Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu ! #329 : Coco

J’ai beau avoir plus de trente ans, à chaque nouveau classique de Disney, je suis aussi impatient et excité que mes enfants. Et c’est l’occasion d’un moment en famille. Avec Coco, le cent vingtième classique de Walt Disney, l’impatience était au summum après des bandes-annonces donnant clairement envie, et puis un dessin-animé plongeant au cœur de la fête des morts mexicaine, c’est la promesse d’un voyage extraordinaire et haut en couleur.

 

Depuis des générations, la musique est bannie de la famille de Miguel. Depuis que Mama Imelda, l’arrière-arrière-grand-mère de Miguel, a vu son mari l’abandonner, elle et leur enfant Coco, pour partir sur les routes du Mexique vivre de la musique, il est devenu interdit de siffloter, de chantonner ou simplement d’écouter de la musique dans la famille. A travers les années, cette haine de la musique est devenu quelque chose de normal à laquelle tout le monde à adhéré. Et tout la « famili» travaille ensemble dans l’entreprise de fabrication de chaussures créée par Mama Imelda.

 

Mais les choses sont différentes, plus difficiles pour Miguel, le jeune garçon n’a qu’un seul rêve dans la vie, devenir musicien comme le grand, le célèbre Ernesto de la Cruz, le plus grand musicien de tous les temps au Mexique. Mais Mama Elena, la fille de Mama Coco, et véritable chef de famille, veille à ce que les volontés de Mama Imelda soient respectées !

Le film commence alors que  « dia de los muertos » la fête des morts est sur le point d’avoir lieu dans tous le Mexique. La fête la plus importante de l’année au Mexique. Une fête où l’on rend hommage à la famille, à tous ceux qui sont partis en préparant les « offrendas » sur un autel où l’on dispose les photos de tous ceux qu’on aime et qui nous ont quitté. Dans la famille de Miguel, c’est un fête très importante, et nombreux sont ceux à avoir leur photo d’exposée. Il en manque une cependant, celle du papa de Mama Coco, le mari de Mama Imelda !

 

Mais ne pas avoir sa photo sur l’offrenda, c’est pour les morts ne pas avoir le droit de revenir sur Terre pour cette nuit unique où les défunts peuvent revenir auprès de leur proches et faire la fête autour de d’eux et récupérer les offrandes qu’on leur a laissé.

 

Mais c’est à ce moment, que Miguel découvre que son arrière-arrière-grand-père n’est autre qu’Ernesto de la Cruz ! Heureux comme jamais, Miguel décide d’en informé sa famille, mais tout ce qu’il récolte ce sont des reproches et une guitare mise en miettes par Mama Elena. S’en est trop pour Miguel qui fugue le domicile familiale et par chercher du réconfort au cimetière, dans la sépulture d’Ernesto de la Cruz. Il veut être musicien, et sera musicien. Pour se faire, il décide de s’emparer de la guitare de de la Cruz, se trouvant dans son mausolée. Mais durant le dia de los Muertos on est censé donné aux morts, et non les voler !

 

Miguel est alors maudit, en ressortant du mausolée, les vivants ne le voient plus, il passent même à travers eux ! Pire, les seules personnes avec qui Miguel puisse discuter, et exprimer son désarroi, son inquiétude, ce sont les morts ! Il découvre que le cimetière est autant remplit de vivants que de morts. Et ces derniers sont capable de se mouvoir, d’échanger ensemble et de profiter tout autant de dia de los Muertos !

 

Miguel tombe alors sur Papa Julio, Tia Victoria, Tio Oscar, Tio Felipe et Tia Rosita ses ancêtres décédés. Se trouvant à une situation unique, et alarmante, ils décident de le conduire manu militari au monde des ancêtres, la cité des morts. Ils y retrouvent Mama Imelda, qui n’a pu franchir le pont reliant le monde des morts à celui des vivants. Là aussi, à cause de Miguel, se dernier ayant retiré sa photo de l’offrenda !

J'ai vu ! #329 : Coco

Heureusement, Miguel peut tout arranger ! Avec la bénédiction de son ancêtre, il peut retourner par les vivants, remettre la photo sur l’offrenda tout en promettant de ne plus jamais faire de musique ! Le petit garçon accepte à contre cœur, mais à peine est-il de nouveau vivant qu’il s’empare aussitôt, à nouveau de la guitare de de la Cruz, se retrouvant instantanément chez les morts ! Le petit garçon a beau tenter de s’expliquer, qu’il aime la musique, personne ne l’écoute ! Il prétexte alors un besoin urgent pour s’enfuir !

 

Il comprend que pour être musicien, il ne peut avoir la bénédiction que d’un seul membre de sa famille, Ernesto de la Cruz ! Celui-là même qui a abandonné sa famille pour vivre de la musique, pour vivre sa passion ! Lui seul peut comprendre ce qu’il ressent !

 

Mais difficile pour un vivant, de rester cacher parmi les morts ! Et il ne sait absolument pas où aller, où chercher ! Et le temps lui est compté ! A la fin de la nuit, s’il est toujours là, il ne pourra plus jamais partir ! En effet, Miguel se transforme peu à peu en squelette à mesure qu’il reste là-bas ! C’est à ce moment qu’il rencontre le sympathique Hector ! Un mort un rien mythomane, qui voit en Miguel son unique chance de pouvoir retrouver sa photo sur une offrenda et ainsi pouvoir enfin traverser le pont menant au monde des vivants et y revoir sa fille !…

 

Ce duo va vivre une aventure extraordinaire, entre rebondissements, courses poursuite et chansons à consonance mexicaines. Une aventure qui va leur montrer l’importance de la famille et le stupidité de la rancune. Une aventure qui va changer leur vie, et leur mort à tout jamais !

 

Graphiquement, le film est juste magique, parfait. La représentation du monde des ancêtres est magnifique et très colorés, clairement dans la veine de ce que die de los Muertos peut retransmettre comme image. C’est une fête pour les morts, mais une fête, paradoxalement, pleine de vie, chargée de couleur et riche de symboles et de coutumes liés à l’importance de la famille.

 

Bref, Coco est un film magnifique, d’une grande beauté esthétique mais également poétique. Je n’ai pas honte d’avouer que la fin m’a littéralement bouleversé, me serrant la gorge et m’humidifiant les yeux. C’est beau, c’est coloré, c’est rempli du superbes chansons, un voyage plein d’action et d’émotion. Une nouvelle magnifique histoire de la part de Disney.

J'ai vu ! #329 : Coco
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article