Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Astérix et la Transitalique

Après Astérix chez les Pictes et le Papyrus de César, je dois reconnaître être devenu un grand adepte des aventures d’Astérix par Jean-Yves Ferri et Didier Conrad ! Les deux artistes ayant réussi le pari de nous proposer des aventures vivantes, pleines d’humour et de nombreux clins d’œil ! Et puis quel plaisir, tout simplement de retrouver, régulièrement (environ tous les deux ans) les aventures de notre petit gaulois préféré !

Comme il est de coutume depuis fort longtemps maintenant, nous nous retrouvons, ici, avec un tome « voyage », faisant suite à un tome village précédemment.

Pour ce trente-septième album, Jean-Yves Ferri est parti d’un postulat très simple. Malgré que l’adversaire d’Astérix, Obélix et des autres irréductibles gaulois soient les Romains, nous savons, à l’instar de nos héros très peu de de choses sur les Italiens dans la bande-dessinée !

Tout commence, comme bien souvent, au Sénat, à Rome, où l’entretien, et la qualité des voies romaines sont au cœur des débats ! Beaucoup trouvent qu’elles sont dans un état lamentable. Lactus Bifidus, le responsable des voies s’en insurge, et annonce, tonitruant, qu’il compte organisant une gigantesque course de chars à travers toute la péninsule, ouverte à tous les peuples du monde connu, pour prouver l’excellence des voies romaines ! Mais sachant à quel point les voies romaines sont dans un sale état, il en est le principal responsable, il se demande bien comment il va faire !

Da leur côté, Astérix et Obélix à la Foire Itinérante de l’Artisanat Celte à Darioritum pour conduire Agécanonix chez un dentiste. En chemin, Obélix croise une diseuse de bonne aventure. Cette dernière suggère au gros gaulois qu’il va gagner une grande course au volant d’un rutilant char de course !

En apprenant l’existence de la grande course transitalique, le sang d’Obélix ne fait qu’un tour et tient absolument participer ! Voilà comment Astérix et Obélix qui partent en Italie pour la grande course !

Mon Impression : Astérix et la Transitalique

Au programme des équipage hauts en couleur (avec un excellent travail humoristique sur les noms), des courses pleines d’action, un favori romain qui semble intouchable, Coronavirus, et encore une fois des situations farfelues, des rebondissements savoureux, de la potion magique et un petit air, très léger, du Tour de Gaule.

Graphiquement, il n’y a rien à redire. Didier Conrad maîtrise parfaitement son sujet, c’est un sans-faute ! Une fois de plus, nous avons le droit à notre lot de caricatures célèbres comme Pavarotti ou Alain Prost.

Bref, ce nouvel épisode des aventures du petit gaulois le plus connu au monde est une belle réussite. Je dois bien avouer avoir beaucoup rigoler tout au long de ces quarante-six pages ! Beaucoup de bons jeux de mots, des répliques pleines d’humour et une aventure, qui une fois de plus, sur fond de tour d’Italie, passe bien trop vite !

Mon Impression : Astérix et la Transitalique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article