Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu! #284 : Le Cercle des Poètes Disparus

Il y a des films qui sont intemporels ! Qui font toujours réfléchir ! Qui pousse toujours à entendre le message qu’il cherche à nous faire passer ! Le Cercle des Poètes Disparus est l’un de ceux-là. Non pas un film culte mais plutôt un film générationnel !

 

L’académie Welton ! Dans le Vermont, une école élitiste à l’ancienne, dans des bâtiments austères et anciens, costume cravate, des professeurs plus proches de la momie et une méthode d’éducation datant du moyen-âge où les élèves, que des garçons doivent être rabaissés pour sortir grandis de ces murs ! Tradition, Honneur, Discipline et Excellence !

 

C’est dans cette école que débarque le professeur en littérature Keating (Robin Williams). Tel un chien fou, anticonformiste, le professeur va surprendre les élèves avec des méthodes d’éducations bien différentes, totalement surprenantes. Bien décidé à ne pas humilier ses élèves mais à les pousser à forger des esprits libres, à s’épanouir et à goûter la liberté !

Les élèves qui viennent à Welton, s’ils sont promis à un avenir radieux, y viennent le plus souvent sur ordre de leur père pour embrasser une carrière, elle aussi, choisie par leur père. Ce qui est le cas de Neil Perry (Robert Sean-Leonard) qui a déjà une vie toute écrite par son père sans avoir eu le droit de donner son avis à un seul instant, ou Todd Anderson (Ethan Hawke) qui poursuit une tradition familiale à Welton.

 

Au contact de l’exubérant et passionné professeur, les élèves se libèrent peu à peu, goutent à la liberté, commencent, tout simplement, à vivre. C’est un véritable choc pour ces jeunes. Ils découvrent l’amour pour certains, ou une vocation pour d’autres. Mais à cette époque, un esprit libre a toujours du mal à sortir de la cage du père et les conséquences peuvent être dramatiques quand certains s’y risque…

 

Le Cercle des Poètes Disparus se résume parfaitement à Carpe diem quam minimum credula postero ! Il faut vivre sa vie, profiter de la vie ! On n’a qu’une vie et elle nous appartient !

 

Si la jeunesse, et les jeunes acteurs du film sont des éléments forts du films, l’élément moteur, est sans aucun doute le professeur Keating ! Robin Williams est absolument magnifique dans ce rôle, comme s’il s’agissait de se jouer lui-même ! Exubérant, excessif, passionné mais aussi capable d’une très grande émotion, protecteur et d’une richesse empathique totalement incroyable.

J'ai vu! #284 : Le Cercle des Poètes Disparus

Le film marque et touche. Les scènes se gravent et nous imprègnent. Il suffit de le voir qu’une fois pour se rappeler de « Yawp » ! Pour se rappeler des échanges de rugby sur l’Hymne à la Joie ! Des élèves se mettant debout sur leur bureau en hommage à leur professeur !

 

Bref, Le Cercle des Poètes Disparus nous rappelle une époque joyeuse, nous replonge dans un passé insouciant, nous rappelle l’importance de la littérature et surtout sert de tremplin pour un acteur qui explose à l’écran, Robin Williams !

Ode à la connaissance, ode à la vie, ode à l’amour, ode à la liberté, le Cercle des Poètes Disparus est un film qui nous marque, souvenir d’une jeunesse capable de tout à partir du moment où l’on ouvre la cage qui les retient et que l’on les laisse voler de leurs propres ailes !

J'ai vu! #284 : Le Cercle des Poètes Disparus

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article