Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Les Gardiens de la Galaxie tome 5 "Les Gardiens rencontrent les Avengers"

Après la fin du run de Bendis et ses navrants All-New X-Men, on se dirige, avec ce cinquième tome, vers la fin de la première partie du run du même Bendis sur les Gardiens de la Galaxie. Un titre tout aussi navrant et sans la moindre profondeur. Il reste encore quelques tomes à lire après Secret Wars, Bendis décidant de continuer encore un peu après le grand final de Jonathan Hickman pour l’univers Marvel.

Qui sait, peut-être que ce nouveau départ va déclencher quelque chose chez Bendis et qu’il nous proposera sa première intrigue véritable sur le titre ?!

 

Quand Peter Quill devient, bien malgré lui, le président de Spartax, les Gardiens de la Galaxie entrent dans le jeu de la politique intergalactique. Alors que l’équipe doit s’adapter à cette nouvelle situation, les héros se remémorent des aventures vécues lors de temps plus simples, comme la fois où ils ont combattu aux côtés des Avengers.

Brian M. Bendis (All-New X-Men), Valerio Schiti (New Avengers), Art Adams (Longshot) ou encore Stéphane Roux (Harley Quinn) signent trois récits complets consacrés à Star-Lord et ses coéquipiers.

(Contient les épisodes #1 et 2 de Guardians Team-Up, #26 et 27 de Guardians of the Galaxy et #1 de Guardians of the Galaxy : Best Story Ever)

Peter Quill n’est pas ce que l’on pourrait appeler un homme totalement, intégralement, intrinsèquement fiable. Lorsque l’on pense à un héros responsable, inspirant confiance et sur entre les mains duquel on pourrait mettre sa vie, ce n’est pas son nom qui sort en premier ! Loin de là. Et pourtant !…

 

Et pourtant, le voilà qui devient président de Spartax ! Lui ! Peter Quill ! Mais quelle idée ?! Il faut dire que les habitants de Spartax voient en lui le leader des Gardiens de la Galaxie, mais aussi, et surtout, il est le fils prodigue qui a mis à jours les sombres agissements de J’Son, son père, et précédent président de Spartax. Il est responsable du départ du tyran.

 

Mais le plus bizarre dans toute cette histoire c’est Peter, Kitty (restée au sein de l’équipe suite à la demande en mariage acceptée de Peter) et les les autres Gardiens, apprennent cela à la télé, dans un tripot miteux au fin fond de la galaxie ! Bien évidemment, cette annonce surprend Peter ! Il y a de quoi. Mais surtout il n’est pas du tout intéressé par le « job ».

 

Malheureusement, certains « personnages politiques » de Spartax, qui ont manigancé tout cela dans l’ombre ont une autre approche du problème, et font ramener, de force Peter sur Spartax ! Bien entendu, Peter fait en sorte que Kitty et les Gardiens l’accompagnent ! Mais qui dit Gardiens, dit Gamora, et sa présence va provoquer l’arrivée de Chitauris !…

Un nouveau chaos s’abat sur Spartax, et tout cela va provoquer le départ d’un membre des Gardiens de la Galaxie !…

 

Hormis ces deux épisodes, qui clôturent cette version « Marvel Now » des Gardiens de la Galaxie.

 

Comme on nous l’explique en quatrième de couverture, nous avons le droit à deux autres récits complets. Mais il faut être franc et bien reconnaître que nous avons là une spécialité de Panini, quelque chose que nous n’avions pas vu depuis un moment cependant, avec de superbes épisodes bouches-trous ! Là on ne fait pas mieux !

 

 

Les épisodes de Guardians Team-Up, s’ils ont le mérite d’être dessiné par le génialissime Arthur Adams (dommage que la colorisation ne rende pas justice à ses superbes dessins (aaaaahhh Spider-Woman !!)!), propose une banale rencontre entre les Gardiens et les Avengers sur fond d’attaque des Chitauris et Nebula pour capturer Gamora. On pourra toujours justifier la présence de ces épisodes de par leur lien avec les derniers épisodes du titres principales… Bien qu’ils ne sont vraiment pas indispensables…

Enfin, l’épisode « Best Story Ever » est juste une vaste blague de libération de deux de nos héros pour voler des toilettes…

 

Graphiquement, après la très belle parenthèse Arthur Adams (aaaaaahh Spider-Woman !!), on retrouve l’habituel Valerio Schiti. C’est toujours aussi propre, aussi joli, sans fioritures, un vrai plaisir à regarder. Notons également le joli travail de Jacopo Camagni avec un style très vif, très agressif.

 

Bref, j’ai l’impression de me répéter, mais il faut dire qu’on peut reconnaître cela à Brian M. Bendis à son travail sur les Gardiens de la Galaxie (comme sur les mutants), c’est creux et sans intérêt. Franchement, pourquoi s’être lancé sur de tels titres s’il n’avait aucune idée de ce qu’il voulait faire. Entre le point de départ, l’arrivée de Bendis, et l’arrivée, la fin de cette série, on a l’impression qu’il ne s’est rien passé !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article