Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

J'ai vu! #233 : Resident Evil

J'ai vu! #233 : Resident Evil

Les histoires d’adaptions de jeux-vidéo finissent mal, en général. Cette chanson des Rita pourrait facilement être détournée de cette façon. Street Fighter, Mortal Kombat, il est difficile de justifier, à l’époque l’envie de ??? de vouloir réaliser un film sur Resident Evil. Bon, on peut le comprendre, quand on se souvient à l’époque que Resident Evil a véritablement révolutionner l’univers du jeu-vidéo et principalement un genre, celui du survival horreur.

A l’époque (l’introduction de phrase qui te rend bien vieux…), je me souviens être allé au cinéma sans ne rien savoir de ce qui allait m’être proposé. Si ce n’est la présence de Milla Jovovitch (l’excellente Leeloo dans le Cinquième Elément) dans le rôle star.

On démarre en pleine action, un cambriolage dans un bâtiment mystérieux, une fiole lâchée, un bâtiment qui se met de lui-même en quarantaine et toutes les personnes qui s’y trouvent meurent, voilà de quoi rentrer dans le vif du sujet.

J'ai vu! #233 : Resident Evil

Puis, nous faisons la connaissance avec Alice (Milla Jovovitch), nue, étendue par terre dans une salle de bain. A son réveil, elle ne se souvient de rien. Qui est-elle ? Où est-elle ? Mais juste le temps de s’habiller, avec cette robe rouge qui va devenir culte, avant de voir arriver une troupe des forces spéciales ! Eux, semblent la connaître, ainsi que le pourquoi de sa présence ici. Suite au cambriolage du début du film, ils doivent se rendre sous terre, au HIVE, le laboratoire ultra secret se trouvant sous Racoon City, d’Umbrella Corporation.

Ils sont rejoints par un policier, Matt (Eric Mabius) qui vient en fait retrouver sa sœur infiltrée dans ce laboratoire, et de Spence (James Purefoy) dont Alice semble avoir des souvenirs, plutôt torrides et amoureux, enfin croit-elle.

En pénétrant le HIVE, personne ne s’attend à ce qu’ils vont découvrir, vivre… Umbrella Corparation s’initie, en effet à de drôles d’expériences et se retrouvent attaqués par tous les employés du laboratoire, transformés en zombies et ne cessant de se relever après chaque blessures, pourtant mortelles. Seule une balle dans la tête pouvant s’avérer décisive. Pour ne rien arranger, l’intelligence artificielle du laboratoire, refuse de les laisser repartir, afin d’éviter toute épidémie. En effet, une simple blessure et l’on devient un monstre.

J'ai vu! #233 : Resident Evil

Alors que les membres des forces spéciales tombent les uns après les autres et que les souvenirs d’Alice lui reviennent peu à peu, la liant toujours un peu plus à la sœur de ???, les survivants découvrent qu’Umbrella a trouvé d’autres applications, d’autres idées pour son virus… Une course contre la montre et pour survivre s’engage alors avant que le HIVE ne se referme définitivement.

Un film plus angoissant que d’horreur, avec une ambiance lourde, moite. Des scènes d’action oppressantes et un Milla Jovovitch qui éclabousse le film, malgré une trop grande concentration à vouloir bien faire, à vouloir être dans le juste. Le film en appelant d’autres, nul doute que ce défaut va s’estomper. Si les zombies sont plutôt sympas, la créature finale est complètement foirée.

Bref, si Resident Evil n’a que les noms (Resident Evil, Umbrella Corporation, Racoon City), il n’en demeure pas moins un bon film du genre, plaisant à voir et à revoir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article