Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu! #248 : Les Visiteurs : La Révolution

Quelques temps après la sortie des Visiteurs la Révolution, les critiques et les spectateurs semblaient s’accorder sur un point, ce film était de « la merdasse » ! Quel froid, quelle déception. Cependant je suis un véritable fan du premier opus des Visiteurs. En 1993, il fait partie des premiers films « pour grand » que ma maman m’a emmené voir au cinéma.

Il était donc tout à fait normal et attendu que je finisse par me lancer dans l’aventure de « la Révolution » mêlant l’ancienne génération des deux premiers films, et la nouvelle issue de Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu. Hâte de découvrir ce film et de m’en faire ma propre opinion, sans me soucier des avis extérieurs et des rageux qui tapent sur le film, juste histoire d’avoir son petit moment de gloire sur la toile. Car si les critiques sont mauvaises, cracher sa haine sur un film est devenu, un peu, le sport olympique des internautes derrière leurs écrans d’ordinateur.

Godefroy de Montmirail (Jean Reno), comte de son état à la court de Louis VI le Gros (Patrick Descamps), et son fidèle écuyer Jacquouille la Fripouille (Christian Clavier) errent dans les Couloirs du Temps. Passés de l’an 1123 à notre époque, ils n’arrivent pas à revenir à leur époque. Pourtant, le temps presse, errer ainsi à travers le temps risque de les tuer de l’intérieur, mais chaque essaie se solde par un nouvel échec. Mais leur corps se détériorent, ils vieillissent plus vite (explication simple pour expliquer le coup de vieux des acteurs, mais au moins ils y ont pensé) et surtout, à leur époque, le roi commence à perdre patience.

Après un deuxième passage à notre époque (le second film de 1998) Godefroy et son moins en moins fidèle Jacquouille se retrouvent en 1793, en pleine Révolution française. Ils tombent sur Jacquouillet (Christian Clavier), grand accusateur publique, proche de Robespierre (Nicolas Vaude). Ils se retrouvent aussitôt en prison. Là ils apprennent que la royauté s’est écroulé, la monarchie renversée par le peuple, les nobles sont en prison et attendent de se faire couper la tête. C’est là qu’ils rencontrent Lorenzo Baldini, marquis de Portifino (Ary Abittan), personnage loufoque, amusant et peu courageux qui va fuir avec eux et leur permettre de retrouver la descendance de Godefroy.

Mais alors qu’ils espèrent influer sur le cours des choses, et remettre un dauphin sur le trône, ils déchantent vite en rencontrant la descendance de Godefroy. Adélaïde de Montmirail (Karin Viard) plus portée sur ses bijoux que sur ses enfants, Robert de Montmirail (Alex Lutz) égocentrique au possible ou encore Gonzague de Montmirail (Franck Dubosc) un véritable pleutre. Autant dire que la mission est perdue d’avance, surtout que les deux hommes sont recherchés de toutes parts. De plus, ils doivent mettre la main sur le descendant d’Eusèbius l’enchanteur. Bref, de folles aventures en perspectives.

 

 

L’histoire est franchement et honnêtement plutôt sympathique, j’ai passé un bon moment et je n’ai pas vu le temps défilé. Les gags sont là, les sketchs sont là, les dialogues sont là, les répliques cultes également. En ce sens je trouve, peut-être même, ce troisième opus plus proche dans l’esprit du premier que le second. Là nous avons un excellent travail sur les répliques, l’humour de situation, du n’importe quoi, là où le deuxième était plus dans la lourdeur du « essayons de faire pareil. »

Christian Clavier est toujours dans l’excès à outrance, mais c’est le rôle qui correspond à ce jeu. Jean Reno toujours aussi juste. Le nouveau casting est plutôt de bonne facture. Ary Abittan est très drôle, Alex Lutz également, et que dire de Pascal Nzonzi (Philibert) absolument savoureux ? Après, comme toujours, il y a aussi des acteurs et personnages moins bons, moins forts.

Le film en lui-même, d’ailleurs n’est pas exempt de tout défaut. La petite vingtaine d’années se fait malgré tout sentir, mais nous sommes loin du syndrome des Bronzés et on veut absolument notre gloire d’antan comme si le temps n’avait pas eu cours. Quelques lourdeurs, quelques longueurs, quelques facilités, mais rien de bien grave.

Bref, personnellement j’ai passé un excellent moment. Sans doute la surprise de tomber sur quelque chose de bon, selon moi, et non la « merdasse », tant annoncée. Une intrigue qui se tient, un casting au top (merci Mais qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ?), de bonnes répliques pour un bon divertissement, et franchement, très franchement, j’espère qu’il y aura un 4 comme annoncé.  

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article