas les quelques personnages à garder leur nouveau look qui va changer quoique ce soit. D’ici quelques épisodes, cette parenthèse Black Vortex va être complètement oubliée, mise de côté et il n’en restera absolument rien ! En soi, ce n’est pas gênant, mais si seulement l’intrigue en question était intéressante ou plaisante à lire…

Graphiquement, déjà qu’avec Bendis on est blindé, mais avec autant de titres différents au programme, c’est un véritable festival. Beaucoup de grands noms, que des grands noms. Des artistes que j’apprécie, d’autres moins, et l’un pas du tout. Mais le mélange graphique est indigeste, d’autant qu’il ne doit pas y avoir le moindre échange entre tout ce petit monde ! De petites différences esthétiques de temps en temps, ce n’est pas gênant, mais autant c’est carrément agaçant !

 

Bref, belle déception une nouvelle fois. On se dit, encore une fois, tout ça pour ça ! Le temps passant, on peut facilement comprendre, maintenant, que Bendis est arrivé sur ces titres avec une idée, mais pas le moindre plan sur long terme !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article