Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Ultraduck tome #1

Mon Impression : Ultraduck tome #1

Voilà un titre que je désespérais de pouvoir lire un jour. Faute de temps, de priorité, cela ne s’est jamais fait. Du moins jusqu’à aujourd’hui, enfin ! Cette impatience est incompréhensible puisque je ne sais rien de l’histoire, rien de l’équipe créative, juste que la couverture me parle, que le titre me rend nostalgique (PowerDuck), et… et puis c’est tout, juste envie de le lire.

Carlos, un canard vivant dans la superbe ville de Featherbay, vient juste de perdre sa petite-amie et se rend compte que ses petits boulots de toute sorte ne le mènent nulle part.

Il décide alors de se reprendre en main, de trouver un travail sérieux, de récupérer sa copine et d’arrêter de boire.

C’était sans compter sur le fait qu’il obtienne des super-pouvoirs, qu’il soit le seul canard capable d’arrêter une puissante créature qui détruit la ville et qu’il soit la proie d’une grosse compagnie de fabrication d’arme qui veut absolument s’approprier ses nouvelles capacités.

(Contient les épisodes #1 à 4)

Mon Impression : Ultraduck tome #1

Carlos est un habitant de Featherbay comme un autre, et un canard au milieu de renards, de chiens, de chats et autres animaux. Ce qui différencie un peu Carlos des autres c’est son côté un poil, enfin une plume, looser. Pas de boulot, deux mains gauche, autant d’ambition qu’un mort et son couple avec la charmante Lisa bat fortement de l’aile. Alors qu’il boit un verre, avec son ami Louis, se lamentant sur son sort, il est percuté par un canard geek fuyant de mystérieux, et inquiétants, hommes en noir !

Dans le chaos ambiant, Carlos et le fuyard se retrouvent dans une dimension inconnue et terrifiante. S’en est trop pour Carlos qui tient absolument à rentrer chez lui, abandonnant son compagnon d’infortune. Pensant reprendre le court de sa vie, il se transforme, sous l’effet du stress, en un super-héros charismatique et débordant de puissance, alors que le café, où il se trouve avec Lisa, est victime d’une attaque !

Mon Impression : Ultraduck tome #1

Voilà le frêle et peureux Carlos capable de devenir Ultra Duck pour combattre le crime et les bandits. Mais, rappelez-vous, il n’est pas le seul à s’être retrouvé dans cette drôle de dimension, et le petit geek fuyard est devenu un monstre de muscle et est assoiffé de vengeance et de reconnaissance.

Deux personnages et deux visions diamétralement différentes de ce qu’on peut faire avec de tels pouvoirs. Si Ultra Duck a trouvé sa Némésis, son ennemi se prépare dans l’ombre, bien décidé à récupérer les pouvoirs que nos deux personnages ont acquis.

Graphiquement, le style d’Omar Lozano se rapproche de celui d’Humberto Ramos (qui signe les trois premières pages). Ce style cartoony colle parfaitement à ce genre d’univers, à ce genre de personnages hors de toute réalité. Les personnages sont sublimes (et comment ne pas penser à Disney et à des personnages comme Donald ?), les décors sympas, l’action vive et vivante. Le rendu général est vraiment plaisant.

Pas fan de l’édition en souple et du papier buvard, on se retrouve avec un bouquin de médiocre qualité, c’est vraiment dommage.

Mon Impression : Ultraduck tome #1

D’autant, que si l’histoire est amusante, elle reste très simpliste et limité. C’est du vu, vu et revu, et la transposition de tout cela dans un tel univers cartoon ne suffit pas à en faire quelque chose d’exceptionnel.

Bref, une série sympathique mais d’un grand classicisme et qui n’offre rien d’innovant. Néanmoins, on passe un bon moment, divertissant, et l’univers graphique est vraiment génial.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article