Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu! #286 : Wonder Woman

L’annonce du film Wonder Woman a été un véritable électrochoc pour moi ! L’Amazone est un personnage que j’adore, un subtil mélange de mythologie et de contemporain, à travers un personnage féminin alliant force et charisme tout en dégageant une attraction animale sans égal ! Si l’annonce du film fut un véritable coup de poing, j’attendais, nous attendions tous le nom de l’actrice qui devra porter le costume si charismatique et sexy de la guerrière. Et lorsque je vis arriver la magnifique Gal Gadot, mon sang ne fit qu’un tour ! Quel choix judicieux de la part de DC Comics. Une actrice en devenir, dégageant un petit quelque chose, et d’une beauté à toute épreuve ! Je me trouvais, alors bien loin, des haters habituels criant au scandale de son manque de boobs, de sa nationalité israélienne ou encore de son manque de poils aux aisselles… Du grand n’importe quoi ! Pour moi, Gal Gadot était parfaite !

 

Le film, pour la grande majorité, est très largement attendu ! Il faut dire, qu’à l’inverse de Marvel, le DCU n’est pas au mieux ! Après un excellent Man of Steel, nous avons eu le droit à un Suicide Squad un peu fade et au service de l’égo de certains acteurs, et un Batman v Superman terriblement mou et peu enthousiasmant. Avec l’arrivée de Justice League en fin d’année, Wonder Woman cristallise donc les espoirs de toute une communauté de fan, désireux de voir DC refaire son retard et proposer quelque chose du niveau de Marvel, sans pour autant jouer sur le même terrain ! Les deux éditeurs proposant, chacun, d’excellentes choses mais avec des approches différentes. Si j’ai une large préférence pour l’un, pour le moment, vous ne me verrez jamais que l’un fait du bon et l’autre du mauvais.

J'ai vu! #286 : Wonder Woman

Avec ce premier film sur Wonder Woman, Patty Jenkins, la réalisatrice, décide de nous plonger dans le passé du personnage, et son départ de l’île de Themyscira ! Et l’on retrouve la fameuse photo, cherchée dans Batman v Superman, pour permettre à Diana de nous narrer sa rencontre avec les humains !

 

Nous découvrons, alors, Diana enfant, seule enfant se trouvant sur l’île de Themyscira, fille de la reine Hyppolite (Connie Nielsen), qu’elle a formé dans l’argile avant de demander à Zeus de lui donner vie ! (Sorte de Pinocchio grec.) L’île de Themyscira est le foyer des Amazones, guerrières redoutables, censées vouer leur vie à la défense de l’Homme, création de Zeus, et à combattre Arès (… Nan, je ne vous dirais pas l’acteur, hihihi) ! Ce dernier, depuis son combat contre Zeus, est promis à revenir sur Terre pour semer le chaos et montrer à quel point la création de son père est néfaste pour la Terre !

 

C’est en voyant toutes ces Amazones s’entraîner aux côtés de la plus grande guerrière de l’île, Antiope (Robin Wright), sœur de la reine, que grandi Diana, sans pour autant avoir le droit de prendre part à ces entraînements ! C’est d’ailleurs un sujet de discorde entre Hyppolite et sa sœur ! On comprend très vite que Diana n’est pas une fille comme les autres ! Et les deux sœurs ne sont pas d’accord sur la façon de « traiter le problème » !

 

Diana grandit, parvenant à s’entrainer, au grand dam de sa mère, devenant une guerrière incroyable, et rêvant de pouvoir brandir la Tueuse de Dieux, la lame capable de terrasser Arès !

J'ai vu! #286 : Wonder Woman

Mais un jour, alors que l’île est cachée à tous, un avion s’écrase dans l’eau, aux abords du rivage, suivi rapidement par toute une flotte de l’armée allemande nazie ! Diana, sauve in extremis le pilote de l’avion ! Un homme ! C’est la première fois qu’elle en voit un ! Le colonel Steve Trevor (Chris Pine) espion de l’armée anglaise ! L’armée allemande, elle, est décimée mais les Amazones pleurent la mort de très nombreuses guerrières, dont Antiope, qui dans un dernier souffle conjure Diana de quitter l’île !

 

Sous l’effet du lasso de vérité, Trevor annonce aux Amazones que le monde est en guerre, une guerre atroce et sans fin ! Une guerre aux millions de morts ! Diana, esseulée, y voit l’ombre de Arès ! Sentant que personne ne l’écoute, elle propose à Steve Trevor de l’aider à quitter l’île, si ce dernier le conduit sur le front, pour affronter Arès et ainsi libérer les Allemands de son emprise néfaste ! Interloqué, amusé et pas certain de tout comprendre, Trevor accepte, surtout pour être certain de quitter l’île et ainsi pouvoir remettre aux dirigeants anglais, le carnet de recherche du docteur Maru, du docteur poison (Elena Anaya) en pleine fabrication, pour Ludendorff (Danny Huston) d’un gaz effroyable qui causera la mort, à nouveau, de millions de pauvres gens, et cela dans les deux camps !

 

Armée de la Tueuse de Dieu, de l’Egide, du lasso de vérité et de la tenue emblématique, et tellement sexy, de Wonder Woman, Diana quitte son île pour rejoindre Londres ! Le choc des cultures est des plus violent, pour elle, et des plus amusants, pour le spectateur ! Patty Jenkins réussi à merveille à faire passer le côté absurde de l’évolutions des us et coutumes de l’Homme contemporain, à travers une Diana complètement en décalage avec ce nouveau monde, en s’y opposant en personne franche, fraîche et naturelle. Il y a beaucoup d’humour dans les scènes entre Diana et Trevor, où ce dernier essaie d’expliquer le monde d’aujourd’hui à Diana, ou tente désespérément d’être aussi « naturelle » et « innocente » qu’elle ne l’est dans un monde de faux-semblants et de rejet de l’étranger ne rentrant pas dans un moule.

 

Diana comprend assez vite que Trevor ne compte pas, du moins pas tout de suite, se rendre sur le front. Si cela l’agace, elle accepte de faire confiance à l’espion. Ce qui lui permet, une première fois que le camp des « gentils », n’est pas forcément plus noble et meilleur que le camp des « méchants » ! L’état-major anglais apprend les plans de Ludendorff, mais préfère laisser couler pour se concentrer sur le traité de fin de guerre ! Heureusement, Steve Trevor semble tout aussi révolté qu’elle, et décide de monter une mission sans l’accord de ses supérieurs ! Enfin de tous ses supérieurs sauf un, puisque Sir Patrick Morgan (David Thewliss) semble avoir été piqué au vif par les reproches de Diana, et vient leur apporter l’aide qu’il peut se permettre, sans trop se griller dans leur mission « suicide » ! Il reste le principal artisan de l’accord de paix !

J'ai vu! #286 : Wonder Woman

Voilà Diana, Steve, et une petite équipe des plus hétéroclites et surprenantes, en route pour la Belgique, sur le front, où Diana est pressée d’affronter Ludendorff, qu’elle comprend être la couverture d’Arès ! Mais avant cela, il est temps pour notre héroïne, de prendre les armes et de montrer à tous quelle guerrière incroyable elle est ! En sauvant un village, pratiquement seule et dans une séquence d’anthologie, de plusieurs garnisons allemandes…

 

Si l’humour est excellent, les scènes d’action le sont tout autant ! Sur une musique incroyable, Gal Gadot nous propose des scènes de combat vraiment incroyables ! Un rythme de dingue, et je suis particulièrement fan et convaincu des petits ralentis durant les combats.

L’intrigue m’a également convaincue. Patty Jenkins parvient parfaitement à nous immerger, à une moindre mesure, dans l’horreur de la guerre. Et ce petit ajout « mythologique » avec Diana, retransmet à merveille ce qui fait l’essence des comics Wonder Woman ! Une femme magnifique, une guerrière incroyable, un charisme sans égal, un décalage plein d’humour, et le grand final dont je ne dirais rien, et on réalise à quel point Patty Jenkins a compris qui était Wonder Woman, son essence même. Comment ne pas être inspiré, motivé, éblouit par un tel personnage ? Et Gal Gadot l’incarne tellement bien à l’écran ! (Seul bémol la voix VF ! Juste affreuse)

 

Nous avions Iron Man qui ne pouvait être que Robert Downey Jr, et maintenant nous avons Wonder Woman qui ne pouvait être que Gal Gadot. L’actrice s’accapare le rôle dès sa première scène et nous en montre, à merveille, toutes ses nombreuses facettes. En règle générale, le casting est très bon. Chris Pine est une belle découverte, David Thewliss égal à lui-même, tout simplement excellent, et même de petits rôles, comme celui de Saïd Taghmaoui (Sameer) arrivent à faire mouche.

 

Bref, personnellement, ce Wonder Woman est une très, très belle réussite ! J’ai pris un grand plaisir à le voir, et j’ai vraiment eu l’impression de retrouver l’héroïne que je vois dans mes comics. Patty Jenkins nous propose une vision parfaite de Wonder Woman, magnifiée par une Gal Gadot absolument parfaite et ravissante. Si sa vision de la guerre est amusante et enfantine, le monde se porterait, néanmoins bien mieux, s’il suffisait d’abattre une seule personne « maléfique » pour « libérer » toutes les autres !

J'ai vu! #286 : Wonder Woman
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article