Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Daily Héros

Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Chewbacca

Mon Impression : Chewbacca

Lorsque j’ai appris que Marvel lançait un comics sur Chewbacca je n’ai été que joie ! Le Wookie est un personnage que j’adore, malgré le fait que je ne comprenne rien à ce qu’il dit il n’en demeure pas moins très attachant tout en étant une véritable force de la nature !

Le vaisseau de Chewbacca s’est écrasé sur Andelm IV. Le copilote de Han Solo souhaiterait repartir au plus vite pour accomplir sa mission mais les indigènes de la planète ont besoin de lui. Même si ses nouveaux amis ne parlent pas shyriiwook, Chewie va tout faire pour les aider.

Gerry Duggan (Deadpool) et Phil Noto (Black Widow) orchestrent la première mission en solo du plus célèbre des Wookies.

(Contient les épisodes #1 à 5)

Mon Impression : Chewbacca

Chewbacca s’est écrasé sur une planète qu’il ne connaît pas, Andelm IV. Planète désertique et ouvrière de par ses mines de scarabées, qui sont utilisés pour les blaster de l’Empire.

Alors qu’il se rend dans la ville la plus proche, pour y trouver de quoi réparer son vaisseau, notre Wookie préféré va tomber sur la jeune Zarro, une fillette essayant désespérément de trouver un moyen de sauver son père, condamner à la mine par l’usurier et tyran du coin : Jaum !

Plus que réticent, car il est tout de même, apparemment, en mission, il se retrouve malgré lui, contraint à aider, pour un temps la petite Zarro. Il faut dire que la force de persuasion de cette dernière, et les convictions, le charisme qu’elle dégage imposent, déjà, un certain respect.

La coopération entre les deux s’avère quelque peu compliqué, puisque Chewie ne parle que sa langue, le shirywook, aussi l’échange entre le Wookie et la petite fille ne fonctionne que par gestes, expressions faciales ou simples ressentis.

Mon Impression : Chewbacca

Et l’on peut dès lors, saluer, l’excellentissime travail de Phil Noto au dessin. Les traits particulièrement fins de l’artiste américain permettent de faire de son Chewbacca un personnage des plus lisibles. On ne comprend rien à ses grognements et pourtant, son faciès, ses expressions, magistral travail de Noto, nous permettent de comprendre ce que ressent notre grand ami poilu. Avec Phil Noto, c’est toujours très poétique, très doux, très beau.

Chewbacca se retrouve donc à mettre sa propre mission en pause, pour une mission de sauvetage qui va le mener dans une mine de scarabées, face à un méchant des plus toxiques et son bras droit tout aussi poilu que notre héros, et même à bord d’un vaisseau impérial ! Une aventure riche et touchante, même, s’il est vrai, que le dialogue à sens unique de la petite Zarro peut agacer. Le lecteur peut se sentir exclu de la narration puisque notre interprétation des pensées de Chewbacca n’est que personnelles et sans certitudes. De même l’absence d’échange dans les dialogues peut rendre Zarro ennuyeuse sur le long terme.

Personnellement, j’ai trouvé cette approche de Chewbacca des plus justes et terriblement touchante.

Mon Impression : Chewbacca

Bref, si l’histoire n’a rien de fantastique ni d’originale, elle a le mérite de mettre notre Chewbacca sur le devant de la scène et en solo. Et le moins que je puisse dire, c’est que cela fonctionne, notre héros son air bourru montre une grande sensibilité et une profonde gentillesse, et les quelques pages finales nous apprend en plus, un tout petit peu sur sa vie. Graphiquement, c’est une merveille, Phil Noto arrivant à nous faire comprendre ce que dit le géant rien que par son visage.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article