Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Suicide Squad tome #4 "Entre les Murs"

Plus les tomes passent et plus je me demande ce que la majorité des lecteurs ont pu trouver de génial à la série Suicide Squad !! C’est long, c’est pompeux, c’est ennuyeux… Les qualificatifs négatifs ne manquent pas pour décrire l’absence d’intérêt scénaristique. Je me dois d’être honnête, ce quatrième tome est chez moi plus par collectionnite aiguë que par envie de le lire. Mais je me suis dit que j’allais quand même jeter un œil voir comment cela se termine…

 

Les plus grands héros de la Terre ont disparu. Il ne reste que les criminels de la Suicide Squad pour défendre et protéger l’humanité.

De leur côté, Deadshot, Harley Quinn et Captain Boomerang sont missionnés par Amanda Waller afin d’empêcher qu’une arme puissante tombe entre les mains du génie, le Penseur. Mais celle-ci n’avait pas prévu son alliance avec Power Girl, Steel et le Soldat Inconnu

(Contient les épisodes Suicide Squad #24 à 30, Suicide Squad : Amanda Waller #1, Justice League of America #7.1 et Detective Comics #23.2)

Ce quatrième tome de Suicide Squad se déroule durant Forever Evil ! La Justice League et les autres super-héros de la Terre ont disparu. Le monde est aux mains des méchants et du Syndicat du Crime ! Les seuls à pouvoir s’opposer à eux sont d’autres méchants ! Comme Lex Luthor !

 

Le tome s’ouvre avec deux épisodes spéciaux, l’un sur Deadshot, l’autre sur Harley Quinn ! Durant Forever Evil, les différentes séries de DC Comics étaient prises d’assaut par les vilains de l’éditeur ! Ainsi, Justice League of America #7.1 était renommé Deadshot #1 pour l’occasion. De courts récits nous proposants les origines, version New52, des principaux vilains de l’univers DC Comics. Hormis quelques perles intéressantes, tous ces épisodes se résumaient à deux choses : rien de nouveau ou rien d’intéressant !

 

Mais le cœur de ce quatrième tome, et des histoires le composant, se déroule à Belle Rêve ! La prison pour méta-humains, comme toutes les autres prisons du pays, ont été libérées par les membres du Syndicat du Crime, laissant les gardiens, à la merci des prisonniers ainsi libérés ! Amanda Waller se retrouve ainsi prisonnière des murs de la prison, à la merci du Penseur, avec pour seul allié, ce psychopathe de James Gordon Jr !

Amanda Waller, piégée avec un collier d’explosif autour du cou, joue une partie d’échec avec le Penseur ! Ce dernier, terriblement puissant mais avec un corps qui flanche, cherche un nouveau corps ! Et quoi de mieux qu’une O.M.A.C. pour allier l’esprit le plus brillant de la Terre avec le corps le plus puissant de la Terre ? C’est ainsi qu’il missionne une équipe pour trouver cet O.M.A.C. ! Steel, Warrant, le Soldat Inconnu ou encore Power Girl ! Mais Amanda n’a pas dit son dernier mot ! Et alors que King Shark est bien décidé à la bouffer ! Elle envoie, elle aussi, une équipe après le corps d’O.M.A.C., sa Suicide Squad ! Même si l’équipe se résume, maintenant, à Deadshot, Harley Quinn et Captain Boomerang.

 

Entre rebondissements, trahisons, révélations et double-jeux, on ne sait jamais sur quel pied danser durant ces épisodes.

 

Mais concrètement, franchement, il n’y a rien à retenir, à sauver de ce tome ! Bon, hormis peut-être James Gordon Jr., absolument délicieux et savoureux ! Cette nouvelle vision du Soldat Inconnu est scandaleuse ! Le personnage de Warrant n’est qu’une vaste blague ! Ne parlons pas de Kamo, une caricature, un melting pot de mauvaises idées !  Le scénariste, Matt Kindt nous abreuve de mauvaises idées, de mauvais personnages. Il se dit qu’un truc pourrait être intéressant et il nous le pond sans réfléchir ! Il se dit que tel personnage pourrait être amusant d’inclure et il nous le propose à sa sauce… Du grand n’importe quoi. On dirait un scénario d’un mauvais film où l’on cherche la surenchère et empilons les scènes tape-à-l’œil sans lien entre elles…

Graphiquement, heureusement, c’est moins pire. Surtout grâce à la présence de Patrick Zircher sur quelques chapitres ! Pour le reste, huit autres dessinateurs sont crédités sur ce tome, et comme depuis le début on reste, on oscille entre du moyen, du quelconque et du mauvais.

 

Bref, cette série Suicide Squad ne restera pas dans les annales, dans les mémoires. Un titre mauvais, qui a aucun moment n’a su m’intéresser, me proposer quelque chose de plaisant à lire. Oublions vite tout ça…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article