Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : The Sixth Gun tome #4

Mon Impression : The Sixth Gun tome #4

Dans le précédent tome, Cullen Bunn effectuait une petite pause dans l’intrigue de son western fantastique afin de mettre la lumière sur les personnages, en particulier Becky Montcrief, donnant l’impression de sortir de sa chrysalide, et nous présenter l’Ordre de l’Epée d’Abraham, ordre cherchant à récupérer les pistolets pour les détruire. Des gentils donc… Des gentils aux méthodes, un peu, extrêmes.
Avec ce tome #4, nous allons découvrir ce qui est arrivé à notre Drake Sinclair !

Au cours de leur mission visant à accompagner le général Hume dans sa dernière demeure, Drake Sinclair disparaît subitement sans laisser de trace. Dotée des pouvoirs surnaturels des six revolvers que Becky Montcrief se lance alors à sa recherche. Un voyage en solitaire qui la mènera jusqu’au portes de la petite ville de Pénitence, peuplée d’étranges habitants.

(Contient : The Sixth Gun vol.4 (#18-23))

Mon Impression : The Sixth Gun tome #4

Lors du transport du cercueil du général Hume par Drake, Becky et l’Ordre de l’Epée d’Abraham, le train, les transportant a été attaqué par des hommes, et des créatures, de Missy Hume, la femme du général et détentrice d’un pistolet. En affrontant Asher Cobb, Drake tombe du train qui passait alors sur un pont au-dessus de l’eau. Impossible dès lors pour Becky et l’Ordre de le retrouver !

Ce deuxième tome relance un peu la machine, non pas qu’elle était grippée, loin de là, mais l’intrigue repart de plus belle, et Cullen Bunn nous laisse plusieurs indices sur le passé mystérieux de Drake. Après sa chute du train, et comprenant qu’il allait au devant de grands dangers, il a confié les pistolets à BillJohn. Et il a bien fait, lorsqu’il découvre sur le rivage, ses anciens compagnons de route : les Chevaliers de Salomon ! Nous ne saurons rien d’eux. Si ce n’est qu’ils sont puissants, implacables, dangereux, proches de l’occulte et pas spécialement sympathiques, bien au contraire. Nous savons donc, également, que Drake en a fait parti, et malgré la rancœur qu’ils éprouvent à son encontre ils ne peuvent, ne veulent absolument pas le tuer, ils doivent le garder en vie. Et lorsque l’on découvre l’énorme pan de mur peint, notre esprit est en ébullition ! Et les questions fusent ! Ne parlons pas des révélations fracassantes de Drake en fin de tome ! Même si quelques indices sont lâchés par Bunn sur son héros, il n’en demeure pas moins mystérieux, peut-être même encore davantage.

Mon Impression : The Sixth Gun tome #4

L’autre héroïne du tome, c’est la jeune Becky, radicalement transformée dans ce tome. Que ce soit au niveau du look comme dans sa façon de se comporter. Une vraie femme de l’ouest, forte et inflexible, maniant son arme avec assurance et fermeté. Tout en conservant sa fragilité face aux horreurs qu’elle voit. Une belle évolution du personnage, qui passe plutôt bien, malgré qu’elle soit soudaine, grâce à l’ellipse correspondant à l’emprisonnement de Drake.

Au niveau de la narration, nous serions presque dans du western pur et dur. Hormis les pistolets et les « pouvoirs » des Chevaliers de Salomon, peu d’éléments rappellent le fantastique dans ce tome. Alors que la vieille ville balayé par le vent des plaines désertiques, les shérifs, le look de Becky, les fusillades sont, eux, autant d’éléments du western, merveilleusement illustrés par Brian Hurtt.

Le dessinateur fait un boulot formidable. On se croirait en plein film de cow-boy lorsque Becky débarque à Pénitence. On pourrait presque voir le petit ballot de foin passé devant nous à cause de vent, on pourrait presque sentir l’odeur sableuse du sol, on pourrait presque entendre les coyotes hurler dans le lointain horizon. Brian Hurtt nous offre une ambiance oppressante, riche en action ! On est embarqué dans l’histoire, et cela se ressent pleinement dans le chapitre quatre, où la narration n’est due qu’aux dessins de l’artiste. Aucun texte, aucun mot, aucune onomatopée ! Nous vivons une folle course poursuite dans le repère des Chevaliers de Salomon uniquement grâce à l’intensité, la justesse des dessins.

Mon Impression : The Sixth Gun tome #4

Plus que les pistolets, on comprend avec ce quatrième tome, que les pistolets nous sont qu’un des nombreux axes de Cullen Bunn pour sa série. Le personnage de Drake est tout aussi important, tout comme les différentes confréries déjà rencontrées. Et Gord, absent de ce tome. J’en viens même à me demander si ce n’est pas Drake qui est au centre de toute cette histoire ?

Cullen Bunn réussit à merveille, bien aidé par les dessins de Brian Hurtt, à faire vivre ces deux univers, ces deux mondes, le fantastique et le western. Les éléments du premier ne choquant absolument pas dans l’environnement du second. Ce qui nous offre des histoires fabuleuses.

Bref, ce quatrième tome de The Sixth Gun, est peut-être, sans doute, mon tome préféré. Voir même le meilleur. A travers une histoire au rythme effréné, reprenant les codes des westerns, on comprend que Cullen Bunn nous emmène pour une véritable chevauchée fantastique, à couper le souffle !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article