Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daily Héros

Un blog de passionné pour des passionnés ^^

Mon Impression : Le Complexe du Messie

Mon Impression : Le Complexe du Messie

Lorsque Le Complexe du Messie débarque en 2008, nous en sommes, personnellement, à trois ans d’histoires laborieuses pour les mutants. Surtout lorsqu’on compare au run de Morrison sur New X-Men de 2001 à 2004 et House of M en 2005 qui avait totalement récrit la ligne directrice pour nos mutants. C’est donc avec une grosse attente sur lui que ce premier volet de la « trilogie » du Messie se dévoilait.

La trilogie du Messie, la saga la plus importante des X-Men de ces dernières années, s’installe dans la prestigieuse collection Marvel Deluxe. Nous commençons avec la saga Le Complexe du Messie. Rappelez-vous, depuis House of M, les mutants sont décimés et plus aucun nouveau mutant n’est apparu sur Terre. La naissance d’un bébé porteur du Gène-X réveille les espoirs des X-Men, ainsi que les convoitises de leurs ennemis. Au scénario de ce magistral récit, des pointures telles qu’Ed Brubaker (Captain America) et Peter David (La Tour Sombre). Au dessin, des superstars comme Marc Silvestri (Uncanny X-Men), Humberto Ramos (Amazing Spider-Man) et Chris Bachalo (Wolverine & the X-Men).

Mon Impression : Le Complexe du Messie

Depuis House of M, les mutants sont réduits à moins de deux cents unités à cause de la maudite phrase prononcée par la Sorcière Rouge à la fin de la saga ! « Plus de mutants ! ». Pire que tous ces mutants qui ont perdu leurs pouvoirs, dès lors il n’y avait plus de naissance mutante dans le monde. L’espèce étant vouée à disparaître lentement mais sûrement. Jusqu’au jour… jusqu’au jour où le Professeur Xavier détecte une naissance ! Un bébé mutant à la puissance effroyable ! Commence alors une course sans pitié pour mettre la main sur ce bébé, très convoité…

Et oui, les mutants sont incapables d’œuvrer ensemble ou dans le calme. Tout est toujours propice aux combats et bandes à part ! Et même la naissance du premier mutant depuis des années, alors que leur espèce n’a plus d’espoir, ils sont incapables d’agir dans le bien commun, chacun cherchant à tirer davantage de couverture sur lui. Les X-Men, les Maraudeurs, les Purificateurs, une étrange créature qui veut le bouffer et un mystérieux mutant qui se cache. Cela en fait du monde pour un simple petit bébé. Si on peut facilement deviner les motivations des X-Men et des Purificateurs, les motivations des Maraudeurs sont un peu plus complexes à comprendre. D’autant qu’il semble y avoir des dissensions au sein de ce groupe très hétéroclites. Si on, peut comprendre l’importance de ce bébé, je ne m’attendais pas pour autant à une telle violence autour de sa quête. Cyclope, pour qui le torchon brûle avec le Professeur Xavier, envoie même l’X-Force de Wolverine sur les traces du mutant ayant le bébé en sa possession. Et l’identité de ce dernier en a surpris plus d’un ! Une course poursuite a donc lieu, sur différents fronts, et même plusieurs époques et l’on finit par découvrir que si un mutant cherche à protéger à tous prix ce bébé, un autre ne souhaite que sa mort !...

Mon Impression : Le Complexe du Messie

Ce premier Deluxe est vraiment plaisant à suivre. Plusieurs séries, certes, mais elles œuvrent toutes sur des plans différents. La quête violente et sanglante d’X-Force, la vengeance des jeunes mutants menés par Surge, la gestion de la crise par Cyclope, encore en rodage avec son rôle de chef des mutants, ou encore le voyage surprenant dans le futur de Jamie Madrox et la jeune Layla (qui n’a de cesse de prendre de l’importance) pour découvrir le pourquoi d’un mutant cherchant à tuer le premier bébé porteur du gêne X depuis House of M.

Une lecture, donc fluide, prenante et rythmé, beaucoup d’action, de belles surprises, de sacrés révélations, mais comme bien souvent dans ces énormes sagas, on a l’impression de voir un gros blockbuster ! On en prend plein les yeux mais le travail sur les personnages ne se fait que très légèrement et en surface. On ne peut, cela dit, pas tout avoir.

Niveau dessin, c’est plutôt plaisant à regarder. Cela va du très bon avec Marc Silvestri qui nous en fout pleins les rétines dans le premier épisode. Du tout bon avec Chris Bachalo, mais qui se retient pour être raccord avec les autres dessinateurs. Du moyens avec les dits autres dessinateurs Billy Tan et Scot Eaton. Et le très mauvais avec un Humberto Ramos complètement hors-sujet avec ses personnages à la physionomie complètement abstraite et arbitraire… Le tout est merveilleusement mis en beauté par les somptueuses couleurs de Frank D’Armata, les couleurs nous sautent aux yeux, nous transportent.

Mon Impression : Le Complexe du Messie

Bref, une lecture à mille à l’heure, le rythme ne ralenti jamais, l’action ne s’arrête pas, beaucoup de personnages qui courent tous après ce pauvre petit bébé, dont dépend la survie des mutants. Des mutants que l’on croyait morts, d’autres qui se révèlent être de sombres salauds. A peine née, et déjà pas mal de pression sur son dos.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article