Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Nova tome #3

Mon Impression : Nova tome #3

Cette nouvelle série Nova a été une véritable plaie bien douloureuse à lire jusqu’à maintenant. Un premier tome, signé Jeph Loeb, où se mêlent origines des plus banales et hommage à son fils disparu, et un deuxième tome aussi creux qu’une coquille d’escargot abandonné que nous devions à Zeb Wells. Pourquoi continuer ? Au-delà de l’espoir, à l’époque, de revoir Richard Rider (espoirs balayés dans les épisodes des Guardians of the Galaxy de Bendis), c’est surtout l’arrivée de Gerry Duggan qui annonce des lendemains plus heureux pour ce héros.

Alors que Sam Alexander, alias Nova, poursuit sa recherche des autres membres du Nova Corps, il tombe malade. Le jeune homme doit également faire face à des aliens qui cherchent à le tuer. L’un d’entre eux n’est autre que Beta Ray Bill, un héros digne de soulever Mjolnir, le célèbre marteau de Thor.

Gerry Duggan (Deadpool) scénarise ces épisodes de Nova, sur des dessins de Paco Medina (X-Men) et David Baldeon (Scarlet Spider).

(Contient les épisodes #10 à 16)

Mon Impression : Nova tome #3

Quand je lis un comics sur un nouveau personnage (Marvel ou DC Comics) je m’attends soit, à des origines inédites et passionnantes, soit, à défaut, à une histoire véritablement passionnante justifiant sa création. Avec Nova, j’ai eu le droit à du réchauffé trop cuit en guise d’origin-story, et à des intrigues franchement pourries. Mais l’arrivée de Gerry Duggan, le génialissime scénariste de Deadpool, remet les choses à plat !

Exit les histoires d’amour à deux balles, exit les soucis avec les gros durs du bahut, exit maman qui gronde (même si tout cela reste en fond de façon très sporadique) et place à l’essentiel, place à l’espace, place au cosmique !

On retrouve Sam là où doit être un Nova, dans l’espace. Créatures fantastiques et dangereuses, vaisseaux spatiaux, chasseurs de primes ultra puissants et j’en passe. Mais en rentrant sur Terre après un combat, Sam perd la vue, un court instant, avant de découvrir qu’il est simplement devenu capable de détecter les casques des, très, nombreux Nova tombés au combat. Voilà qui lui plombe un peu le moral pour son père.

Mon Impression : Nova tome #3

Au cours d’une aventure, il tombe sur un énorme vaisseau portant les armoiries du Nova Corps. S’il ne trouve aucun Nova à l’intérieur, il peut néanmoins aider le propriétaire du vaisseau, un certain Skaarn, à relancer les moteurs de vaisseaux et à repousser ceux qui l’assaillent ! Manque de chance, Skaarn est un véritable pirate de l’espace et le vaisseau est remplit de prisonniers korbinites ! Le peuple de Beta Ray Bill ! Notre petit Sam se retrouve dans de sales draps…

Mais il ne se résigne pas ! Il affronte Beta Ray Bill et insiste pour partir avec lui à Nulle Part pour corriger son erreur. Première fois que Sam se comporte en véritable Nova et surtout qu’il joint les actes à la parole. La mission dépend autant de Beta Ray Bill que de lui ! Les menaces sont plus crédibles et réelles que ce qu’il a eut jusqu’à maintenant.

De plus, le duo Sam/Beta Ray Bill fonctionne à merveille, le premier se servant du savoir et la sagesse du second pour enfin évoluer un peu. Et puis quel plaisir de retourner sur Nulle Part et d’y retrouver Cosmo. Gerry Duggan a bien compris que le jeune Sam a, encore, besoin d’autres personnages autour de lui, mais privilégie les personnages secondaires trop rares plutôt que ceux que l’on voit partout (Guardians, Spider-Man) et qui provoque un ras-le-bol.

Mon Impression : Nova tome #3

Graphiquement, le début du tome est signé Paco Medina, le second David Baldeon. Bref, des styles assez proches, assez mainstream et qui colle parfaitement au titre.

Bref, ce troisième tome, loin d’être fantastique (faut pas pousser non plus), me propose, enfin, quelque chose de lisible sur le titre. L’arrivée de Gerry Duggan est plus que bénéfique. Apportant son humour, emmenant Sam à sa place dans l’espace et proposant la première intrigue intéressante du titre. On aura beau dire, une fois que l’on se débarrasse du superflu ado, on trouve quelque chose de sympa. Maintenant, il faut transformer l’essai et continuer à mettre Sam dans de telles situations.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article