Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Batman, des Cris dans la Nuit

Mon Impression : Batman, des Cris dans la Nuit

Dès la réception de ce comics, et sa prise en main, on remarque de suite qu’il n’est pas comme les autres. Le format se rapproche plus d’un Urban Graphic Novel ou d’un Urban Book que d’un comics. Et ce n’est pas la seule chose qui diffère pour cette histoire de Batman que je ne connaissais pas du tout…

Alors que James Gordon accède enfin au poste de commissaire de police, un nouveau fléau hante les rues de Gotham City. En pleine guerre contre la drogue, les forces de l’ordre découvrent plusieurs victimes d’assassinats particulièrement violents. Parmi les témoins de ces meurtres, un enfant décrit le coupable : il s’agirait de Batman, le mystérieux justicier et allié de Gordon

(Contient : Batman : Night Cries)

Mon Impression : Batman, des Cris dans la Nuit

D’entrée, ce qui frappe quand on s’engage dans ce récit, ce sont les dessins, ou devrais-je dire les peinture de Scott Hampton. C’est très (trop) sombre, très abstrait, avec des couleurs pouvant paraître comme assez ternes. Un grand travail sur les ombres, des personnages qu’on ne différencie pas toujours, quand on arrive à les reconnaître et, forcément avec la peinture, une impression de statisme qui ralenti profondément l’histoire. Personnellement, je n’ai pas du tout accroché à ces dessins, pire, je les ai même trouvés assez excluant, ne me permettant pas, complètement, de rentrer dans l’histoire.

Archie Goodwin, dont je crois lire pour la première fois un récit, nous propose une histoire sombre (en adéquation avec les dessins), d’un rythme assez lent (en adéquation avec les dessins) et dans laquelle il est assez difficile de plonger (en adéquation avec les dessins). Batman et Gordon en sont autant les protagonistes l’un que l’autre.

Mon Impression : Batman, des Cris dans la Nuit

Des familles massacrées sauvagement, des enfants terrifiés à jamais, une sombre histoire de drogue, l’engagement de Bruce Wayne (et sa fortune) dans un étrange centre, un Batman désigné comme coupable et un James Gordon (tout juste nommé commissaire) qui semble en difficulté au niveau relationnel avec sa femme, Barbara, et son fils, James Jr.

Le scénario n’est pas mauvais, c’est surtout qu’on est perdu, les dessins n’aident pas à identifier les personnages, correctement, et du coup on a du mal à comprendre quand on passe d’une intrigue à une autre, on se perd vite, sans, parfois, réussir à remonter sur le navire. Plusieurs passages ont demandé une deuxième lecture, voir plus, pour essayer de comprendre ce qu’il se passait, voir juste deviner qui était les personnages.

Mon Impression : Batman, des Cris dans la Nuit

Et puis, personnellement, je n’ai été que peu séduit par les intrigues proposées, n’arrivant, à aucun moment, à me plonger dans cette histoire. Seule, la partie sur Gordon et ses « difficultés » familiales réussissant à m’intéresser un petit peu, mais sans plus, notamment à travers une scène très forte émotionnellement.

Bref, un véritable flop pour moi que cette histoire de Batman. Ni l’intrigue d’Archie Goodwin, ni les peintures de Scott Hampton ne réussissant à m’intéresser. C’est même pire que cela, puisque l’ensemble est même assez excluant, repoussant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article