Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Geoff Johns présente Superman tome #2

Mon Impression : Geoff Johns présente Superman tome #2

Dire que j’ai été emballé après la lecture du premier volume de Geoff Johns présente Superman est un euphémisme. J’ai vraiment été conquis par ce premier volume et la bouleversante histoire du fils de Zod. J’y retrouvais tout ce que j’attendais d’un comics sur Superman. De l’action, des émotions, de bons sentiments, un rien de moral, une touche d’humour et de bons dessins.

Et je dois bien avouer qu’en découvrant que ce tome #2 se centrait sur Bizarro et le Bizarro-Monde, je n’ai pu m’empêcher d’être un rien déçu, tant ce personnage n’est pas fait pour moi, tant je ne suis pas fan de l’absurde et de l’humour léger comme un semi-remorque…

Pendant des années, Bizarro, le clone raté de Superman lui a mené la vie dure sur Terre. Mais désormais, doté de nouveaux pouvoirs, Bizarro va se créer son propre monde et y kidnapper le père du héros. Ce dernier pourra-t-il supporter ce reflet déformé ? (contient Escape from Bizarro World (Action Comics #855-857) + Superman Man of Steel #5 + Action Comics #850)

Mon Impression : Geoff Johns présente Superman tome #2

Comme son nom l’indique, « La Grande Evasion du Bizarro-Monde », ce tome s’intéresse à Bizarro. Le double opposé de notre Homme d’Acier. En plein milieu de la nuit, Jonathan Kent est kidnappé par Bizarro. Ce dernier l’emmène sur Bizarro-Monde, planète carrée et farfelue où Bizarro a donné vie à d’autres Bizarros. Mais ces derniers le rejettent. Ni une, ni deux, Superman enfile ses plus beaux collants et fonce vers ce monde de fous !

Et dire que l’on tombe des nues dans ce Bizarro-Monde est peu de le dire. Tout y est absurde, n’importe qui deviendrait complètement fou, et pourtant Superman doit maintenir le cap et retrouver son P’pa. S’il incarne le sérieux et Bizarro la folie, l’émotion est dédiée à P’pa Kent, qui arrive malgré les circonstances à créer de l’empathie pour Bizarro. Si certains lieux sont marrants comme la version Bizarro de l’Asile d’Arkham, et si les personnages sont plutôt amusants voir hilarants (la Justice League par exemple avec le Flash obèse), l’humour n’est pas omniprésent, et bien souvent lourd. Idem, j’ai trouvé rapidement assez chiant la façon de s’exprimer des habitants du Bizarro-Monde.

Nous avons le droit à un épisode loin dans le futur, avec la Légion des Super-Héros qui cherche à renvoyer Supergirl à son époque. Pour cela, Brainiac 5 utilisent une machine à souvenirs qui va permettre à Kara de voir son cousin d’une façon bien différente de ce qu’elle pensait de lui. Intéressant mais pas vraiment indispensable.

Mon Impression : Geoff Johns présente Superman tome #2

Personnellement, la perle de ce tome, se trouve entre ces deux parties, avec Man of Steel #5, daté de 1986, écrit et dessiné par Monsieur John Byrne. Nous assistons à la création de Bizarro, sous l’impulsion d’un Luthor encore roux et pas tout à fait chauve, à partir de cellules de notre Superman. Et c’est suite à cette expérience que le fait que Superman soit un extraterrestre est révélé à son plus grand ennemi. Et forcément en tant que clone, Bizarro cherche à prendre l’identité de Clark Kent ainsi que sa vie…

Graphiquement, c’est aussi les dessins de Byrne qui me parlent le plus. Un véritable plaisir de pouvoir redécouvrir les traits de cet artiste.

Pour Bizarro-Monde, nous retrouvons Eric Powell, dans un style brouillon, peu détaillé. Des dessins qui laissent un sentiment que je ne saurais expliquer mais qui ne me plaît pas.

Enfin, l’épisode de la Légion de Renato Guedes, dans un style rappelant Leinil Francis Yu, qui ne me parle pas du tout.

Autant le dire, graphiquement, ce tome, ce n’est pas l’éclate totale.

Mon Impression : Geoff Johns présente Superman tome #2

Bref, un tome bien en-dessous du premier, qui n’aura pas su m’enchanter comme le premier. Pourtant, tout ce qui nous y est proposé, n’est pas mauvais, loin de là, mais entre une saga avec un personnage que je n’aime, un voyage dans le futur peu convaincant, des dessins pas à la hauteur, il ne reste au final que le numéro de Byrne pour me ravir. Cela dit, c’est déjà ça !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article