Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Iron Man tome #1

Mon Impression : Iron Man tome #1

Lorsque la série Iron Man est repartie, à l’initiative de Marvel Now, sous les mains expertes de Kieron Gillen et Greg Land, j’ai eu un peu de mal à rester objectif, tant j’avais adoré le long run de Matt Fraction. Le temps passant un peu, il est temps de se relancer dans ces aventures d’Iron Man par Kieron Gillen.

Tony Stark, play-boy milliardaire, visionnaire de la technologie moderne, est également Iron Man. L’Avenger en armure tente aujourd’hui d’enrayer la propagation du virus Extremis qui se propage très rapidement sur la planète… et ailleurs. Il aura ainsi l’occasion de croiser anciens et nouveaux ennemis et d’étrenner trois nouvelles versions de son armure.

Kieron Gillen et Greg Land livrent une vision d’Iron Man qui va complètement redéfinir l’image du héros.

(Contient les épisodes #1 à 5)

Mon Impression : Iron Man tome #1

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas vraiment de transition entre le run de Fraction et celui de Gillen. Ce dernier prenant le partie de plonger le lecteur en plein cœur de quelque chose, sans commencement, comme si rien ne s’était passé. On retrouve un Tony Stark dragueur, tombeur, égocentrique pour ne pas dire égomaniaque et une Pepper Potts qui désespère de le voir toujours aussi égal à lui-même.

Mais voilà que Tony reçoit un étrange message, d’une Maya Hansen, sur le point de mourir, lui annonçant la « libération » d’Extremis ! Aussitôt, ce premier tome d’Iron Man, version Marvel Now, nous propose une course-poursuite contre le temps et contre les criminels, les trafiquants, les terroristes qui courent après Extremis !

Mon Impression : Iron Man tome #1

Sa quête d’Extremis, et sa mission de rendre honneur à la mémoire de son amie Maya, vont le conduire à New York, en Symkarie, en Colombie, à Paris et même dans l’espace. Et les différents ennemis qui vont se dresser devant lui n’ont jamais les mêmes ambitions, les mêmes buts. Du coup, notre Iron Man doit s’adapter et son cerveau génial va nous proposer pas moins de trois nouvelles armures, toutes plus différentes que les unes que les autres et une nouvelle interface pour remplacer J.A.R.V.I.S., une certaine P.E.P.P.E.R. !

Au programme, une joute contre des Chevaliers de la Table Ronde modernes pour une vengeance et une vieille rancœur, un baron de la drogue voulant sauver sa fille atteinte d’un cancer très rare, une plongée dans les égouts de Paris face à une version mystique d’Extremis et qui va laisser des traces sur Tony, ou encore un séjour dans l’espace rencontrer un vieil ami qui a la folie des grandeurs.

Rien de fantastique pour démarrer. Kieron Gillen utilise une valeur sûre avec Extremis pour nous proposer un premier arc classique, sans véritables nouveautés, outre les armures, mais qui doivent mener Kieron Gillen, et surtout son personnage à une mise en perspective de sa vie, et de ses attentes avant une décision radicale, comme on peut l’entre-apercevoir en fin de tome.

Mon Impression : Iron Man tome #1

Graphiquement, je ne suis pas fan de Greg Land et il le justifie bien ! Une impression de statisme, des décors, trop, souvent vides, des personnages masculins qui semblent passer à la trappe vis-à-vis de leurs pulpeuses homologues féminines, ou surtout vis-à-vis des armures véritablement au top, elles. Et puis les couleurs ne fonctionnent pas, les expressions de visages en souffrent.

Bref, un premier tome qui flirte plus avec le décevant qu’avec le génial. Kieron Gillen ne propose rien de nouveau au pays de la mégalomanie, mais les promesses du lendemain s’annoncent novatrices, mêmes si elles ne seront pas forcément tenues. Le personnage se laisse couler dans le classique, et ce ne sont pas trois ou quatre nouvelles armures qui vont nous faire sauter au plafond.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article