Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : American Vampire tome #6

Mon Impression : American Vampire tome #6

Dire que ce sixième tome d’American Vampire était attendu, est un sacré euphémisme ! Le tome #5, absolument génial, montrait à quel point ce titre, en plus d’être original, est absolument vampirique. Il aspire littéralement votre âme, à défaut de votre sang.

Mais voilà, ce cinquième tome marquait la fin d’un cycle, le premier, et ce sixième tome n’est pas le début du second cycle, mais une sorte d’interlude, de pause, avant la reprise de l’histoire. Ce sixième volume d’American Vampire contient plein de petites histoires sur différents personnages, déjà vus ou inédits, de la série.

Depuis des siècles, les vampires vivent parmi nous, occupant à notre insu les postes d'influences pour chaque jour asseoir d'avantage leur pouvoir sur les faibles être humains que nous sommes. L'Histoire des États-Unis n'échappe pas à ce schéma, et renferme depuis l'aube de sa création de nombreuses histoires liées aux terrifiants buveurs de sang.

(Contient : American Vampire Vol. 6 : The Long Road to Hell + American Vampire Anthology #1)

Mon Impression : American Vampire tome #6

Ce sixième tome se décompose, en fait, en deux parties. Un One shoot de l’équipe habituelle, Scott Snyder et Rafael Albuquerque, puis d’American Vampire Anthologie, une série de petites histoires courtes, signées par différents auteurs invités et mettant en lumière plusieurs personnages de l’univers d’American Vampire.

Dans une Virée en Enfer, Scott Snyder nous propose trois nouveaux personnages. Un couple, Billy Bob et Jolene, fous d’amour l’un pour l’autre, simples pickpockets qui vont avoir le malheur de rencontrer des vampires et d’en devenir eux-mêmes. Si leur soif est la même que pour leurs nouveaux comparses, le lien qui les unissent l’un à l’autre semble les empêcher de sombrer totalement du côté obscur. Et surtout leur amour reste la chose la plus importante à leurs yeux.
Dans leur road-movie qui les conduit à Las Vegas, ils tombent sur le petit Jasper, un enfant bien mystérieux, qui risque de réapparaître par la suite. Et c’est surtout l’occasion de recroiser Travis Kidd !

Histoire complètement hors contexte, et pourtant Snyder réussi à nous captiver. Bien qu’éphémère, ce couple arrive à nous toucher, les émotions entre eux deux sont claires et limpides. Formidable travail de Rafael Albuquerque au dessin qui rend ce couple si attachant. Tout comme il arrive à merveille à donner corps au rythme effréné du récit. Toujours un régal de pouvoir suivre les planches de cet artiste, véritable moteur pour le titre !

Mon Impression : American Vampire tome #6

Avec American Vampire Anthologie, ce n’est pas moins de neuf histoires qui nous sont proposées. Plus ou moins courtes, plus ou moins géniales avec la crème de la crème au niveau scénaristique ou artistique. Jeff Lemire, Jason Aaron, Greg Rucka, Francesco Francavilla ou encore Gabriel Ba et Fabio Moon, entre autres.

A travers ces histoires, et à travers les époques, nous assistons à un combat entre vampires et Indiens, à l’arrivée des vampires au Canada et le point de départ de la lignée des Kidd !, au début de l’intérêt de Skinner pour le cinéma, au sombre accord entre un acteur pourri en rêve de gloire et des vampires, le combat d’une femme enceinte contre les vampires, un massacre dans un club de jazz, ou encore les déboires d’un vampire et une balle d’or…

En règle générale, toutes les histoires sont plutôt sympathiques. Mais quelques unes se démarquent. Mais celle qui a le plus retenu mon attention est Essence de Vie de Gail Simone et Tula Lotay, qui met en lumière Hattie Hargrove, l’amie de Pearl. Où nous découvrons avec effroi l’envers du décor pour les jeunes filles rêvant de devenir actrices à l’époque et avec horreur à la vengeance d’Hattie une fois que sa vie aura changé… Excellente histoire avec de superbes dessins.

Mon Impression : American Vampire tome #6

Mais l’aspect graphique, en général, de cette anthologie est assez bon. Hormis deux fausses notes avec Ivo Milazzo et Ray Fawkes, vraiment pas beaux et qui dénotent trop d’avec le reste des artistes.

Bref, une bonne lecture, une très bonne lecture même. Je dois bien reconnaître avoir été un peu déçu de ne pas avoir la suite directe du tome #5, mais les histoires proposées sont de qualité, tant scénaristiquement que graphiquement. Parfait complément aux cinq premiers tomes, ce sixième volume nous montre à quel point cet univers est riche !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article