Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Catwoman tome #5

Mon Impression : Catwoman tome #5

Difficile de se motiver à lire ce cinquième tome de Catwoman, tant le précédent m’a donné des sueurs froides pour ne pas dire des envies suicidaires soudaines. Une véritable plaie à lire, des histoires qui partent n’importe où, des personnages dont je me fous royalement. Mais ! Car il y a un mais, ce tome est le dernier (excellente nouvelle !) avant le relaunch d’Urban ! L’équipe créative changeant, tout comme le statut de notre héroïne, du coup l’éditeur relance la série sous le nom de Catwoman Eternal.

L'indomptable Selina Kyle poursuit son jeu d'équilibriste entre le Bien et le Mal. Après avoir passé un temps à arpenter les rues de Gotham City aux côté de Batman, son amour pour le luxe et son attraction évidente pour le crime la poussent à se replonger dans une course aux larcins sans précédent. Véritable désir de possession ou challenge personnel ? Jusqu'où Catwoman sera-elle prête à aller ?

(Contient: Catwoman #25 + #27-34 + Catwoman Futures End #1)

Mon Impression : Catwoman tome #5

Et ce dernier tome de Catwoman illustre à merveille la plaie qui frappe tous les titres de l’univers de Batman, les sagas du justiciers qui gangrènent, polluent les autres titres au détriment des intrigues en cours, des lecteurs mais aussi des scénaristes. Du Future’s End, de Gothtopia, du Year Zero… Comment voulez-vous que les scénaristes arrivent à faire ce qu’ils veulent, ce qu’ils ont en tête pour leurs personnages.

Si, souvent, ces tie-in sont, en plus, de piètre qualité, le pompon revient ici aux deux épisodes de Gothtopia, véritablement incompréhensibles sans l’intrigue de base dans Detective Comics. Le lecteur se retrouve au cœur d’une histoire sans queue ni tête, qui en plus n’était pas vraiment passionnante, pour ne pas dire pas du tout. Déjà que c’est nul, si en plus on y comprend rien…

Les deux autres tie-in s’en tirent un peu mieux, enfin seulement celui sur Future’s End qui nous montre le virage, prometteur, que Selina s’apprête à prendre. Et j’ai encore davantage hâte de découvrir le premier tome de Catwoman Eternal pour le coup. Je suis fan de ce virage que j’attendais depuis longtemps. Dans Year Zero, comme pour tous les autres tie-in, nous avons le droit à quelque chose de classique et convenu, et qui n’apporte rien de nouveau au travail, à la mythologie du personnage. Comme si on avait besoin de rendre cette looooongue saga qu’est Year Zero, encore plus longue…

Mon Impression : Catwoman tome #5

Et pour le cœur de l’histoire me direz-vous ? Le titre Catwoman a proprement parlé ? Sans être passionnant, l’arc « Course de Haut Vol » se laisse lire tranquillement. Catwoman se retrouve embarquée dans un course-poursuite entre voleurs, où l’on retrouve, notamment, le Maître des Miroirs. Si l’histoire de fond, avec cette nouvelle ennemie et cette histoire de kidnapping est plus que tirée par les cheveux, nous avons le droit à des scènes amusantes et rocambolesques (comme la course de voiture rappelant fortement les Fous de Volant !) Et surtout, nous avons le droit, enfin (dieu merci !), à un bon travail sur le personnage de Selina, un peu comme lors des deux premiers tomes. Catwoman est une voleuse, au grand cœur certes, mais une voleuse !

Cela va vite, avec beaucoup de rythme, on peut cependant regretter les trop nombreux personnages secondaires inutiles ou qui ne fonctionnent pas.

Hormis, Alice Tesla, sorte de Garcia (Esprits Criminels) steampunk ultra sexy et encore plus ancrée dans sa grotte. Un personnage frais, amusant et rigolo.

Graphiquement, pas grand-chose à redire sur le travail de Patrick Olliffe, Aaron Lopresti et Cliff Richards. Sans être formidables, les dessins sont plutôt agréables et mettent bien Catwoman en valeur, sans pour autant tomber dans l’abus comme Guillem March au début du titre. Quelques défauts cependant sur les visages de Patrick Olliffe, pas très réguliers, parfois un peu trop carrés.

Mon Impression : Catwoman tome #5

Bref, ce cinquième et ultime tome de cette version de Catwoman continu de flirter avec les bas-fonds. Ann Nocenti aurait vraiment permis au navire Catwoman de sombrer lentement mais sûrement, même s’il faut reconnaître qu’elle a bien été aidé par les différents tie-in obligatoires pour les grandes sagas issues de Batman, un peu comme Nightwing

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article