Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Ultimate Spider-Man tome #1 "Pouvoirs et Responsabilités"

L’an 2000 aura marqué mon retour dans l’univers des comics. Un retour qui s’est fait toujours plus enrichissant au fil des années jusqu’à aujourd’hui. J’ai donc vécu l’arrivée de l’univers Ultimate en direct ! Et certains titres comme Ultimate Spider-Man ou Ultimate Fantastic Four m’ont poussé à me remettre à leur équivalent « originaux ». Piste de lancement de l’univers Ultimate, Ultimate Spider-Man fut un titre absolument magique du début à la fin, jusqu’à l’arrivée de Miles Morales et le départ de Mark Bagley. Mais nous avons le temps, il y a plus de cent numéros à dévorer de nouveau !

 

Le lycée, la puberté, les premières soirées… nombreux sont les tourments de la jeunesse. Ajoutez à cela une tragédie personnelle et des super-pouvoirs, et vous aurez une idée du monde dans lequel vit Peter Parker, alias Spider-Man !

Découvre la renaissance d’une légende à travers sa première aventure Ultimate signée Brian M. Bendis et Mark Bagley. Peter y apprend à ses dépens que de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.

(Contient les épisodes #1 à 13)

Peter Parker est le jeune que nous aurions tous pu être, pour la grande majorité. Un jeune avec des envies, des aspirations mais surtout des craintes, de la peur. Un jeune qui rêve de fille, qui a envies de briller mais avec la crainte que l’on se moque de lui, la peur des « caïds », des gros durs du lycée qui prennent plaisir à martyriser tous les autres. Ne nous voilà pas la face, c’est l’image que nous avons tous du lycée, les sportifs balèzes, les beaux gosses adulés, les bimbos qui font craquer tous les mecs, les pouffes qui font le même effet mais que personne ose avouer et les autres, les lambdas, les intellos et les gringalets.

 

Brian M. Bendis réussi à merveille à mettre en scène ce microcosme si particulier et tellement déterminant pour tous les ados avant de les propulser dans la vie de jeunes adultes. C’est d’ailleurs le gros, gros point fort de ce comics, la facilité et la justesse avec laquelle Brian M. Bendis rend son univers cohérent, crédible. On a l’impression de revivre notre jeunesse ! A l’époque, j’avais même l’impression que le scénariste s’inspirait de mon bahut tant je m’y retrouvais ! Tout est juste, les personnages, les émotions qui passent, les relations (que ce soit entre élèves ou avec les adultes), tout est fait pour ne permettre de nous immerger dans l’histoire, de nous imprégner de la vie de Peter Parker.

Peter Parker, notre héros. Oui, il s’agit d’une nouvelle version de ses origines, mais le but ici est de fusionner Spider-Man avec une époque plus contemporaine, et surtout elle sera suivie de plus de cent épisodes, c’est une vraie relecture de notre héros, une nouvelle vision de ce qu’il aurait pu être s’il était « né » à notre époque.

Peter Parker donc, un garçon orphelin, vivant chez son oncle et sa tante, un garçon très intelligent mais véritable souffre-douleur de ses petits camarades de classe. Peter préfère encaisser en silence et sait qu’il peut compter sur sa meilleure amie, la jolie Mary-Jane Watson. Le seul camarade véritable, pourrait être Harry Osborn, fils du riche industriel Norman Osborn, en manque d’affection et si pitoyable aux yeux de son père, mais là aussi, cela semble ne fonctionner qu’à sens unique.

 

La suite on la connaît tous, Brian M. Bendis ne commence pas son travail d’innovation immédiatement, Peter est mordu par une araignée des laboratoires Oscorp, se découvre des pouvoirs fantastiques, qu’il utilise pour gagner de l’argent, refuse d’arrêter un voleur, le même voleur tuant son oncle Ben et voilà Peter qui découvre qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Voilà comment Peter Parker devient Spider-Man !

Mais Peter n’est pas le seul à subir les effets de l’Oz, ce que Peter et le lecteur découvrent lorsqu’une énorme créature à l’apparence de gargouille démoniaque attaque l’école le Peter !

Une fois son meilleur ennemi rencontré, ce Spider-Man sauce Bendis va innover et partir affronter le Caïd ! Rien que cela ! Le jeune héros, en devenir, en découvrant que l’assassin de son oncle faisait partie des hommes du Caïd, et que ce dernier soit libre de ses mouvements alors que tout le monde sait qu’il est l’un des pires criminels de New York !

Cette première « mission » sera l’occasion pour Peter de faire ses armes, de découvrir la dure réalité d’être un super-héros. Peter va comprendre que la bonne volonté ne fait pas, forcément, tout, et qu’il va devoir réfléchir avant d’agir !

 

Graphiquement, Mark Bagley, à l’époque, pour moi, fut une véritable découverte ! Des cases vivantes, des personnages absolument magnifiques, une action fluide, des combats qui nous emportent. Il n’y a pas à dire, c’est une formidable découverte. Le succès du titre ne tient pas qu’au travail de Brian M. Bendis, mais aussi à celui de Mark Bagley qui apporte une véritable touche graphique au titre. On s’attache aux personnages, on s’immerge dans l’action, dans l’intrigue.

 

Bref, Ultimate Spider-Man est œuvre déjà culte. Cette relecture des origines de Spider-Man est une véritable réussite. La force tenant aux nouveautés imaginées par Bendis et par la force de ces personnages mis au goût du jour.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article