Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Hulk par Bruce Jones tome #1

La collection Marvel Icons, de manière générale, propose des runs absolument géniaux à lire. Toujours de belles sagas, des arcs, des runs essentiels aux personnages concernés. Whedon sur les Astonishing X-Men, Miller sur Daredevil, Millar sur les Ultimates ! C’est avec impatience que je me lance donc dans ce premier tome de Hulk par Bruce Jones !

Je me rappelle à l’époque, au début des années 2000 (2003 je crois), avoir lu les premiers épisodes dans le kiosque Hulk premier du nom. Avoir clairement adoré, mais le kiosque n’a pas duré, ou j’ai dû arrêter pour une raison ou une autre.

 

Alors que Bruce Banner croyait enfin tenir son alter ego sous contrôle, Hulk laisse une victime dans son sillage : un enfant. Devenu l’ennemi public numéro un, le Colosse de Jade s’enfuit sur les routes de l’Amérique profonde. Poursuivi par la police et par des assassins, il est cependant aidé un homme mystérieux qui refuse de dévoiler son identité…

Découvrez les épisodes mémorables consacrés à Hulk, écrits par Bruce Jones (Savage Sword of Conan) et illustrés par John Romita Jr (Amazing Spider-Man), Stuart Immonen (Star Wars) et Mike Deodato Jr (Original Sin).

(Contient les épisodes #34 à 54)

Quel choc pour Bruce Banner ! Lui qui pensait que Hulk était maitrisé, il découvre qu’il a de nouveau été libéré, mais qu’en plus qu’il est responsable de la mort d’un enfant ! Voilà le docteur obligé de se plonger dans la clandestinité et de partir en cavale au cœur de l’Amérique profonde ! C’est ainsi que Bruce Jones parvient à isoler, esseuler son personnage lui offrant, ainsi, le champ libre pour son intrigue, sans avoir à se soucier de ce qu’il se passe autour, dans les autres titres.

 

La boule à zéro, des vêtements sombres et banals, une casquette, un sac à dos et un ordinateur à la pointe de la technologie, voilà Bruce Banner qui erre de ville en ville, passant de l’autostop à la marche à pied. Chaque arrêt dans une ville peut être le dernier, il se doit d’être le plus prudent et le plus discret possible. Si sa méditation est au top de sa forme, son esprit chevaleresque l’empêche de ne pas secourir celui qui en a besoin. Comme un jeune en proie de sombrer dans un gang, une prise d’otage dans une supérette paumée… Ce genre de choses. Et voilà Bruce obligé de reprendre la route.

 

Dans sa traversé du pays, il est aidé, par ordinateur par un mystérieux personnage appelé Monsieur Bleu. Un personnage dont, ni Bruce Banner ni le lecteur, ne sait quoi que ce soit. Ce mystérieux allié permet à Bruce d’échapper à la police ou aux personnes qui le suivent !

Parce que l’odyssée de Hulk n’est pas une simple fuite, il est pourchassé ! Devenu l’ennemi public numéro un, il est recherché par la police, le FBI. Tout le monde veut mettre la main sur le monstre ayant tué un enfant. Mais la police est le cadet des soucis de Bruce Banner. En effet, une mystérieuse organisation, avec un chef mystérieux, puisqu’on ne voit sa bouche et ne connaissons pas son nom, traque Hulk !

 

Et le moins que l’on puisse dire c’est que de sacrés moyens sont mis en œuvre ! Des tueurs incroyables se lancent aux trousses de Bruce Banner. Des tueurs prêts à tout pour énerver Bruce et provoquer la transformation en Hulk ! On pourrait croire que cette aspiration est totalement folle, mais logique quand on comprend que ces tueurs, en plus de l’adrénaline que cette quête provoque, cherche à récupérer le sang du monstre !

 

On pourrait croire leur mission vouée à l’échec, malgré leurs talents, ils ne restent que des humains face à un monstre irradié de rayons gamma ! Mais ces différents tueurs semblent capables de se relever à chaque fois qu’ils meurent ! Il y a de tout à ses trousses. Un tueur d’exception, un ancien agent du FBI s’injectant du sang de Hulk, ou encore la mère de l’enfant décédé pariant sur son corps de déesse avant tout autre chose.

 

Mais Hulk n’est pas un personnage à prendre à la légère ! Même traqué, même alors qu’il essaie de se maîtriser, il reste un adversaire redoutable et intelligent de surcroît. Cependant quoi qu’il fasse, malgré ses victoires, la traque ne s’arrête jamais, et l’organisation mystérieuse qui le poursuit encore quelques cartes dans sa manche, comme un certain Emil Blondsky

Bruce Jones nous propose une intrigue oppressante, qui tient en haleine. On passe son temps à s’interroger, à être surpris par les nombreux rebondissements et à trembler pour Bruce Banner. Les personnages créés pour affronter, accompagner, Bruce sont de belles réussites, et l’on s’attache assez facilement à eux, en bien ou en mal, que ce soit Verdugo, Sally Riker ou encore l’agent Pratt. De plus, en isolant ainsi le personnage, Bruce Jones ne voit pas son titre gangréné par les événements ou retombées des autres séries. Il peut ainsi, à loisir, se concentrer pleinement sur le personnage de Bruce Banner.

 

Graphiquement, c’est juste un régal pour les yeux ! John Romita Jr, Lee Weeks, Stuart Immonen et Mike Deodato Jr ! Comment faire le difficile ?

John Romita Jr et son style tellement expressif ! Il n’y a qu’à voir son épisode Nuff Said avec la petite fille autiste dans le vieux diner américain. Aucune bulle de texte et pourtant l’épisode transmet tellement de chose.

Lee Weeks et ses dessins tellement détaillés, tellement riches.

Stuart Immonen dans un style plus sombre, mais tout aussi incroyable.

Et enfin Mike Deodato Jr, plus dans le réalisme et dans une retranscription incroyable de la puissance et des sentiments.

 

Bref, ce road-movie de Bruce Banner est juste passionnant ! Sombre, oppressant, on tremble pour le bon docteur Banner ! On n’est happé par cette traque et passionné par tous ces personnages inédits qui en viennent à être presque aussi intéressants, et importants, que Bruce. Voir arriver la fin de ce premier tome est presque une torture de se dire qu’on n’aura pas la fin tout de suite !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article