Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS #2

Dire que j’attendais le démarrage de Secret Wars est un doux euphémisme. Et s’il n’y avait pas vraiment pas de place au doute dans mon esprit, j’ai été rassuré de voir que Jonathan Hickman avait parfaitement réussit le lancement de son événement majeur sur Avengers. Il faut dire qu’il prépare cela depuis longtemps. Si longtemps, qu’il ne faut vraiment pas voir cela comme un event comme Civil War, Secret Invasion ou Siege. Secret Wars est la continuité directe de son travail sur Avengers et New Avengers. Ce qui peut être un peu excluant si on débarque comme une fleur au numéro #1, cela dit Panini nous prévient depuis deux ans que Secret Wars est la finalité de ce run, et de l’univers Marvel tel que nous le connaissions.

Le multivers a donc été détruit et nous avons découvert que Fatalis a construit Battleworld, un monde patchwork empruntant à différents univers de petites parcelles. Régnant en dieu qu’il est, Fatalis peut compter sur son bras droit, Strange, et sur sa super police de Thors pour maintenir l’ordre et la loi. Mais tout cela semble être remis en cause, lorsque sortent d’un vaisseau, Namor, Thanos, Reed de l’univers Ultimate et les autres membres de la Cabale ! Non seulement leur présence est un danger en soi, mais en plus tout ce petit monde se souvient d’avant !

Cette arrivée inattendue précipite les choses ! Strange cachait dans son sanctuaire un autre vaisseau, qu’il n’a jamais osé ouvrir. Surtout, Fatalis rentre dans la danse et va montrer à tous, nous lecteurs compris, que son titre de dieu est amplement justifié !

Bref, l’ordre fait peu à peu place au chaos, on se doutait bien que les ennuis allaient très vite apparaître pour Fatalis, et surtout que ces nouveaux venus allaient avoir du mal à admettre ce nouveau statu quo, et cette situation explosive va se répandre sur tout Battleworld.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS DEADPOOL #2

Deadpool’s Secret Secret Wars : Deadpool est beau ! Deadpool est blond ! Deadpool porte la moustache à la cowboy ! Alors qu’il cherche à sauver tous les héros, et vilains, ce Deadpool tout propre sur lui tombe sur le Lézard bien remonté et avec de forts sentiments pour la Guêpe.

Cette intrigue est ponctuée de flashbacks ayant pour vocation de nous montrer un peu ce qui arrive pendant ces Guerres Secrètes lorsqu’on rajoute Wade Wilson à l’équation. Malheureusement si les idées sont bien là et nombreuses, l’humour, lui, tombe quasiment toujours à l’eau, pour ne pas dire toujours…

Bref, l’intérêt n’est toujours pas là, l’absence de Gerry Duggan se fait toujours un peu plus sentir, vraiment dommage cette direction prise pour ce personnage…

Mrs Deadpool and the Howling Commandos : Pauvre Deadpool ! Obligé de nous raconteur les aventures de la bel Shiklah, alors qu’il vient d’être tué par Dracula.

Pour éviter le mariage, Shiklah prétexte un rite bien spécifique pour répandre les cendres de ses frères, eux aussi tués par Dracula. Elle doit se rendre aux Enfers et traverser le fleuve Styx. Et se voit adjoindre une escorte, chargée de la surveiller, avec les Howling Commandos version monstre. Mais si elle cache ses véritables intentions, c’est également le cas pour sa garde…

Bref, absence de trait d’humour, dialogues assez navrant, rebondissements bidon et personnages affligeants, l’action ne fait pas tout…

Giant Sixe Little Marvel AVX : Ce mois-ci à Marville, les X-Babies et les A-Babies s’affrontent dans une partie assez violente de la balle au prisonnier avant de nouveau se foutre dessus pour incorporer deux nouveaux de leur classe à leurs groupes respectifs. En même temps, tout est sujet à la bagarre à Marville

Je ne comprends toujours pas l’intérêt d’un tel titre, même si je dois bien avouer que les dessins de Skottie Young font sourire de temps en temps, et que certaines situations (voir ces personnages chez eux) sont amusantes.

Bref, totalement dispensable et sans aucune prise sur moi.

M.O.D.O.K. Assassin : Après avoir découvert, le comment de sa chute, le réveil d’Angela à Killville est assez mouvementé, puisqu’elle se retrouve face à MODOK. Connaissant la réputation de l’assassin, la membre des Thors se jette immédiatement sur lui dans le but de le tuer.

Alors que nous pouvions nous attendre à un combat dantesque, la grosse tête ne fait que se défendre et repousser les assauts d’Angela. Malgré sa programmation, des sentiments inattendus et inconnus prennent le pas sur le reste…

Avec ce qu’il se trame dans son dos contre lui, il ferait mieux de faire d’Angela une alliée, MODOK s’étant mis des personnes assez dangereuses à dos…

Bref, sans doute le seul titre intéressant de ce kiosque. Surprenant ! Je ne m’attendais pas du tout à apprécier un tie-in sur MODOK. Mais ce personnage a le vent en poupe et se retrouve souvent au cœur de séries plaisantes à lire.

Bref, la déception semble se confirmer, les titres sont décevants, les intrigues sans réels intérêts. Seul MODOK tire son épingle du jeu, sans être non plus un titre mirobolant.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : MARVEL ZOMBIES #2

Marvel Zombies : Derrière le Bouclier, le règne et la volonté de Fatalis n’existent pas. Derrière le Bouclier, la loi du plus fort est la seule règle qui existe. Derrière le Bouclier, la mort est la finalité la plus probable.

Et pourtant, Elsa Bloodstone, là sans le vouloir, et son jeune acolyte chauve continuent leur odyssée pour aller au bout du bout des Terres Mortes. Mais avec les hordes de zombies, les robots d’Ultron et les créatures d’Annihilus, c’est plus que du danger qui règne partout. Entre flashback sur son enfance assez dure et de nombreux combats, Elsa va mettre, malgré elle, son jeune compagnon en grand danger.

Bref, je continu de suivre ce voyage avec plaisir. L’histoire se met en place doucement et découvrir des personnages comme MODOK en zombie c’est juste un régal pour les yeux.

Age of Ultron vs Marvel Zombies : Il n’y a donc pas que mort et désolation derrière le Bouclier ! Vision, Wonder Man et Jim Hammond ont bâti la ville de Salvation, pour que les humains puissent trouver un refuge une fois balancés de l’autre côté du Bouclier.

Après une rapide genèse sur la cité et ses trois créateurs, il est temps pour Hank Pym d’avoir le droit aux explications sur sa présence ici. Il risque de tomber des nues en comprenant son importance et en découvrant ce que l’on attend de lui. Mais alors qu’on lui annonce avoir du temps, il semblerait que cela ne soit plus le cas…

Bref, les réponses à nos questions n’ont pas tardé et mon impatience de lire la suite s’en est accentuée !

Ghost Racers : Avant d’aller plus avant dans l’intrigue de Ghost Racers, Felipe Smith nous fait plonger dans le passé de Robbie Reyes. Nous y découvrons le pourquoi de sa participation à ces courses mortelles, la découverte de ses pouvoirs, ses liens avec son frère, son côté unique par rapport aux autres Ghost Riders et enfin ses envies d’ailleurs.

Puis retour au présent, où les manigances d’Arcade, en ayant assez des victoires incessantes et répétitives de Robbie, va provoquer une réaction inattendue…

Bref, toujours aussi sympathique à lire.

Siege : Nouveau tie-in ! Avec Siege, nous en apprenons un peu plus sur les troupes surveillant le Bouclier et qui empêchent, ainsi, les hordes de zombies, les Ultrons et les vagues d’Annihilation de venir mettre à feu et à sang les différents domaines indépendants de Battleworld.

Ces troupes, dirigées par Abigail Brand, se battent de toutes leurs forces alors qu’elles ne sont composées que de bannis !

Au milieu du chaos ambiant, Abigail va devoir changer de second, Leah laissant la place à Kang, et cela ne s’annonce pas au goût de Brand. Mais lorsqu’un deuxième Kang débarque, les choses semblent prendre une tournure inédite…

Bref, cela commence vite et fort. L’ambiance, le décor est fort sympathique, l’intrigue mise en place captive de suite. Hâte de découvrir ce qui fait aussi peur à ce second Kang.

Bref, ce second numéro de Secret Wars Marvel Zombies apporte, en plus de l’amusement du premier numéro, un véritable intérêt, et ce sur quasiment tous les titres. Si ce ne sont pas des séries poids lourds, cela n’en demeure pas moins des titres qui valent vraiment le coup, belles surprises.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : CIVIL WAR #2

Civil War : Le Bleu et l’Iron, voilà ce que deviennent les Etats-Unis lorsque le conflit entre Iron Man et Captain America, lors de Civil War, ne se résout pas avec la capitulation de Steve Rogers. Un monde où les pouvoirs sont encadrés d’une main de fer, et un autre monde où chacun fait ce qu’il veut de ses pouvoirs tant que cela ne nuit pas aux autres et qu’ils servent à aider son prochain.

Le temps passant, les esprits se sont calmés, et à la demande de Miriam Sharpe, les deux dirigeants ont même accepté de se rencontrer pour une trêve. Malheureusement Steve est victime d’une tentative d’assassinat, qui aura finalement raison de la pauvre Miriam.

Il n’en faut pas plus pour accentuer les tensions. Mais un seul problème subsiste, aucun des deux camps n’est responsable de ce meurtre. Plutôt que d’œuvrer ensemble, Tony et Steve vont lancer des missions secrètes, plus aptes à creuser davantage le fossé qu’autre chose…

Bref, je suis un fan inconditionnel de cet univers, de ce statu quo. Découvrir comment cela aurait pu évoluer, comment nos personnages changent avec le temps, c’est un vrai plaisir de lecture.

1872 : Les tensions montent dans le petit village de Timely, en plein cœur du Far West. Loup Rouge a fait sauter une digue, et tous les habitants ne cherchent qu’une chose : le lyncher. Heureusement, il reste une personne responsable, le shérif Rogers, qui tient à ce que Loup Rouge soit jugé.

Malheureusement, cette décision ne convient ni au maire Fisk, ni à Roxxon qui rince tous les environs et on construit le barrage attaqué par Loup Rouge. Pour régler le problème un quatuor de tueurs est envoyé en ville ! Il semblerait bien que le shérif est signé son propre arrêt de mort… Et s’il arrive quelque chose au shérif, qui aura le cran de s’élever à Fisk par la suite ?

Bref, je suis assez fan de cet univers, de cette ambiance Far West parfaitement retranscrite. On se croirait en plein milieu d’un film de John Wayne avec ce village aux maisons de bois, aux routes sableuses et aux règlements de compte colt à la main. Gerry Duggan n’hésite pas à nous surprendre, ce qui rend le titre encore plus passionnant.

Hail Hydra : Hail Hydra a la particularité de nous proposer de suivre les aventures de Ian Rogers, seul héros Marvel, n’étant monté dans un radeau de sauvetage, à se souvenir d’avant !

Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il découvre cette New York aux mains de l’Hydra, régentée de façon effroyable et cruelle. Il ne faut pas longtemps à Ian pour se mettre à dos le Baron Zémo et son fils, Léopold. Quel choc pour notre héros lorsqu’il découvre ce qu’il aurait pu devenir sans sa rencontre avec son père, Steve Rogers. La rencontre est assez expéditive et Ian va devoir ensuite prouver aux Steve Roghers et Sharon Carter de cet univers qu’il est bien qui il dit être.

Bref, Hail Hydra semble être un titre important, rien que par le statu quo de Ian Rogers. Le jeune homme fait des rencontres marquantes dans cet épisode, hâte de découvrir ce que va donner la suite.

Planet Hulk : Le tie-in commence véritablement ce mois-ci. Nous découvrons que le Greenland est une véritable épine dans le pied du dieu Fatalis. Ce dernier ne voulant pas, lui-même aller se salir les mains, et ne tenant pas, bizarrement, envoyer les Thors pour tuer le Roi Rouge, décide de confier cette mission à un gladiateur du Génocirque, le Captain (et son dinosaure !) !

Plus que la liberté, c’est la possibilité de retrouver Bucky qui pousse le Captain à céder à cette demande. Mais une fois sur place les choses s’annoncent bien plus compliquées que prévu et surtout, l’agent de Fatalis, sur place, et quelque peu, inattendu…

Bref, cette mission s’annonce épique !

Bref, nous aurions pu appeler ce kiosque Captain America, tant le héros est omniprésent. Enfin pour les deux premiers numéros, cela risque de changer quelque peu par la suite. Concrètement, nous avons quatre excellentes séries, avec des intrigues bien ficelées, des personnages fascinants, le tout avec de superbes dessins.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : ULTIMATE END #2

Ultimate End : Sans véritable explication, il reste une petite partie de notre Terre sur Battleworld, un peu de Manhattan avec de très nombreux de nos héros mais aussi de l’univers Ultimate. Alors que tous sont réunis et se posent des questions, ils vont faire la connaissance d’un groupe de Thors et l’un de nos héros va passer l’arme à gauche !...

Il en faut plus pour stopper un Tony Stark, alors deux Tony Stark, imaginez. Cependant la présence de deux héros identiques des deux univers n’apporte pas que de bonnes choses comme avec les deux Iron Man. Il peut y avoir aussi, deux Hulk

Bref, pas mal de choses dans cet épisode, mais rien de vraiment significatif. Bendis semble plus s’amuser qu’autre chose, cependant cela est plaisant à lire et rassurant de retrouver quelques uns nos héros.

Inhumans : Attilan Rising : Fatalis a des opposants ! Malgré sa toute puissance, certains héros se rassemblent pour essayer de renverser le dieu de Battleworld. L’une des principales rébellions, la Voix des Sans Voix, se trouve dans notre Manhattan, celle d’Ultimate End. Fatalis pensant que cela est lié au club la Quiet Room, il charge la baronne de Manhattan de régler le problème. Cette dernière charge donc Auran et Kamala Khan de se rendre sur place pour enquêter. 5au passage, j’adore ce que devient Kamal dans ce titre, un personnage vraiment incroyable et puissant !)

Il se pourrait que la Quiet Room soit bien plus dangereuse et engagée qu’il n’y paraît, et les plans de la rébellion bien plus avancés qu’imaginés.

Bref, cette enquête est vraiment sympa, les personnages le sont tout autant, les graphismes sont vraiment beaux. J’aime les Inhumains et ce tie-in surfe sur les récents événements vus dans Inhumans, normal Charles Soule pilote les deux titres.

Squadron Sinister : Le Squadron Sinister, à l’image du Crime Syndicat, ne cherche que les combats, le meurtre et le sang. Ici, il cherche surtout à annexer tous les territoires entourant le leur, Utopolis. Hypérion règne d’une main de fer sur son territoires, ses annexés et son équipe. Mais depuis quelques temps, les choses semblent prendre une mauvaise tournure pour le leader du groupe.

En effet, un Thor mort, dont il est le principal suspect, un Nighthawk qui lorgne toujours son trône et une Warrior Woman qui cache bien son jeu.

Bref, on se retrouve avec une situation qui se rapproche toujours un peu plus de l’explosion. Le groupe commence sa dernière ligne droite, mais tous ne le savent pas encore.

Captain Marvel and the Carol Corps : Il y a ceux qui boivent les paroles du dieu Fatalis, ceux qui veulent le renverser, et enfin ceux qui s’interrogent. Carol Danvers et son équipe font parti de ce dernier groupe.

En effet, plus le temps passe et plus Carol se demande ce qui se cache par delà le ciel, et ses interrogations, ses doutes se font plus grand lorsqu’elle découvre que sa supérieur, et donc Fatalis, lui ment sur une mission. Carol décide alors de désobéir, emmenant, un peu malgré elle, toute son équipe au risque de passer pour des traitresses…

Que vont-elles découvrir ?

Bref, contre toute attente ce titre, malgré Kelly Sue DeConnick, est vraiment plaisant à suivre.

Bref, la surprise du premier numéro se confirme, Secret Wars : Ultimate End propose quatre bons titres. Rien de fantastiques mais des histoires plaisantes, de bons dessins et l’envie de connaitre la suite.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : SPIDER-MAN #2

Amazing Spider-Man : Renew Your Vows : Quel monde merveilleux, que celui où Peter et Mary-Jane sont toujours ensemble ! Le cours normal des choses. Un couple qui s’aime malgré les difficultés, et une petite fille qu’ils adorent tous les deux. Mais cette vie de famille va avoir des répercussions sur la vie de Spider-Man.

En effet, pour protéger sa famille, Spider-Man abandonne les Avengers pour affronter Venom, qui s’est évadé, et n’hésite pas à le tuer ! Pendant ce temps les Avengers ont, eux aussi, tous tué, par Régent.

Ce dernier, quelques années plus tard, règne sur Régence d’une main de fer, traquant tous les êtres à superpouvoirs. Spider-Man a raccroché sa toile et, avec MJ, fait en sorte qu’Annie ne dévoile pas ses pouvoirs. Mais il suffit qu’une alerte soit donnée à l’école d’Annie pour que tout soit remis en cause…

Bref, rien que le fait de voir Mary-Jane et Peter en famille suffit à mon bonheur. Ils forment tous deux mon couple préféré dans la microcosme du comics. Les deux personnages sont si fusionnels, si indispensables l’un à l’autre. Ce tie-in est donc une vraie bouffée de bonheur.

Secret Wars 2099 : Nueva York, voilà une région de Battleworld bien inquiétante, pour ne pas dire malsaine. Si Alchemax est toujours là, c’est Miguel Stone que l’on retrouve à sa tête, et pourtant les méthodes laissent toujours à désirer.

Les Avengers travaillent pour lui, ce qui est déjà bizarre, mais plus que les membres violents, plus que les membres tuant de sang froid, c’est le fait de voir des personnages ne même pas savoir qu’ils ont une identité secrète, comme la pauvre Captain America. L’identité de Captain America et celle de Roberta interchangeant avec une simple commande vocale ! Mais il semblerait que les Avengers ne fassent pas l’unanimité…

Bref, l’épisode est assez ronflant, il ne se passe pas grand-chose, l’accent étant mis sur la situation gênante de cette Captain America, et il faut attendre la fin pour de l’épisode pour que cela s’emballe un peu.

Spider-Island : A Spider-Island, la Reine-Araignée, qu’on ne voit toujours pas, exerce un contrôle terrifiant sur ses sujets. Rares sont ceux à ne pas être tombés sous son joug et son contrôle. Parmi eux, l’agent Venom, tente par tous les moyens d’inverser la vapeur, mais les alliés sont trop peu nombreux.

Venom va, cependant, avoir une idée et l’on va se retrouver avec un Captain America loup-garou, un Hulk avec le sérum du Lézard et Captain Marvel avec celui de Morbius. Voilà les looks, mais au moins ils sont libérés du contrôle de la Reine-Araignée, et Venom va pouvoir passer à la seconde phase de son plan, mais une incroyable découverte l’attend !

Bref, une intrigue rythmée et passionnante. Des rebondissements amusants et continus.

Spider-Verse : Nous avons le droit à deux petits épisodes ce mois-ci. L’un s’intéressant à Mayday Parker, l’autre étant la suite des aventures de Spider-Gwen.

L’épisode sur Mayday est clairement l’épilogue de ce que la jeune héroïne a vécu durant le crossover Spider-Verse, et de son deuil, ses interrogations suite à la mort de son père.

De son côté Gwen, en cherchant des réponses chez Ozcorp, a découvert Spider-Cochon ! Ils vont découvrir tous les deux que de nombreux personnages portant l’araignée se trouvent à Arachnia, et ils semblent tous avoir des souvenirs des uns et des autres.

Bref, c’est plaisant à lire, mais rien d’indispensable ni de passionnant.

Bref, les différents régions que ce mensuel nous propose de visiter sont toutes plus passionnantes les unes que les autres. On se rend compte grâce à ces différents tie-in que l’univers du Tisseur est véritablement riche de bons crossover et de personnages cultes. Si Amazing Spider-Man et Spider-Island tirent le kiosque vers le haut avec de vraies bonnes histoires, les deux autres titres demeurent plaisants à lire.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : BATTLEWORLD #2

Weirdworld : Quel univers fantastique ai-je découvert avec Weirdworld. Il n’aura fallu qu’un épisode à Jason Aaron et Mike Del Mundo pour me conquérir !

Le puissant et violent Arkon, traverse, de long en large, Weirdworld, le royaume de Morgane la Fée, pour rentrer chez lui, à Polemachus. Mais soudain, Arkon et son dragon se font capturer par les singes marins d’Apelantis. Séparé de son dragon, Arkon va devoir se faire un nouvel allié s’il veut s’évader de sa prison sous-marine !

Bref, ce formidable voyage, bien que très violent, continu, et nous en prenons plein les yeux grâce aux peintures absolument magnifiques de Del Mundo, tandis qu’Aaron nous emporte dans un imaginaire barbare et fantaisiste.

Where Monsters Dwell : Karl Kaufmann déchante vite et regrette assez rapidement d’avoir accepté d’emmener la belle Clementine Franklin-Cox ! Surtout, le lecteur, découvre, peu à peu, qui est vraiment ce personnage baratineur.

Après un crash d’avion, son seul bien, voilà Karl et Clementine perdus sur une île où rode dinosaures, monstres géants et autres dangers. La réputation de Karl vole assez vite en éclat au rythme de ses cris de pucelles et ses incessantes plaintes, alors que les intentions de Clementine se font de plus ne plus mystérieuse.

Bref, l’épisode se résume à une suite de fuites et de scènes où Karl ne cesse de pleurnicher. Néanmoins le comique de situation fonctionne, les personnages ont une belle synergie tous les deux et on s’interroge toujours un peu plus sur ce que veux Clementine.

Master of Kung Fu : Shang-Chi est toujours vivant, cela ne semble pas faire plaisir aux têtes dirigeantes de K’un Lun. Il faut dire, qu’avant de disparaître, le fils de Zheng Zu, a tué, à sa demande, un ancien grand chef de K’un Lun, maître d’Iron Fist accessoirement. Aussi, lorsqu’il réapparaît, il se retrouve avec un nombre impressionnant d’ennemis sur son dos. Ne devant son salut qu’à un groupe d’exclus, de rejetés sans maître.

Très vite ces bannis vont découvrir que Shang-Chi est loin d’être le héros qu’ils espéraient, se satisfaisant facilement de lui-même et noyant sa misérabilité dans l’alcool et se permettant même de donner des leçons.

Il faudra un véritable électrochoc pour que le guerrier ne devienne un maître, et qu’au lieu de fuir, se décide à agir.

Bref, une histoire forte, touchante, sur fond d’arts martiaux avec des personnages japonisés, ce que j’adore.

Runaways : Le premier épisode du tie-in propre aux Runaways aura été, certes, un épisode de présentation sur un nouveau titre centré sur une école, mais surtout aura réussi sa mission de donner envie de suivre les aventures de ces jeunes que l’on ne s’attendait pas du tout à voir ensemble. Donnant un peu l’impression, avouons-le, d’être un melting-pot de personnages non utilisé ailleurs.

Bien entendu, ces ados n’ont rien en commun, bien entendu ils ne peuvent pas se voir en peinture mais bien entendu ils vont devoir œuvrer ensemble s’ils veulent survivre.

Bref, peu de surprises, des dessins en dessous des autres titres, pourtant on a envie de savoir ce qui va arriver à ces ados.

Bref, le premier numéro de ce kiosque n’était finalement pas un ovni, les titres qui y sont présentés sont véritablement de bons titres, avec de bonnes intrigues et pourtant de sont des titres assez anonymes pas rapport aux poids lourds habituels. Mais avec des scénaristes comme Jason Aaron, Garth Ennis ou encore Haden Blackman, comment pourrait-il en être autrement ?

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : AVENGERS #2

A-Force : Suite des aventures sur l’île du Paradis, pardon d’Arcadia. Alors que l’équipe des Avengers, composée uniquement de femmes, nous est dépeinte comme une grande et belle famille, nous sommes arrivés, lors du premier épisode, à un moment où tout semble voler en éclat. Lors d’une attaque, aussi soudaine que violente, Miss America commet un acte condamnable par les Thors et se voit envoyée au Bouclier.

Le fait que Miss Hulk ne parvienne pas à s’y opposer lui attire les foudres et la colère de Nico Minoru. Cette dernière, en pleine détresse, va tomber sur une étrange jeune femme semblant tomber du ciel.

Tandis que Miss Hulk et les A-Force enquêtent sur les causes de l’attaque ayant causé le départ de Miss America, il se pourrait que cette enquête et la nouvelle venue soit liée…

Bref, A-Force est titre vraiment intéressant à suivre. Après un côté mythologique vite oublié, c’est un condensé d’action et une excellente intrigue qui nous est proposé, toujours avec une belle galerie de personnages.

Thors : Cette plongée dans le quotidien et les coutumes des Thors, garde principale et ultime de Fatalis et de tout Battleworld, nous fait assister à une enquête bien sanglante. Des corps de femmes sont retrouvés un peu partout à travers Battleworld, et aussi surprenant que cela puisse paraître, il s’agit toujours de la même femme, Jane Foster ! Pour en arriver à une telle découverte Beta Ray Thor en a payé le prix fort, puisqu’il est mort à son tout !

Ultimate Thor va alors pouvoir compter sur l’aide de tous ses frères d’armes pour résoudre cette enquête et ainsi venger le Thor tombé. Mais l’enquête va prendre une nouvelle direction, avec la découverte d’un corps d’homme, et une drôle de tournure avec l’apparition de notre Thor, censé être mort face aux Beyonders

Bref, une enquête vraiment prenante, captivante, qui tient en haleine de la première page, à la dernière. Même si les éléments que l’on découvre paraissent logiques et sont attendus de par l’univers de Thor que nous connaissons, on est à fond dedans.

Armor Wars : A Technopolis, tous les habitants portent une armure comme Iron Man, à cause d’une mystérieuse maladie. L’armure est leur seul moyen de rester envie et de ne pas succomber à cette maladie.

Mais hormis ce petit détail, certes important, Technopolis reste une ville comme les autres, où le mensonge et le meurtre restent des moteurs pour les puissants convoitant les biens d’autrui.

Et un meurtre, il vient d’en avoir un, celui de Peter Urich, le Spyder-Man, et le Thor de cette région, le Grand Marshal Rhodes, est bien décidé à tout faire pour découvrir qui se cache derrière ce meurtre, d’autant que Peter venait de découvrir quelque chose d’essentiel… Pendant ce temps, les frères Stark continuent leur guerre fraternelle !

Bref, après un premier épisode assez laborieux, les choses s’accélèrent un peu, prennent une tournure plus sympathique, du moins à lire, parce que dans l’épisode cela est toujours aussi sombre.

Future Imperfect : Par un astucieux stratagème, en manipulant la jeune Ruby Summers, Maestro a enfin réussi à trouver et pénétrer la base secrète et souterraine de la résistance à son règne sur Dystopia. Et le premier épisode se terminait avec l’arrivée, tel Zorro, du chef des rebelles : la Chose !

Après un court flashback nous dévoilant la surprenante identité de la Chose dans cette région, l’épisode ne se résume que purement et simplement à un combat de grosses brutes entre Maestro et la Chose.

Bref, je ne suis pas spécialement fan des épisodes où l’on tape les trois quarts du temps. L’épisode passe comme un coup de vent en apportant pas grand-chose.

Bref, avec Secret Wars : Avengers, il y en a pour tous les goûts. De l’action, une enquête policière, du mystère et de la baston. Et quand tout cela est bien écrit, bien dessiné, que demander de plus ?

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : LES GARDIENS DE LA GALAXIE #2

Guardians of Knowhere : Knowhere est devenu une lune à Battleworld sous les pouvoirs du dieu Fatalis. C’est un également un point de rencontre régulier pours les Gardiens de Nulle Part. Comme Rocket, Drax et, notre, Gamora chez Mantis. Mais la petite réunion est vite écourtée avec l’arrivée de Yotat, monstre de puissance, bien décidé à régler leurs comptes à Drax et Rocket !

Après une bonne moitié d’épisode pour nous expliquer qui est ce Yotat et le pourquoi de sa haine envers Drax et le raton, ensuite place au chaos et au sang !

Bref, une intrigue qui ne me convainc toujours pas, pourquoi s’embêter avec ce Yotat, ce n’est pas intéressant et cela se résume ensuite à une simple baston à sens unique où l’on voit mal où cela va mener…

Korvac Saga : Dans la région la Ville, deux barons se partagent le pouvoir, Simon Williams (et ses Avengers) gère Holy Wood, tandis que Michael Korvac (et ses Gardiens) s’occupent de Forest Hills. Et si les deux hommes aiment à donner l’impression d’aller dans le même sens, ce n’est vraiment pas le cas en coulisse.

Les deux homes doivent cependant se retrouver pou signer un accord à Forest Hills, si la tension est palpable et l’animosité voyante, les choses prennent une tournure quelque peu dramatique, lorsque le convoie des deux barons est attaqué ! Les deux barons vont se retrouver dans un conflit sans précédents, aux Avengers et aux Gardiens de parvenir à s’entendre pour résoudre le mystère se présentant à eux.

Bref, si je me fous royalement de ce qu’il se passe autour des barons, de leurs femmes et de leurs équipes, l’intrigue autour de Starhawk et Dragon-Lune s’annonce importante pour tout Secret Wars.

Infinity Gauntlet : La vie est difficile pour Anwen, Fayne et leur papa. A New Xandar, la vague d’Annihilition n’a laissé que des ruines et très peu de survivants. Pourtant, les rescapés se battent pour rester en vie, comme si des jours meilleurs allaient se faire jour.

Et ce qui tient cette famille en alerte, en vie, c’est leur mère, membre du Nova Corps et qui a promis de revenir les chercher. Mais le temps presse, les insectes sont de plus en plus nombreux et virulents. La famille éclate, chacun se retrouvant livré à lui-même. Anwen met alors la main sur un drôle de pierre, au moment où sa mère réapparaît. Les choses vont prendre alors une tournure inattendue et un ennemi terriblement puissant rôde dans l’ombre.

Bref, toujours une lecture agréable, des personnages attachants, un statu quo chaotique, des dessins magnifiques et une famille au cœur de la tempête.

1602 Witch Hunter Angela : La mission que se sont données Angela et Serah, en voulant exterminer les Faustiens, des créatures ayant pactisé avec le diable ou l’Enchantresse, a pris une mauvaise tournure. En effet, cette dernière a prévenu le duo qu’à la mort du troisième Faustien, Serah mourra !

Cela n’entache cependant en rien leur volonté de continuer et décident donc de continuer, peu importent les dangers et les menaces. Elles vont tomber sur un étrange groupe se rendant à un mariage, l’occasion pour Serah de conter une nouvelle histoire, cette fois-ci sur sa rencontre avec Angela, avant qu’un nouvel ennemi ne fasse son entrée !

Bref, le mélange des dessinateurs me gêne toujours autant, dommage car cette ambiance de vieille Angleterre de chasse à la sorcière est franchement sympathique.

Bref, la mayonnaise ne prend toujours pas pour ce kiosque. Si Infinite Gauntlet propose une intrigue sympa autour d’une famille lambda sous fond de fin du monde, les autres titres se contentent du strict minimum voir de rien du tout… Fort dommage que le cosmique ne soit pas mieux traité.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

OLD MAN LOGAN #2

Old Man Logan : Dans Old Man Logan, Wolverine avait du finalement ressortir les griffes pour se défaire de toute une horde de Hulks. Dans Secret Wars : Old Man Logan, il le refait pour découvrir ce qui ne va pas.

En effet, après avoir découvert une tête d’Ultron, tombée du ciel, il se rend auprès d’Emma Frost, seule X-Men ayant échappé à ses griffes, mais ne découvre qu’une vielle femme en fin de vie. Toujours plus intrigué et sans réponse, il décide de franchir le mur qui entoure les Terres Perdues ! Une fois en haut, ses ennuis ne font commencer, entre visions surprenantes, fantômes du passé et ennemis oubliés, Logan va avoir bien du mal à comprendre ce qu’il se passe ! Se retrouver face à Apocalypse ne va pas l’aider à prendre son temps pour y réfléchir…

Bref, le voyage de Logan s’annonce tumultueux et passionnant. Brian Bendis a compris l’essence même du titre, tandis qu’Andrea Sorrentino nous éclabousse un peu plus de son talent case après case, c’est juste un véritable régal pour les yeux.

Years of Future Past : Dans le monde de Christina, être mutant ou possesseur de pouvoir est une très mauvaise chose. Le président Kelly cantonne les mutants et les anomalies dans de véritables camps, quand ils ont la chance de ne pas avoir été tués ou torturés. Malgré l’envie d’un certain nombre de citoyens de voir cette maltraitance cessé, le président est bien décidé à tout faire pour que cela continu de la sorte, quitte à monter lui-même des reportages négatifs sur les mutants.

Mais le temps n’a pas eut un effet démoralisateur pour tous les mutants, Christina, justement, avec ses parents, Magnéto, Wolverine et son fils, sont à l’aube d’une libération qu’ils espèrent salvatrice pour les leurs. Mais les événements vont se précipiter de façon bien surprenante…

Bref, c’est un vrai plaisir de retrouver l’univers de Days of the Future Past, un monde noir et sinistre pour les mutants, de jeunes personnages dont il est amusant de découvrir les parents. Marguerite Bennett, décidément très en forme, nous propose un récit palpitant et sans temps morts.

X-Tinction Agenda : Sur Battleworld, Génosha est toujours peuplée d’autant de mutants qu’avant sa destruction. Cependant, la petite île est de plus en plus isolée. A cause d’une maladie terrassant les mutants sévissant sur l’île, la baronne Grey la mise en quarantaine. Sans véritable explication, l’aide qu’Havok, régent de Génosha, demande est systématiquement refusée.

Havok et les siens n’ont donc d’autre choix que de se rendre sur le continent, afin de capturer Triage, un guérisseur et ainsi sauver Génosha, même si pour cela, mutants doivent se battre contre d’autres mutants…

Mais est-ce que l’arrivée de Triage sera synonyme de guérison ou de maux encore bien pires ?

Bref, l’histoire suit son cours, avec son lot d’action et de rebondissements et pourtant je n’arrive toujours pas à m’y intéresser. Je n’ai jamais été friand de Génosha et les dessins ne sont vraiment pas beaux, n’aidant pas à l’immersion.

E is for Extinction : Depuis la mort de Charles Xavier, Magnéto, son vieil ami, semble avoir pris, aux yeux du monde, son fardeau sur les épaules en perpétuant son héritage, à l’école et avec les New X-Men. Mais la vérité semble être tout autre, et le maître du magnétisme cache un sombre secret…

De leur côté, les anciens X-Men, Cyclope, Emma et Wolverine, voient leurs pouvoirs leur faire de plus en plus défaut, et souhaitant ne pas se laisser glisser sur la pente du déclin, ils décident de se rendre dans une base des U-Men pour y délivrer le puissant Xorn. Ce qu’ils vont découvrir vont les conduire à se rendre à l’école Xavier pour un face-à-face des plus violents…

Bref, j’aime les X-Men, mais je n’aime pas toutes les histoires sur les mutants (comme celles de Bendis dernièrement…). Je suis fans de la période Grant Morrison et avec ce tie-in on retrouve tout ce qui faisait la force du titre : la qualité des personnages, les intrigues à tiroirs, les trahisons, les rebondissements de dernières minutes, les graphismes.

Bref, en seulement deux numéros d’Old Man Logan on se retrouve avec plus d’histoires intéressantes pour les mutants que sur tout le run de Bendis sur ses deux séries mutantes. Nous avons le droit à trois titres de grande qualité et à l’intérêt sans cesse grandissant. Une pointe de nostalgie se rajoute à ces lectures avec le souvenir de grandes sagas d’une époque qui paraît de plus en plus lointaine.

Alors ça donne quoi Secret Wars #2

SECRET WARS : X-MEN #2

Age of Apocalypse : Fabian Nicieza et Gerardo Sandoval ont bien compris l’essence d’un titre comme Age of Apocalypse. Le dessinateur de par son style furieux et agressif avec du muscle, du muscle et du muscle, et le scénariste en nous proposant une histoire allant à cent à l’heure, où la baston et l’action ne cessent jamais. Ici, bons et mauvais mutants se battent pour les humains, soit pour les asservir, soit pour les libérer. Et récemment l’attention de tous les mutants s’est porté sur le jeune Doug Ramsey, mutant capable d’interpréter tout langage qu’il soit écrit ou oral, avec des lettres ou des dessins.

Si le fameux Doug a été trouvé, cela n’empêche pas notre pléiade de personnage de continuer à se foutre dessus. Ca cogne dans tous les sens, il y a toujours plus de personnages, et il est bon, de temps en temps, de mettre le cerveau en pause et juste prendre son pied.

Bref, excellent divertissement où tout y est démesuré, à l’image des graphismes de Sandoval.

X-Men 92’ : A Westchester, après une attaque de Sentinelles repoussée par les X-Men. Après quoi, nos héros découvrent l’existence d’un centre de réhabilitation pour mutants, afin de les adapter à la vie avec les humains. Décidant de se rendre sur les lieux, la visite se transforme très vite en guet-apens tendu par la redoutable Cassandra Nova.

L’épisode du jour se résume à des jeux sadiques de la clone créée par Apocalypse, dans la psyché des X-Men afin de découvrir s’ils peuvent être réhabilité ou si elle peut prendre plaisir à les tuer !

Pendant ce temps, Jubilée tombe sur X-Force, et cela risque de contre balancer le rapport des forces.

Bref, cela se laisse lire, mais le titre s’arrêterait maintenant je ne serais pas déçu de ne pas découvrir la suite. C’est un peu trop kitsch.

House of M : Magneto règne peut-être sur un monde de mutants mais cela ne veut pas dire adieu les problèmes, loin de là. Son règne est même menacé de tous les côtés ! Entre son fils, Pietro, désireux de le renverser, demandant du coup l’aide de Namor, sa fille, Wanda, qui est de plus en plus instable (suffit de voir ce qu’elle fait à Wolverine) et les humains, menés par Hawkeye, la Chatte Noire et Misty Knight, qui veulent encore y croire, le pauvre Magneto a bien du souci à se faire. Alors si on rajoute à cela un dragon passablement dangereux, nous sommes proches du chaos !

Bref, toujours aussi fan de cet univers et vraiment hâte de découvrir la suite de ces événements.

Inferno : Nous reprenons la même base que le titre inspirant ce tie-in. Dans cet univers, Illyana Raspoutine, la sœur de Colossus, régente les Limbes et décide d’attaquer la Terre avec ses hordes de démons. Tous les jours les X-Men repoussent les démons, et une fois par an, Colossus avec un groupe d’X-Men tente de plonger au cœur des Limbes pour libérer Illyana. Mais ce fut toujours un échec. Mais cette-ci, Colossus tombe sur sa sœur, et la rencontre risque de marquer notre géant russe… Aussi, un an plus tard, quand il se prépare à y retourner, il se retrouve face au véto de Cyclope, estimant que cela est voué à l’échec et il ne veut plus voir d’X-Men mourir !

Mais comment arrêter un monstre métallique comme Colossus ? Sa nouvelle tentative va-t-elle avoir un meilleur résultat ? Ou est-ce encore la mort qui attend les X-Men ? Et surtout que viennent faire ici Madelyne Pryor et Alex Summers (dans des looks excellents !) ?

Bref, bonne introduction, l’histoire est sympa, les dessins également et j’ai envie de connaître la suite.

Bref, il n’y pas photos, si on est fan des mutants, il faut mieux se jeter sur le kiosque Old Man Logan ! Si, dans X-Men, les histoires ne sont pas mauvaises, elles ne sont pas non plus fantastiques, tout juste plaisantes à suivre (pour certaines seulement) et montre vraiment à quel point l’univers mutant va mal, hormis Wolverine.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article