Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu! #288 : Inferno

Avec Inferno, nous avons le drois au troisième film de franchise cinématographique centrée sur Robert Langdon (Tom Hanks). Chronologiquement, si on est toujours à l’inverse de l’ordre littéraire, nous avons surtout perdu, au passage, Le Symbole Perdu.

 

Personnellement, je suis un gros fan de cette licence et de ces bouquins ! Bien qu’à l’inverse de Da Vinci Code et d’Anges et Démons, j’ai pris le parti, cette fois-ci d’attendre le film avant de me lancer dans la lecture du bouquin.

 

Le film commence de façon violente, avec le suicide de Bertrand Zobrist (Ben Foster), un milliardaire qui a compris que la planète court à sa perte de par l’explosion démographique exponentielle que l’on traverse depuis l’apparition de l’Homme !

Peu de temps après, Robert Langdon se réveille, amnésique, dans un hôpital de Florence. Blessé par balle à la tête, il essaie désespérément de remettre les pièces du puzzle dans le bonne ordre, aidée par la médecin, s’occupant de lui, Sienna Brooks (la si magnifique et géniale Felicity Jones). Mais très vite, une nouvelle agression le pousse, tant bien que mal, à fuir l’hôpital, en compagnie du docteur Brooks.

 

S’il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures, hormis d’effrayants cauchemars le plongeant en plein cœur de l’Enfer de Dante, Robert Langdon conserve toutes ses fonctions et capacités intellectuelles. Et il va en avoir bien besoin, en découvrant, chez le docteur Brooks, dans une de ses poches, un objet avec le symbole biohazard ! La capsule, qui ne s’ouvre qu’avec son empreinte, lui révèle un dessin célèbre de l’Enfer selon Dante, à quelques détails près ! Une nouvelle énigme s’ouvre pour le professeur !

 

Mais cette fois-ci, pas de théorie du complot, pas de grandes inquisitions contre la Chrétienté, mais une course la montre pour empêcher une attaque bactériologique qui pourrait changer, de façon drastique et dramatique, la face de l’Humanité !

 

Bien aidé, trop aidé, par le docteur Brooks, Robert Langdon doit se battre avec sa mémoire défaillante, pour essayer de remettre les événements dans le bon ordre, contre le Consortium, étrange société, travaillant pour feue Zobrist, qui envoie une tueuse implacable sur le dos du professeur, mais aussi par le « bras armé » de l’Organisation Mondial de la Santé, inquiet de voir une nouvelle Peste Noire s’abattre sur le monde ! Autant dire que la marge de manœuvre est plus qu’étroite !

J'ai vu! #288 : Inferno

Heureusement Sienna Brooks est une experte de Dante, très intelligente, elle semble de plus en savoir beaucoup plus qu’elle ne le dit. Mais Langdon n’a pas le temps de s’attarder sur ce détail, il a bien trop de choses en tête ! L’arrivée de Christoph Bouchard (Omar Sy) va peut-être pouvoir l’aider à remettre les événements dans l’ordre, et y voir plus clair, à moins, que lui aussi, ne cache des choses à notre héros, complètement perdu !

 

Un périple en Europe plus tard, et c’est toute la vie de Dante et l’explication de son œuvre la Divine Comédie qui nous est proposé alors que Dan Brown, à travers Ron Howard nous alarme sur le suicide vers lequel nous conduisons notre planète !

 

J’ai été assez surpris de voir que Dan Brown, et donc Ron Howard ne s’orientait pas sur une nouvelle intrigue de la théorie du complot, et loin du milieu catholique. On se retrouve avec une sinistre et sombre intrigue terroriste sur fond d’éco-ethnologie. Une intrigue palpitante, haletante et prenante. Toujours en gardant l’aspect course à énigmes !

 

Le casting, une nouvelle fois est exceptionnel, Tom Hanks reprend son rôle avec justesse et précision. Mais personnellement, il se voit voler la vedette par Felicity Jones, une actrice que je prends de plus en plus plaisir à découvrir et à connaître. Elle propose un personnage de Sienna Brooks intrigante, envoutante et captivante. Qu’on prend plaisir à découvrir petit-à-petit.

 

Bref, ce troisième film, pas sûr qu’il y est de quatrième, en tout cas pour Ron Howard c’est rideau, bien que très différent des deux premiers opus, est tout aussi prenant et passionnant, riche et énergique, intéressant et rythmé. Toujours un plaisir de retrouver le personnage de Robert Langdon et les formidables intrigues, et énigmes, qui l’entourent !

J'ai vu! #288 : Inferno
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article