Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Justice League Univers #8

JUSTICE LEAGUE #48

Scénario : Geoff Johns     Dessin : Jason Fabok     Couleurs : Brad Anderson

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, bien qu’à bien y réfléchir cela semble logique, la Justice League, du moins ce qu’il en reste, et les différents membres qui sont devenus des dieux, va devoir s’allier avec le Syndicat du Crime de Terre-3. Enfin les membres qui restent, Super Woman (sur le point d’accoucher), Owlman (qui fait son grand retour) et Ultraman (devenu complètement rachitique).

Concrètement, ces trois ennemis sont les seuls à avoir déjà affronté l’Anti-Monitor, même si le résultat fut la dévastation totale de leur planète Terre.

Mais cette alliance peut-elle tenir ? Tous ces personnages sont-ils assez puissants pour ne serait-ce qu’envisager tenir tête à l’Anti-Monitor ? La Terre n’est-elle pas condamnée ? Un autre « dieu » ne va-t-il pas faire son entrée ?

Bref, l’action et le suspense ne cessent de monter crescendo pour le grand final, et de cette intrigue, et du titre !

JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #7

Scénario et dessin : Bryan Hitch     Couleurs : Alex Sinclair

 

Quand on voit avec quelle facilité Rao a converti quasiment toute la planète, a vaincu des dieux et des rois comme Wonder Woman ou Aquaman, a mis au silence Superman, la possibilité de le voir, réellement, comme un dieu ne semble pas si délirant !

Heureusement, dans ce genre de situation, on peut compter sur Batman et son sens de la réflexion. Ses récentes découvertes et la cybernétique de Cyborg vont permettre de mettre à jour la vaste supercherie.

De son côté, Green Lantern et le Rao du passé de Krypton vont une très étrange rencontre… Et Superman n’a pas dit son dernier mot…

Bref, après l’excellence des débuts, les surprenantes découvertes, on se retrouve avec une intrigue plus classique. C’est toujours plaisant à suivre, cependant. 

FLASH #48

Scénario : Robert Venditti et Van Jensen     Dessin : Jesus Merino     Couleurs : Guy Major

 

Enfin, cette longue intrigue avec Eobard Thawne a pris fin. Que ce fut long et laborieux. Et quelle blague ce final !

Néanmoins, il reste quelque chose de roman en trente volumes. La confiance en Flash s’est passablement étiolée ! Et principalement au niveau des forces de l’ordres ! Voilà que notre héros, le plus intègre, désintéressé et bon qui soit, se retrouve la cible de la police ! Pire, et quelle idée navrante de la part de Robert Venditti et Van Jensen, une section spéciale est mise sur pied avec Barry et… les Lascars

Si Flash utilise ses pouvoirs, sa vitesse, des drones le repèrent immédiatement et prévient cette unité spéciale ! Flash va-t-il pouvoir continuer de sauver les gens ?

Bref, n’importe quoi !

GREEN ARROW ANNUAL #1

Scénario : Benjamin Percy     Dessin : Szymon Kudranski     Couleurs : Gabe Eltaeb

 

Oliver sort d’une effroyable intrigue qui l’a mené aux frontières du Mexique et du compréhensible avec une plongée dans un monde mystique dont il ne maîtrise pas les ficelles. Il en ressort néanmoins de bonnes, et belles choses, avec la charmante Mélanie, Tarentula. Même si cette relation ne soit pas vouée à durer plus qu’une nuit ou deux…

Mais de toutes les façons, Green Arrow va vite devoir ressortir sa capuche. Des malades, des infectés, d’une étrange maladie, datant de plusieurs siècles, sont la cible de coups et de haine de la part de Patriotes. Des petits bourgeois en bonne santé qui n’aiment pas que tout ne soit pas parfait comme eux.  Mais en plongeant dans cette histoire, Green Arrow va découvrir que les infectés, s’ils ne se soignent pas, peuvent devenir des monstres sanguinaires et implacables.

Bref, si on se retrouve avec une histoire où le fantastique a une part importante, Benjamin Percy nous propose une intrigue proche de ce que l’on aime avec Oliver Queen, sur ce que l’humain est capable de pire vis-à-vis d’un autre être humain.

WONDER WOMAN #48

Scénario : Meredith Finch     Dessin : David Finch     Couleurs : Brad Anderson

 

Si vous vous attendiez aux retombés du retour de Zeus ou Arès, vous allez tomber de haut… Il n’en est rien. Ce n’est toujours pas pour aujourd’hui.

Diana se retrouve à Londres pour tenter d’empêcher le Docteur Maru de déclencher une attaque bactériologique.

Bref, classique, pas intéressant et moche… Heureusement, la dernière scène, à l’Olympe, laisse espérer que Meredith Finch fasse enfin quelque chose de potable…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article