Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu! #268 : Indiana Jones et la Dernière Croisade

Quand on me parle d’Indiana Jones, c’est la Dernière Croisade qui me vient immédiatement à l’esprit. Sorti en 1989, ce troisième opus est, pour moi, le meilleur des trois films. (J’ai déjà dit dans une précédente chronique ne pas tenir compte des Crânes de Crystal.) Ce troisième film est le parfait mélange d’action, d’aventure et d’histoire. Même si ici, nous sommes dans quelque chose de très abstrait puisque religieux, mais également hypothétique puisqu’il n’existe aucune preuve de l’existence du Saint Graal. Et dieu sait qu’il a attisé les plus grandes convoitises depuis le Moyen-Âge et illustré nos plus belles légendes.

Le film commence en 1912, avec un jeune Indiana Jones (River Phenix), alors scout et qui surprend des pilleurs de tombes découvrir la croix de Coronado. Malgré sa réussite à récupérer l’artefact, il devra finir par le rendre. Ce n’est seulement en 1938, moment présent dans notre film, qu’Indiana Jones (Harrison Ford) réussira à remettre la main sur le précieux artefact pour le placer dans un musée.

Ce flashback sert surtout à nous montrer comment le fouet et le chapeau emblématiques d’Indiana Jones sont apparus dans sa vie. Mais également, d’avoir une première approche avec son père, personnage central du film !

De retour au pays, et dans son université, où il semble plus terrifié par les hordes d’élèves que par les pièges mortels qu’il traverse à travers le monde, Indiana Jones reçoit un étrange colis en provenance de Venise, auquel il ne prête pas vraiment attention. Fuyant son bureau pris de force par des élèves, il est convié avec force, insistance et intimidation à rencontrer Walter Donovan (Julian Glover), un passionné d’archéologie et plus particulièrement du Graal ! Si le professeur Jones voit avec le Graal de belles légendes pour enfant, Donovan lui propose des artefacts qui le poussent à réviser, quelque peu son jugement. Il lui demande même de reprendre les recherches de son prédécesseur, kidnappé à Venise par les nazis ! Ces derniers, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, se lancent, eux aussi en quête de l’artefact le plus mythique de l’Histoire !

Indiana Jones explique à Donovan qu’il s’est trompé de Jones, que son père Henry (Sean Connery) est LE spécialiste du Graal, ayant passé sa vie de professeur en littérature médiévale, à la recherche de cet objet légendaire ! Il comprend alors que le spécialiste disparu à Venise est justement son père ! Indiana fait alors le rapprochement avec le colis reçu plus tôt, qui s’avère être le calepin de notes de son père, avec toute sa vie de recherches à l’intérieur, et embarque aussitôt pour Venise, rejoindre Elsa Schneider (Alison Doody), charmante archéologue autrichienne à l’accent ensorcelant, qui travaillait avec son père !

J'ai vu! #268 : Indiana Jones et la Dernière Croisade

En partant d’une bibliothèque à Venise, ils tombent sur les catacombes inexplorées des Chevaliers du Graal et plus précisément sur la tombe d’une trois frères chevaliers avec un indice sur l’emplacement du Graal ! Une nouvelle course contre la montre s’engage alors pour découvrir le Graal avant les nazis. Sans compter sur un troisième groupe, secret et anonyme, tenant absolument à empêcher la découverte de ce saint artefact.

Mais avant toute chose, Indiana veut retrouver son père, quitte à se rendre en Autriche, puis en Allemagne ! Là Indiana Jones va devoir se confronter à son père, se livrer pour la première fois, et découvrir qu’il faut toujours faire attention à qui l’on donne sa confiance !

La quête du Graal est l’une chimère les plus connues dans ce genre de film. C’est également la quête qui a le droit au plus d’idées sur sa résolution imaginaire. Je suis absolument fan de cette légende, ma théorie préférée étant, de loin, celle de Dan Brown dans son Da Vinci Code. Ce qu’il y a de fantastique avec ce genre de légende c’est que tout le monde peut y aller de sa théorie, et j’aime beaucoup celle imaginé par Spielberg, pleine de poésie, de romanesque et un brin de fantastique.

Une aventure épique, aux scènes ahurissantes, bluffantes et d’une grande intensité. Le film ne souffre aucun temps mort, aucun répit. On est captivé du début à la fin par ce qu’il se passe, par la légende du Graal, par les recherches d’Indiana et son père.

D’ailleurs, le duo Harrison Ford/Sean Connery fonctionne à merveille. On y croit dès leur première scène. Difficile en même temps de ne pas être fan d’un tel duo d’acteurs. On sent très bien l’incompréhension du rôle de père d’Henry, tout en étant ferme, et la frustration d’Indiana tout en idolâtrant son père.

Bref, je suis un fan absolu d’Indiana Jones et la Dernière Croisade. J’aime tout dans ce film, les acteurs, les personnages, la légende du Graal, l’intrigue, le parcours de nos héros, la musique, les scènes d’action, tout, tout simplement.

J'ai vu! #268 : Indiana Jones et la Dernière Croisade

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article